La députée fédérale Jenica Atwin quitte les verts pour les libéraux.

La députée fédérale du Parti vert du Canada et députée fédérale de Fredericton Jenica Atwin se joint au Parti libéral du Canada. Elle en a fait l’annonce jeudi en compagnie du député de Beauséjour et ministre des Affaires intergouvernementales, Dominic LeBlanc.

Il s’agit de ne pas reculer et d’être fidèle à moi-même. Je suis Jenica, je suis de Fredericton, et j’ai les mêmes priorités et les mêmes valeurs que j’ai toujours eues. J’espère que je vais pouvoir garder la confiance des électeurs de Fredericton, a-t-elle dit lors de l’annonce. La couleur de mon équipe ne compromet pas qui je suis et le travail que je vais continuer à faire pour ma circonscription.

J’ai hâte de faire campagne avec Jenica lors des prochaines élections, peu importe quand ce sera, a lancé le ministre Dominic LeBlanc, au moment de la présenter comme nouvelle membre du caucus libéral.

Questionnée jeudi à savoir si de récentes déclarations de membres du Parti vert sur le conflit israélo-palestinien avaient un rôle à jouer dans sa décision, Jenica Atwin a répondu par l’affirmative.

Au cours des derniers mois, je me suis retrouvée à un carrefour. [Ces derniers mois] ont été, en un mot, distrayants, a-t-elle dit en parlant de cette affaire. Donc je choisis d’aller là où je peux mieux faire mon travail pour ma communauté.

Jenica Atwin a exprimé publiquement son désaccord avec la position de sa cheffe sur le conflit israélo-palestinien sur Twitter. Le Parti avait appelé à une désescalade du conflit et à un retour au dialogue, ce à quoi la députée de Fredericton a répondu (traduction) : Cette déclaration est inadéquate. Je me tiens avec la Palestine et je condamne les frappes aériennes à Gaza. Cessons l’apartheid. #SaveSheikJarrah.

Cette déclaration de la députée suivait celle du député vert Paul Manly, qui qualifiait la situation au Moyen-Orient de nettoyage ethniqueNoah Zatzman avait répondu dans une publication Facebook qu’il s’engageait à travailler contre la réélection des députés verts Jenica Atwin et Paul Manley en raison de leur soutien au peuple palestinien. La cheffe Annamie Paul, qui est de confession juive, a qualifié le conflit de différence d’opinions naturelle au sein d’un parti.

Annamie Paul, pas responsable du départ de sa députée

Annamie Paul n’a jamais condamné publiquement les propos de son conseiller. Elle a de nouveau refusé de le faire, jeudi. C’est assez insultant d’avoir cette question, a-t-elle fini par lâcher après les questions répétées des journalistes à ce sujet lors d’une conférence de presse qu’elle avait elle-même convoquée à Ottawa.

La cheffe ne se croit pas responsable du départ de sa députée et précise que les discussions de Jenica Atwin avec le Parti libéral avaient commencé il y a plusieurs semaines. Il ne faut pas confondre les choses. Mme Atwin a dit que, moi, je ne suis pas liée à sa décision. Elle veut rester amie, alors j’accepte ça, a offert la cheffe.

Elle a rapidement été contredite par ses deux députés restants. Malheureusement, l’attaque contre Mme Atwin par le porte-parole et conseiller de la cheffe du Parti vert le 14 mai dernier a créé les conditions qui ont mené à cette crise, ont souligné Paul Manly et Elizabeth May dans une déclaration commune.

Ils ont ajouté qu’ils n’ont pas l’intention de quitter le Parti vert du Canada.

David Coon est « profondément déçu » Le chef du Parti vert du Nouveau-Brunswick et député de Fredericton Sud, David Coon, s’est dit profondément déçu qu’elle ait décidé que sa seule option était de traverser le parquet, après que les électeurs de Fredericton et d’Oromocto l’aient élue comme députée verte, pour être le genre de voix forte et indépendante à Ottawa que le Parti vert encourage.

Il ajoute qu’elle découvrira que ses principes ne trouveront pas de place chez les libéraux. Les députées Jody Wilson-Raybould et Celina Caesar-Chavannes l’ont appris à leurs dépens.

Des querelles internes

Ce départ survient dans la foulée de querelles internes au sein du Parti vert. Selon des sources de La Presse canadienne, et qui ont requis l’anonymat, le bureau du Parti a voté vendredi de ne pas renouveler le contrat d’un conseiller principal de la cheffe Annamie Paul lorsqu’il viendra à échéance le mois prochain.

Ce conseiller, Noah Zatzman, a exprimé sa solidarité envers Israël dans une publication sur les médias sociaux, dans laquelle il accusait plusieurs politiciens, y compris des députés du Parti vert, de discrimination et d’antisémitisme. Mardi, plus de 1400 personnes avaient signé une lettre pour demander son départ.

Par ailleurs, deux autres membres du bureau du Parti ont annoncé qu’ils quitteraient leurs fonctions plus tôt que prévu, dont John Kidder, vice-président du conseil fédéral du Parti et mari de l’ancienne leader Elizabeth May.

Un changement qui fait réagir

L’annonce du changement de camp de Mme Atwin a enflammé les fils Twitter des militants des différents partis politiques fédéraux, jeudi. Chez les néodémocrates, on lui a reproché de se joindre à un parti si différent de ses aspirations environnementalistes. Au Nouveau Parti démocratique (NPD), on refuse les transfuges. Un député doit siéger comme indépendant et tenter de joindre les rangs néodémocrates pendant une élection.

Le départ de Mme Atwin ne laisse que deux élus verts aux Communes : Elizabeth May et M. Manly. La leader du parti Annamie Paul n’est pas députée. Dans un communiqué diffusé par le Parti libéral du Canada, M. Trudeau a exprimé sa satisfaction.

« Grâce aux efforts inlassables et efficaces qu’elle a déployés, notamment sur des priorités comme les changements climatiques, la santé mentale, la réconciliation et les mesures visant à rendre la vie plus abordable pour les familles, Jenica Atwin est respectée par ses électeurs et l’ensemble de ses collègues comme une personne qui sait apporter du vrai changement », a écrit le chef libéral.

Les 338 sièges aux Communes seront dorénavant répartis comme suit : 155 libéraux, 119 conservateurs, 32 bloquistes, 24 néodémocrates, cinq indépendants, deux verts ; et il y a un siège vacant.

Radio Canada

3 Commentaires

  1. Ce n’est pas en France que cela arriverait…
    Toutes les personnes ayant un peu de jugeote ont déjà quitté les Verts depuis de nombreuses années.

  2. Le titre est absurde: il conduirait a penser que la dame en question a quitte son parti « vert » en raison de son refus de la position anti-israelienne de ce parti. Or, elle l’a quitte, d’apres ce que je lis, pour importer cette politique anti-israelienne dans son nouveau parti (les liberaux). Il n’y a donc pas lieu de se rejouir.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.