Pourquoi Arye Deri a pris la défense de Biden contre Ben-Gvir

Le silence du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu face aux déclarations préjudiciables de son ministre de la Sécurité nationale, Itamar Ben-Gvir, à l’encontre du président américain Joe Biden, a suscité des interrogations et des réactions dans le paysage politique israélien. Arye Deri, président du parti Shas, a exprimé publiquement son désaccord avec cette passivité, soulignant l’importance du soutien continu des États-Unis à Israël.

Dans une déclaration soigneusement rédigée, Arye Deri a exprimé sa déception quant à l’absence de réaction de Netanyahu à l’attaque verbale de Ben-Gvir contre Biden. Il a souligné l’attente anxieuse de trois heures avant que sa propre déclaration de remerciement à Biden ne soit publiée, espérant que Netanyahu prendrait une position ferme en défense de l’honneur national.

Les propos de Ben-Gvir dans une interview accordée au Wall Street Journal ont suscité un vif débat, remettant en question la loyauté envers les alliés internationaux et la priorité donnée aux intérêts politiques. Ben-Gvir a ouvertement critiqué Biden, suggérant que la politique américaine aurait été différente sous l’administration Trump. Cette attitude a été perçue comme mettant en péril les relations diplomatiques entre Israël et les États-Unis.

La réaction mitigée de Netanyahu a été interprétée comme une tentative de ménager les extrémistes politiques au sein de sa coalition gouvernementale, au détriment de l’intérêt national et des relations internationales. Le contraste entre la défense fervente de Biden par Deri et le silence de Netanyahu a mis en lumière les divergences au sein du gouvernement israélien.

Deri a souligné l’importance du soutien continu des États-Unis à Israël, dépassant le simple soutien militaire et économique. Il a rappelé la coopération étroite entre les deux pays dans divers domaines, y compris la sécurité nationale et les efforts diplomatiques.

La portée et la profondeur du soutien des États-Unis à Israël demeurent méconnues de nombreux citoyens israéliens. Ce soutien dépasse largement les déclarations publiques du président en faveur du droit d’Israël à l’autodéfense et va bien au-delà du veto exercé aux Nations unies contre les résolutions jugées préjudiciables à Israël. Il englobe non seulement les 14 milliards de dollars d’aide accordés après le 7 octobre, l’assistance en matière de sécurité, ou encore les centaines d’avions transportant des armes et des munitions. La portée de cet engagement va au-delà des visites de routine des membres du gouvernement américain, des secrétaires d’État et de la Défense, du conseiller à la sécurité nationale et du directeur de la CIA. Il va même au-delà des efforts concertés pour la libération des prisonniers et le déploiement de porte-avions, d’escadrons de chasse et de systèmes de défense autour d’Israël et de la mer Rouge.

Dans cette atmosphère politique tendue, les propos de Ben-Gvir ont été critiqués comme étant non seulement irrespectueux envers un allié clé, mais aussi comme portant préjudice aux intérêts nationaux d’Israël. La réaction de Netanyahu, ou plutôt son absence de réaction, a souligné les défis auxquels Israël est confronté dans la gestion de sa politique intérieure et de ses relations internationales.

Jforum.fr

La rédaction de JForum, retirera d'office tout commentaire antisémite, raciste, diffamatoire ou injurieux, ou qui contrevient à la morale juive.

S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

1 Commentaire
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Charles DALGER

Arié DERI ne rate jamais une occasion de jouer contre les patriotes judéo-sionistes.
Que des débiles de gauche, ou d’extrême centre, critiquent les propos sensés de BEN GVIR, ça fait partie du jeu diplomatique normal. On laisse dire un membre réputé « radical », car le pouvoir ne peut pas le dire lui-même.
Mais ce shassieux est un multirécidiviste des réactions et pire, des votes, contre les vrais Sionistes.