Syrie : les rebelles tuent un général de l’élite du régime ©

0
215

Les rebelles liquident un général syrien du Sérail

Le Général-Major Ali Sabouh, un officier supérieur de la Garde Républicaine, a été tué dans les faubourgs de Suweida, zone druze d’habitude considérée calme.

Chaque incident grave concernant la région du “Druzistan” est susceptible d’impliquer Israël, du fait de la solidarité organique entre Druzes de Syrie et d’Israël. 

Major General Ali Sabouh. (Facebook/Tartous Martyrs)

BEYROUTH – Les Rebelles ont assassiné un général du régime dans les faubourgs de la province de Suweida,  au sud de la Syrie, et d’habitude considérée comme sûre.

 

L’Armée des Tribus Libres – une coalition tribale appuyée par la Jordanie et qui est active dans la province de Dera’a – a revendiqué sa responsabilité, dimanche dernier, pour l’élimination ciblée d’Ali Sabouh, un général trois-étoiles occupant ce poste au sein de la Garde Républicaine, les forces d’élite du gouvernement syrien.

Dans un communiqué posté sur sa page Facebook, le groupe rebelle a annoncé avoir tué Sabouh, lors d’une “opération spéciale”, à la suite d’une période de dix jours d’observation de ses moindres mouvements. 

“Nous promettons à ce régime meurtrier [que nous conduirons] des opérations fracassantes dans ses propres quartiers-généraux”, a averti cette faction rebelle – une collection des combattants de différentes tribus de Suweida, Dera’a, Quneitra et du sud rural de Damas.

Les agences de presse favorables au régime ont pris le deuil pour marquer la mort de Sabouh, le Réseau d’Informations de Suweida relatant que l’officier supérieur de la Garde Républicaine a été tué samedi, quand “son véhicule est tombé dans une embuscade, entre les villages de Khersa et d’Ariqa, alors qu’il menait une tournée d’inspection des positions de l’armée”.

L’Observatoire Syrien des Droits de l’Homme, en retour, raconte un récit similaire de l’incident, en disant que “des hommes armés d’un groupe inconnu ont pris pour cibles les véhicules transportant les forces du régime, à l’aide d’un engin piégé improvisé, déposé le long de la route entre les villages de Khirsa et Ariqa, dans les faubourgs de Suweida”.

“L’explosion a tué le général et un certain nombre de ses gardes du corps, tout en blessant également d’autres membres des forces du régime”, ajoute cette ONG qui suit à la trace les évolutions dans ce pays déchiré par la guerre depuis cinq.

 

Une précédente élimination ciblée dans le secteur de Suweida

Une autre élimination ciblée a frappé ces cercles rapprochés du clan Assad, en avril dernier, quand  le Colonel Hussam Abboud Shalish un des principaux gardes du corps de la première Dame, Asma Al-Assad, puis ensuite, quant un autre de ses proches associés, Alaa Makhlouf a été tué par une mine déposée sur le bord d’une route dans cette province essentiellement peuplée de Druzes.

Un acte de décès officiel de Makhlouf a circulé dans sa ville natale de Qardaha, disant qu’il avait été tué “par les mains de la félonie et de la trahison dnasl a ville de Suweida”, mais le communiqué n’en disait pas plus sur les conditions exactes de la mort.

Un groupe peu connu, les Brigades des Alaouites Libres (donc issues de la même confession et des mêmes tribus que le clan Assad) est le seul groupe d’opposition à avoir  revendiqué sa responsabilité pour l’assassinat de Makhlouf, qui travaillait pour Asma al-Assad, à l’accompagnement du deuil des familles de soldats tués au combat.

Malgré ces revendications, la mystérieuse faction rebelle n’a pas de présence opérationnelle marquée ni connue, et elle devra encore, soit télécharger une vidéo censée illustrer l’attaque -comme c’estla pratique de coutume dans beaucoup d’autres assassinats ciblés – ou fournir des détails supplémentaires sur le déroulement de l’opération.

NOW

Publié le : 15/08/2016 01:08 PM

Le rédacteur-en-chef de Now Lebanon Albin Szakola (@AlbinSzakola) a rédigé ce reportage.

Adaptation : Marc Brzustowski

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.