Tir de roquettes depuis le Liban, Tsahal riposte (vidéo)

Tsahal bombarde le Liban après des tirs de roquettes

Deux roquettes ont été identifiées comme étant lancées en direction des communautés frontalières. Les deux roquettes auraient été tirées par des militants palestiniens, et non par le Hezbollah.

Deux roquettes ont été tirées sur le nord d’Israël depuis le Liban tôt mardi matin, déclenchant des sirènes de roquettes entrantes dans les communautés le long de la frontière.
Une roquette a été interceptée par le système de défense antimissile Iron Dome (Dôme de fer) et l’autre a frappé un champ ouvert. Il n’y a eu ni blessés ni dégâts et les FDI ont déclaré qu’il n’y avait pas d’instructions spéciales pour les résidents.
L’armée israélienne a déclaré avoir répondu par des obus de char en direction de la vallée de Wadi Hamoul d’où les roquettes avaient été tirées.
L’attaque est survenue plusieurs heures après des affrontements sur le mont du Temple entre la police israélienne et des manifestants musulmans lors de la fête juive de Tisha Ba’av et avant la fête musulmane de l’Aïd al-Adha.
En mai, lors de l’ opération Guardian of the Walls ( Gardien des murailles), une douzaine de roquettes ont été tirées sur Israël depuis la même zone au Liban, blessant plusieurs personnes en courant pour se mettre à l’abri.
Pour la première fois depuis la deuxième guerre du Liban en 2006, des sirènes de roquettes entrantes ont été activées dans la région du sud de la Galilée, ainsi que dans les banlieues de Haïfa de Kiryat Bialik et Kiryat Motzkin après que quatre roquettes aient été tirées.
Quelques jours plus tôt, six roquettes avaient été tirées depuis Rashaya Al Foukhar, au nord de Kfar Choub, dans le sud du Liban. Tous sont tombés en deçà de la frontière et ont atterri à l’intérieur du territoire libanais, a déclaré l’armée israélienne – ajoutant, cependant, qu’une des roquettes pourrait avoir pénétré en Israël.

Les FDI ont riposté vers la source du lancement de roquettes au Liban avec quelque 22 obus de chars et d’artillerie.

L’armée libanaise a annoncé mardi avoir trouvé trois lanceurs de roquettes pour des roquettes Grad de 122 mm, avec une roquette destinée à être lancée, près de la ville de Qlaileh, située au sud de Tyr, selon le journaliste affilié au Hezbollah Ali Shoaib.

On ne sait toujours pas qui a tiré les roquettes tôt mardi matin, mais Tsahal pense qu’il s’agit des mêmes militants palestiniens qui ont tiré les roquettes en mai. Le Hezbollah n’est pas soupçonné d’être à l’origine des tirs de roquettes.

Le ministre de la Défense Benny Gantz a tweeté à propos de l’incident, déclarant : « Le responsable des tirs nocturnes est l’État libanais, qui autorise les actes terroristes à l’intérieur de son territoire. L’État d’Israël agira face à toute menace contre sa souveraineté et sa citoyens et répondra conformément à ses intérêts, au moment et au lieu pertinents ».

En réponse aux tirs de roquettes, le Premier ministre Naftali Bennett a souligné qu’Israël « ne permettrait pas que la souveraineté et la sécurité israéliennes soient violées ».
« Celui qui essaie de nous faire du mal – paiera un prix douloureux », a déclaré Bennett. « Nous opérons tout le temps, jour et nuit, dans toutes les arènes, et nous continuerons de le faire. »
« Le Liban est sur le point de s’effondrer, comme tout pays dans lequel l’Iran est basé. Ses citoyens ont été pris en otage par [Ali] Khamenei et [Hassan] Nasrallah en faveur des intérêts iraniens », a ajouté le Premier ministre, qualifiant la situation de le pays « malheureux », mais soulignant qu’Israël n’accepterait pas la situation qui fuit du Liban.

Dans une récente interview, le colonel Raz Haimlich, commandant du 411e bataillon « Keren » des pompiers du corps d’artillerie, a déclaré au Jerusalem Post qu’avec l’économie libanaise en chute libre, Tsahal s’inquiète d’une augmentation des incidents le long du sa frontière nord.

« L’économie libanaise n’est pas bonne, et cela peut conduire à des événements à la frontière », a-t-il déclaré.
Le bataillon de Haimlich a répondu à plusieurs incidents le long de la frontière libanaise, notamment lors des combats avec Gaza, lorsqu’un certain nombre d’émeutiers libanais ont endommagé la barrière frontalière et sont entrés en Israël près de la communauté de Metula.
Le tir de roquette de mardi est intervenu peu après qu’Israël aurait frappé des cibles près d’al-Safirah, dans la province syrienne d’Alep. Selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme basé en Grande-Bretagne, les frappes ont visé un dépôt d’armes appartenant à des milices soutenues par l’Iran à l’intérieur des bases de l’armée syrienne.
    20 JUILLET 2021 11:16
Tsahal le long de la frontière nord entre Israël et le Liban. (Crédit photo : UNITÉ DU PORTE-PAROLE de Tsahal)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.