Mort de Valéry Giscard d’Estaing à 94 ans (photo du 30 septembre 2019 aux funérailles de Jacques Chirac)

Mort de Valéry Giscard d’Estaing des suites du Covid-19 à 94 ans

Sorti de l’hôpital le 20 novembre après une “insuffisance cardiaque”, Valéry Giscard d’Estaing est décédé ce mercredi 2 décembre, a annoncé son entourage.

L’ancien président de la République avait rejoint, à sa sortie du CHU Trousseau de Tours, sa propriété d’Authon dans le Loir-et-Cher, où il séjournait depuis le début du confinement. Il y est mort des “suites du Covid” dans la soirée, a-t-on appris, “entouré de sa famille”.

L’ex-chef de l’État (1974-1981) était encore “un peu fatigué” mais semblait suivre “une bonne voie”, avait pourtant précisé son cabinet fin novembre. Le nonagénaire avait été évacué quelques jours avant en hélicoptère par le Samu, mais “il n’y avait pas de critère de gravité” au moment de sa prise en charge, avait rapporté le président du Conseil départemental du Loir-et-Cher Nicolas Perruchot.

Dernière apparition pour Chirac

Valéry Giscard d’Estaing avait été hospitalisé quelques jours mi-septembre à l’hôpital Georges-Pompidou à Paris pour une légère infection aux poumons. Les médecins avaient toutefois écarté une infection au coronavirus.

VGE, qui avait fêté ses 94 ans le 2 février, avait déjà été hospitalisé à Pompidou, dans le XVe arrondissement de Paris, en cardiologie à plusieurs reprises il y a quelques années pour la pose de stents.

Plus jeune président de la Vème République lorsqu’il est élu en 1974, Valéry Giscard d’Estaing avait fait l’une de ses dernières apparitions publiques le 30 septembre 2019 lors des obsèques à Paris d’un autre président de la République, Jacques Chirac, qui fut son Premier ministre de 1974 à 1976.

Nouveau style présidentiel

Né le 2 février 1926, engagé à 18 ans en 1944 dans la 1ère armée du général de Lattre de Tassigny, Valéry Giscard d’Estaing disait admirer deux hommes, le général de Gaulle et Jean Monnet, père de l’Europe.

Il n’avait que 48 ans lorsqu’il est élu président en 1974, battant sur le fil François Mitterrand, et devient ainsi, dans une France qui enterre les Trente-Glorieuses et digère mai-68, le premier non-gaulliste à s’emparer de l’Élysée.

Son élection avait fait souffler un vent de liberté sur le pays, après le années De Gaulle et Pompidou.

Aux réformes progressistes -abaissement de la majorité à 18 ans, dépénalisation de l’avortement-, le nouveau président avait ajouté un style inédit, s’affichant au ski ou sur un terrain de football, convoquant sa fille sur ses affiches de campagne et son épouse Anne-Aymone lors de vœux télévisés pour la nouvelle année.

L’Auvergnat qui jouait de l’accordéon à la télévision s’était invité également chez les Français pour dîner, avait ouvert l’Elysée à des éboueurs maliens pour un petit-déjeuner de Noël, renouvelant une communication politique encore très cadenassée.

Giscard d’Estaing était pourtant un pur produit de l’élite française: polytechnicien et énarque, il s’était distingué sous les ordres du maréchal de Lattre de Tassigny lors de la Libération, puis pendant huit mois en Allemagne et en Autriche jusqu’à la capitulation du Reich. Né à Coblence, en Allemagne alors occupée par les forces françaises, Valéry Giscard d’Estaing est issu d’une grande famille bourgeoise.

Départ difficile

Après des débuts prometteurs, VGE avait connu une première crise avec la démission de son Premier ministre, Jacques Chirac, en 1976.

Initiateur du “G7”, le club des dirigeants des pays les plus riches, il avait donné une impulsion décisive à l’axe franco-allemand aux côtés du chancelier Helmut Schmidt.

Le ralentissement économique consécutif au choc pétrolier, les affaires -suicide suspect de son ministre Robert Boulin, diamants offerts par le président centrafricain Bokassa- ainsi qu’une inflexion de sa politique, plus conservatrice et économiquement austère, avaient ensuite pesé sur sa popularité. Jusqu’à échouer, le 10 mai 1981, à se faire réélire face à François Mitterrand.

Après son départ resté dans les mémoires, Valéry Giscard d’Estaing, alors seul ex-président en vie, avait traversé une profonde dépression. “Ce que je ressens, ce n’est pas de l’humiliation, mais quelque chose de plus sévère: la frustration de l’œuvre inachevée”, écrivait-il en 2006 dans “Le pouvoir et la vie”.

https://www.huffingtonpost.fr/entry/mort-de-valery-giscard-destaing-a-94-ans_fr_5fc80dd6c5b602f56798a3f6

 

 Valéry Giscard d’Estaing et Israël
Nathalie Sosna-Ofir  le 03.12.2020

L’ex-président français Valéry Giscard d’Estaing est mort hier à l’âge de 94 ans.

Et le moins que l’on puisse dire est qu’il n’aura pas laissé un très bon souvenir à l’Etat d’Israël.

Bien sûr la disparition de celui qui fut président de la France est annoncée depuis hier soir dans les médias israéliens.

Mais ce dont on se rappelle c’est plutôt sa froideur à l’égard de l’Etat Hébreu et sa politique pro-arabe pour assurer du pétrole à la France.

Il refuse de rencontrer les dirigeants israéliens, reconnait en mars 1980 le droit du peuple palestinien à l’autodétermination, appelle les autre pays européens à faire de même et estime que l’OLP est un interlocuteur compétent dans les négations de paix.

Sous sa présidence La France condamne les accords de Camp David qui allait aboutir à la paix entre Israël et l’Egypte.

Giscard d’Estaing est aussi rappelé comme celui qui aura permis à l’ayatollah Komeiny de faire sa révolution depuis un petit village français, où il séjournera 112 jours avant d’être porté au pouvoir en Iran avec les conséquences que l’on sait.

D’ailleurs l’allée qui mène à l’Ambassade de France à Téhéran est alors baptisée Neuphle le Château.

Giscard d’Estaing n’a d’ailleurs jamais effectué de visite officielle en Israël alors qu’il s’était rendu en 1980 en Jordanie, un pays frontalier. Mais il a quand même daigné regarder Israël à la jumelle par-dessus le Jourdain depuis une position jordanienne.

Un geste pour lequel il avait été très critiqué par Israël et le Monde Juif. “Ne pas y voir un quelconque message ou symbole” avait réagi l’ex président en 1981.

« Je suis parti d’Amann pour aller observer le Jourdain, raconte t-il, nous nous sommes posés en hélicoptère sur une hauteur d’où on voyait en effet, en face, le territoire d’Israël étant donné qu’il s’agissait d’une frontière militaire J’ai dit aux photographes que je n’acceptais pas qu’il y ait une image représentant le Président de la République française regardant Israël avec une paire de jumelles. Et il n’y a jamais eu de photo. ».

L’image contient peut-être : 3 personnes, personnes debout, chaussures et plein air

L’image contient peut-être : ‎plein air, ‎texte qui dit ’‎خيابان نوفل لوشاتو افوتة ST. LOSHATO NOFEL‎’‎‎

LIRE https://jcpa-lecape.org/giscard-et-israel-un-septennat-tumultueux/

Lire aussi sur notre site https://www.jforum.fr/les-juifs-de-france-durant-les-annees-giscardiennes.html

23 Commentaires

  1. Sous le septennat de VGE, le textile, la sidérurgie et le charbon ont quitté la France. Sous le septennat de Macron, l’automobile, la chimie et l’agro-alimentaire vont faire de même !

  2. Si seulement ses avions renifleurs lui aurait permis de renifler la merde qu’il allait foutre en France avec son regroupement familiale …… Mais voilà, il y a Gaulliste et Gaulliste: tout dépend si c’est avant 1962 ou après !!!!!!!

  3. La France ne connaîtra donc jamais un président qui sache receonnaitre israel à sa juste valeur et qui gouverne avec équité les problèmes au Moyen Orient ?

  4. Je pense que tout est dit, sans oublier la cocooning du serpent komeini , et toutes les conséquences criminelles induites.
    Et pour la fin, bravo pour le magnifique lapsus : » estime que l’olp est un interlocuteur compétent pour les « négations de paix » !!

  5. J’ESPERE QU’IL A EMPORTE AVEC LUI SES JUMELLES AFIN DE SURVEILLER A DISTANCE SES DIAMANTS ET ISRAEL QU’IL HAISSAIT TANT !!!!!!

  6. UN ANTI JUIF NOTOIRE ( d’ailleurs ave son ministre r.barre qui avait dit après l’attentat de la rue Copernic – heureusement il n’y a pas de français parmi les victimes !! ) alors ce n’est pas moi qui vais pleurer cette ordure – Sa mort est comme le dit Jg sans aucun intérêt

  7. Moi, je me pose la question de ce que Valent Vraiment nos Juifs de France, Français juifs parait-il? Une Simone Veil qui absout son Valery en aidant ce fumier à faire croire à toutes les qualités qu’il n’a jamais eues.

  8. Bouffi d’orgueil il n’a jamais digéré d’avoir été viré de l’Elysée à coups de pompes dans le cul. Son héritage fut fatal pour la France avec notamment le regroupement familial instauré en catimini par simple décret, c’est à dire sans débat au parlement.

  9. Vous oubliez Maurice PAPON Ministre d’Etat , collaborateur et Préfet de la Gironde zélé du Gouvernement de Vichy, et resté Prefet de la Gironde sous De Gaulle et Pompidou

    Mais encore , Giscard fut le seul Chef d’Etat européen à critiquer de manière acerbe les accords de Camp David dans sa tristement célèbre « Déclaration de Venise »

    Oui il était religieusement anti israélien et donc antisémite car souvenons nous de son expression « Français Juif » et la Providence qui protègera la France » discours d’adieu à l’Élysée après avoir perdu contre Mitterand

  10. Après l’attentat de la synagogue Copernic à Paris nous étions nombreux à manifester sur les champs Élysée contre Giscard et Barre pour leur politique pro arabe et anti Juive, il n’a rien fait pour Israël, il doit répondre de ses actes anti juif devant l’éternel il a pas porté chance à la France et fut le contraire de ce qui se raconte par les médias…..

  11. Je l’avait déjà oublié de son vivant cet illuminati (luminion propulsé par Lucifer, et qui s’éteind précipitamment).
    Il avait aussi écrit la constitution européenne, véritable outils de manipulation des peuples, et non un outil démocratique !
    Pauvre petit bourgeois. Je ne dirais peut-être pas comme Jacques Brel « les bourgeois c’est comme le cochons, plus ça devient vieux, plus ça devient con », mais sa mort soulage la France de sa pension, et le p’tit macro’n pourra mettre une seconde couche d’or dans son bureau de l’Élysée, avant de le rejoindre à son tour !
    Ces pauvres types ont-ils donné leur âmes à Jésus-Christ pour être sauvé ? Je n’en n’ai pas l’impression! Vont-ils piétiner le boulevard de l’enfer pour griller à toujours ?
    Ce n’est plu à moi de répondre❣️

  12. Sous le septennat de Giscard d’Estaing :
    Construction par la France de la centrale nucléaire Ozirac en Irak, détruite par Tsahal sous l’ordre de M Bégin.
    Asile politique pour Homeny en France
    Politique très pro arabe de la France
    Loi sur le regroupement familial
    Attentat contre la synagogue de la rue Copernic
    Et enfin position très inamicale envers Israël.
    En entendant les médias français, on se rappel la chanson de Brassens: Les morts sont toujours des chics types.
    Concernant Giscard, on l’oubliera très vite !!!!

    • et renvoi immediat a Alger, par le premier avion d’Air France, d’ Abou Daoud, « cerveau » des assassinats d’athletes israeiens a Munich, reclame par un mandat international.

      Sur Giscard: il y en a eu beaucoup, il fut le pire. RIP, il a cesse de nuire.

    • On ne l’oubliera pas si vite que ça….nous ne rappelerons jamais assez que cet homme, avec Chirac, et De Gaulle ont été les fossoyeurs de la France et que de leurs nids sont éclos les Sarkjozy, les Hollande et Macron…Je n’irai pas jusqu’à aller pisser sur leurs tombes mais je pourrai comprendre ceux qui retiennent que l’antijudaïsme de ce Giscard ne doit pas être oublié p&as plus que celui de De Gaulle ou Hollande et son rejeton en place aujourd’hui !
      Sans tous ces gens la France ne serait pas en voie d’islamisation !

  13. Je ne pleurerais pas sur cet antisémite. Je me souviens, et c’est ancré en moi regardant Israël avec des jumelles. Je ne me souviens plus si c’était depuis le Liban ou bien depuis la Jordanie.
    ROSA

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.