Shoah: Henriette Cohen, rescapée, fête ses 101 ans

0
6483

Henriette entourée de 4 de ses enfants et de son ami Albert Barbouth. Photo Dominique Conrath

L’art au service de la mémoire pour transmettre le témoignage direct: Les traces de la Shoah chez une survivante des camps et la transmission chez les descendants. 

Découvrez mon nouveau film liant mes peintures, mes céramiques et le témoignage de Henriette Cohen et 2 de ses filles à son domicile, à Marseille, en mars 2018. 

https://youtu.be/v3OpiAabN40

Henriette Cohen fêtait hier, le 17 août, ses 101 ans.

Face à la barbarie de la période actuelle et à la montée de l’antisémitisme et du rejet de l’autre, elle transmet un témoignage de vigilance, adressé aux jeunes.

Jeune maman, elle vivait à Marseille. Après les rafles du Vieux Port de Janvier 1943, les Juifs furent traqués. La famille Cohen partit se réfugier à Eyguières, avec leurs 2 filles, Monique âgée de 3 ans et Nicole de 14 mois. Sur dénonciation, elle fut  envoyée à la prison des Beaumettes, puis à Drancy, déportée à Auschwitz, puis transférée à Bergen-Belsen. Elle fut libérée 3 mois plus tard, par les Britanniques. 

Ses 2 filles furent cachées par la famille Vincent, qui fut honorée de la médaille des Justes en 20O0.

Elle eut 4 enfants par la suite. Elle a ainsi aujourd’hui, 6 enfants, 13 petits-enfants et 34 arrières petits-enfants. C’est pour elle « une revanche pour ceux qui ne sont pas revenus ». Ses enfants, petits enfants et arrière petits-enfants la chérissent tous en l’appelant Mamoune.

Elle s’est longtemps tue et n’a parlé à personne de la déportation. Elle a commencé à témoigner lorsque des négationnistes ont nié l’existence des camps. De ce jour, elle a témoigné dans les écoles et a accompagné des visites scolaires à Auschwitz.

Sa fille, Monique porte elle, un double traumatisme, celui d’un sentiment d’abandon datant de la séparation brusque de sa mère lors de sa déportation, et la déportation de sa mère qu’elle vit gravée dans sa tête, comme si elle avait elle même vécu la barbarie des camps.

Aujourd’hui ses enfants et leurs conjointes, et même Elise Cohen, la femme de son petit fils, reprennent le flambeau. Ils transmettent à leur tour la mémoire au travers de l’Association Fonds Mémoire d’Auschwitz (AFMA), dont les co-Président sont Caroline Pozmentier, vice-présidente de la Région Provence Alpes Côte d’Azur, fille de Serge Pozmentier, un enfant juif caché et Albert Barbouth, un ancien enfant juif caché.

Voici son portrait que j’ai peint à l’huile sur béton

D’autres portraits sur mon site : www.fmayran.com

C’est le 7ème film réalisé autour d’un témoignage, reliant la parole d’un témoin et son histoire propre, à la grande Histoire (l’histoire collective), avec l’aide de mes peintures.

Il y eut les témoignage d’enfants cachés (Pierre Draï et Albert Barbouth), le témoignage d’une enfant rescapée des camps (Evelyn Askolovitch déportée à 3 ans), le témoignage d’une rescapée tutsie sauvée par la Juste Félicitée Niyitegeka), le témoignage d’un descendant arménien et la transmission transgénérationnelle du génocide, le témoignage de Jeannette Borzakian (résistante du MOI, épouse d’un rescapé du génocide arménien).

Vous les trouvez parmi les vidéos de mon site: http://www.fmayran.com/films-videos-et-reportages.html

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.