fbpx
A la mémoire de nos chers disparus - Cliquez ici
Accueil France Zemmour : pour 160 journalistes il suffit de le censurer

Zemmour : pour 160 journalistes il suffit de le censurer

2 610 vues
11

La démocratie, c’est pas compliqué : plus de 150 journalistes veulent censurer Éric Zemmour.

Ces journalistes « respectueux des valeurs démocratiques », assurent-ils, ont publié dans « Mediapart » une tribune visant à couper le micro à certaines « personnalités publiques ». Ils assument de vouloir les « invisibiliser » ou les « combattre ». Sans jamais le nommer, leur cible n’est autre qu’Éric Zemmour, qui doit jubiler d’avoir poussé ces nouveaux censeurs à sortir du bois.

Cachez ces mauvais Français que nous ne saurions voir ! Dans une tribune publiée sur l’espace blog libre de Mediapart, plus de 160 journalistes, certains sous anonymat, se sont déclarés « pas complices de la haine » et appellent à ne plus traiter de certains sujets ni de débattre avec certains candidats. En ligne de mire : Éric Zemmour. Dans un texte mêlant condescendance et manichéisme, ils expliquent pourquoi, selon eux, les journalistes qui traitent « avec jubilation » des idées d’Éric Zemmour sont « complices de la pire des idéologies ». C’est-à-dire le « fascisme ». Rien que ça.

Près de vingt ans après le 21 avril 2002, il faut croire que ces journalistes n’ont toujours pas compris que le mépris qu’ils portent à certaines thématiques – et donc à certains Français – ne produit aucun effet. Ou plutôt : il produit l’effet exactement inverse à celui espéré. Avoir « invisibilisé », terme à la mode dans un certain milieu militant radical, les thèmes et propositions de l’extrême droite n’a jamais empêché celle-ci de monter dans l’opinion publique. Cette « invisibilisation » participe, en revanche, de la défiance qu’une partie de la population manifeste vis-à-vis des médias, accusés de faire progresser les idées qui leur conviennent le mieux. Cette tribune, signée par les défenseurs de valeurs « humanistes et des identités multiples », l’assume d’ailleurs parfaitement : « Nous, journalistes, sommes très au clair sur nos combats : la haine, l’exclusion, les discriminations tuent. » La haine, c’est mal : sacré programme.

NOUS, JOURNALISTES COMPLICES DE LA HAINE

Selon les signataires de cette tribune, les journalistes qui traitent de l’extrême droite ne peuvent se répartir qu’en deux catégories : la première, composée des journalistes qui demeurent silencieux à cause de « la précarité grandissante du métier » et qui, sous le bâillon, « ne sont pas en accord avec cette pratique du journalisme qui consiste à créer un ou des monstres ». L’autre catégorie est celle qui joue « délibérément un rôle dans la montée du fascisme, du racisme, de l’antisémitisme, des LGBTQIphobies et de la misogynie en France et qu’ils et elles en seront en partie responsables ». Des génies du mal, qui se délectent de créer ce Frankestein d’extrême droite pour booster les audiences. Dans cette dichotomie d’un manichéisme caricatural, on cherche encore la place des journalistes qui travaillent, sincèrement soucieux de comprendre ce qui se passe dans le pays. Qui font leur métier, en somme, sans chercher à pré-sélectionner les candidats valables. Et selon les critères de qui ?

 Marianne, bien sûr, nous avons consacré notre numéro 1283 de la semaine du 15 octobre à ces Français qui s’apprêteraient à voter Zemmour. Nos reporters sont allés les rencontrer, à Versailles, Nice et Dunkerque. Voici donc les visages de la « haine » : « Quand Marine Le Pen ne parle que d’immigration, lui parle de notre pays », lançait Aubry à Vincent Geny, notre journaliste qui s’est rendu à Versailles. « On est à bout, il a fallu que notre fils autiste saute d’un balcon pour qu’on lui trouve enfin un foyer spécialisé », témoignait Anne, une enseignante, auprès d’Emilien Hertement, en reportage à Nice. « Nous, musulmans, on a pas trop la côte ici »,confiait pour sa part Ursula à Anthony Cortes, en déplacement à Dunkerque. La jeune femme, issue d’une famille musulmane, précisait par ailleurs que la candidature du polémiste « intéresse même des personnes de ma famille… Je ne comprends pas. »

Une chose est sûre : si la totalité des journalistes de France décidait de se conduire comme les plus de 150 signataires de la tribune, Ursula n’aurait certainement aucune chance d’y comprendre quoi que ce soit. Mais ces journalistes-là, « respectueux des valeurs démocratiques », précisent-ils, auront toujours pour eux la conscience intacte, la tête haute et les mains propres. Pour les signataires de la tribune, Éric Zemmour n’est rien d’autre qu’un pur produit médiatique, il ne représente rien ni personne et sa fulgurante ascension n’est à mettre sur le compte que des rédactions, des télévisions, qui ont créé le monstre. Fastoche !

NI MÉPRIS, NI COMPLAISANCE

Pour faire court : les Français sont trop cons. Ils allument la télé et votent pour le premier type qui déblatère des idées radicales. Coupez-leur la télé, à ces mauvais citoyens, et ils s’empresseront de voter pour Anne Hidalgo, la légalisation de la GPA ou la régularisation de tous les sans papiers. Bien sûr, on pourrait analyser comment la politique et le spectacle ont peu à peu fusionné ces vingt dernières années, et pas seulement à droite. Mais ce travail nécessaire ne suffirait pas à expliquer les mécanismes de l’ascension d’Éric Zemmour. Natacha Polony rappelait récemment dans nos colonnes ces mots de Philippe Muray, au lendemain du 21 avril 2002, qui voyait dans le vote Le Pen une façon pour le peuple de se saisir d’un gourdin : « Quand on prend un gourdin pour fracasser quelque chose, écrivait-il, cela n’implique pas qu’on soit gourdiniste ; ni qu’on souhaite voir accéder ce gourdin aux plus hautes fonctions. »

Les raisons qui poussent certains Français à s’emparer du gourdin Zemmour n’appellent donc ni mépris, ni complaisance non plus. Elles appellent à un travail journalistique sérieux, rigoureux, un travail de terrain associé à une analyse politique et idéologique de ce qu’incarne cet essayiste. Il y a ce vieil adage dans le métier : il ne s’agit pas d’interviewer celui qui dit qu’il pleut, puis celui-là qui assure qu’il ne pleut pas. Le journalisme, c’est ouvrir la fenêtre et vérifier. On peut déplorer que ces signataires aient décidé de fermer les volets.

Par 

11 Commentaires

  1. La France n’est pas récupérable dans ses circonstances et la situation mondiale actuelle, et le débat politique y est à très bas niveau. Le phénomène Zemmour n’est qu’un symptôme d’un pays déjà effondré politiquement, dont l’effondrement économique n’est plus qu’une question de temps. Si on s’abaisse à censurer quelqu’un, c’est qu’on craint ses idées. Ce sont les petits qui agissent ainsi en jouant les inquisiteurs. C’est dire le niveau de la France actuellement.

    L’immigration incontrôlée est une stratégie découlant de la corruption de l’appareil d’État. Les français se trouvent devant un fait accompli, insolvable par la voie politique. Il est bien trop tard pour espérer résoudre ce problème par des moyens civils. Avec 10 millions de personnes vivant en dessous du seuil de pauvreté, donc n’ayant plus rien à perdre d’autre que leur petite peau, 6 millions de chômeurs en prime, conséquence de la corruption et d’un appareil judiciaire corrompu, et en plus un problème d’immigration agressive qui ne fait qu’aggraver la situation, ont a les ingrédients d’une bonne guerre civile, guerre civile recherchée et fomentée par des politicaillons minables et pervers. L’abstention de 27 millions d’électeurs aux présidentielles de 2017 est lourde de sens. La majorité de la population n’attend rien du politique et beaucoup préfèrent s’armer et se préparer à la violence, non seulement devant les agressions des immigrés, mais aussi face aux membres de l’appareil d’État corrompu. J’ai vécu cela en 1962, lors de l’effondrement de l’Algérie Française où les commandos de l’OAS abattaient sans sommation les juges, policiers et fonctionnaires de la gestapo gouvernementale, ainsi que le terroristes arabes tueurs de civils gratuitement, et je ne souhaite pas le revivre.

    Pour les Juifs, la meilleure solution n’est sûrement pas de tergiverser pour le départ, comme en Algérie en 1962, la meilleure solution est de se préparer dès maintenant à partir, Ce serait révéler une très forte haine de soi Juive, que de rester dans un pays qui s’effondre, et croire en l’État, comme d’autres s’illusionnaient à croire en l’Algérie Française en 1962. Vos valises sont-elles prêtes?

  2. Beaucoup de petits soldats juifs de Macron parmi ces journalistes. Le plus à plat ventre d’entre eux : Maurice Szafran.
    Depuis les gilets jaunes jusqu’à Zemmour, ce bling-bling de pacotilles semble travailler avec une oreillette. A vomir !
    Bon, connaissant bien ce métier de journaliste, je dois reconnaître qu’on y rencontre souvent l’indignité humaine sous sa forme la plus tragique : celle qui passe son temps à se justifier. Szafran fait partie de ceux qui se sont bien mis à l’abri du courage.

    • Petite précision quand même : je suis en désaccord pratiquement sur tout avec Zemmour. Mais je suis définitivement allergique aux journaleux complices de l’intox généralisée. J’en voit très peu dans le paysage qui rechigneraient à s’acclimater d’un bon stalinisme bien « celles et ceux » de nos « valeurs républicaines ».

    • Ils ont peur d’être flingués. Beaucoup trop de gens dans ce pays n’ont rien d’autre à perdre que leur petite peau. Rappelons qu’en Algérie, l’OAS n’hésitait jamais à abattre sans sommation et publiquement tout opposant, journaliste, juge, policier, fonctionnaire, militaire, etc..Ces journalistes qui veulent rester anonymes ont peur de finir criblés de balles, étendus sur la chaussée, dans une flaque de sang, et recouverts d’une couverture militaire. Celui qui ne comprend pas cela, n’a pas compris le film.

  3. Zemmour a une équipe avec une stratégie médiatique ( a la hauteur des capacités du personnage) assez inédite. Et vous verrez qu’il ne tardera pas a gagner la classe populaire dont les français issus de l’immigration.

  4. Et pourquoi ne pas censurer desjournaleux etres sans conscience viles sans valeur ecrivains rates même pas bons pour s’occupperdes chiens ecrasés ou de la circulation routiere da,s le bois de boulogne ?

  5. Mediapart, le successeur de RadioParis (ment) affiche clairement ses idées totalitaires.
    Ces héritiers socialistes du national socialisme d’Adolf et de l’internationale socialiste de Joseph S. devront être mis au placard en mai 2022.

  6. C’est 150 signataires qui depuis de nombreuses années sont les bouffons de service qui s’inquiètent sur l’avenir de leur gamelle. C’est compréhensible quand on appartient à cette catégorie!!!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.