Retour sur la censure par Arte du documentaire sur l’antisémitisme

5
1176
Les locaux de la chaîne Arte, à Strasbourg, le 21 janvier 2013 Patrick Hertzog (AFP/Archives)
La polémique enfle autour des soupçons de censure d’un documentaire produit et financé par Arte sur l’antisémitisme en Europe dont la chaîne a annulé la diffusion prévue fin avril.
Source : I24 News

Lire également : Antisémitisme en banlieue: Arte censure un documentairePour Arte aussi les israéliens sont des colons et Pour Arte aussi les israéliens sont des colons II


Intitulé “un peuple élu et mis à part: l’antisémitisme en Europe” et co-réalisé par les documentaristes allemands Joachim Schroeder et Sophie Hafner, ce documentaire s’attache entre autres à rendre compte de l’antisémitisme islamiste et lié à l’antisionisme, des sujets jugés trop “sensibles” par la direction d’Arte France.

Catherine Dupeyron, co-auteure de la partie relative à la France, qui était l’invitée d’i24NEWS mercredi soir, a confirmé que l’équipe d’Arte France avait décidé de ne pas le diffuser.

“Dès l’origine, Arte France était réticent par rapport à Arte Allemagne”, explique-t-elle, car la chaîne craignait un manque d’objectivité.

L’équipe avait donc proposé de travailler avec Ahmad Mansour, un psychologue arabe israélien, qui a finalement tenu le rôle de simple consultant et non de co-auteur comme cela était prévu à l’origine. Arte France a ensuite motivé la déprogrammation du documentaire par le “non respect du contrat”.

Catherine Dupeyron, journaliste et co-auteure de la partie sur la France du documentaire d’Arte sur l’antisémitisme en Europe
i24NEWS

Catherine Dupeyron insiste cependant sur le fait que Mansour a eu moins de responsabilités que prévu en raison d’autres engagements professionnels et pour des raisons personnelles.

“Arte France a tiré argument de ce fait pour dire que ce n’est pas ce qui était convenu et a jugé que ce film n’est pas équilibré”, a indiqué la journaliste à i24NEWS.

“C’est un sujet qui dérange”, précise-t-elle, avant de citer le responsable d’Arte France à Strasbourg Marco Nassivera:

“c’est un sujet très délicat car Arte est soumis à deux lobbies, juif et musulman.”

Derrière ces motivations officielles, des implications plus politiques donc.

“Moi qui ai participé au terrain sur la France: je suis a moitié étonnée que le film ait été refusé”, confie Catherine Dupeyron, invoquant le “contexte politique français et les attentats”.

“Ce qui gêne je pense, c’est que le réalisateur tente de montrer un lien entre l’antisémitisme d’antan et l’antisémitisme islamiste plus récent, et il fait aussi le lien entre l’antisémitisme et l’antisionisme”, ce qui n’est pas acceptable pour une partie des gens d’Arte, car ils considèrent que cela alimente la haine des Musulmans, explique la journaliste.

A revoir (dès la 25e minute):


Paris / Jaffa | 07/06/2017 by i24news-fr

 

5 COMMENTS

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.