Pourquoi le ministère de la Santé pense-t-il qu’il est possible de vaincre le «delta» sans confinement.

Pourquoi le ministère de la Santé pense-t-il qu’il est possible de vaincre le «delta» sans confinement.

Les taux d’incidence quotidiens en Israël ont atteint un niveau record depuis le début de la pandémie, les vaccinations perdent de leur force en quelques mois, mais les experts du ministère de la Santé restent confiants que cette fois nous ferons face sans confinement.

Les statistiques de morbidité sévère incitent à l’optimisme. Le nombre de patients gravement malades en Israël reste deux fois plus faible qu’il ne l’était avec des taux d’incidence quotidiens plus faibles dans le contexte des fermetures strictes de l’année dernière.

La majorité des patients gravement malades de plus de 50 ans qui se trouvent maintenant dans les hôpitaux israéliens ne sont pas vaccinés et ont reçu une seule dose de vaccin. Si la vaccination «ne fonctionnait pas», comme le prétendent les opposants au vaccin, les personnes non vaccinées ne représenteraient désormais plus que 10 % des patients gravement malades.

41 des 666 patients gravement malades ont aujourd’hui plus de 90 ans. Parmi eux, 20 ne sont pas vaccinés, 1 a reçu un vaccin. Plus de 25% des 69 personnes âgées non vaccinées qui souffrent désormais d’une infection à coronavirus sont tombées malades, et moins de 9% des 227 vaccinées. Cela confirme que les vaccins protègent efficacement les personnes de tous âges contre les formes graves de la maladie.

Les vaccins sont les moins protecteurs des 90 ans. Plus l’âge est jeune, plus l’effet est fort. Dans la tranche d’âge 60-69 ans, les patients «actifs» sont maintenant environ trois mille, dont 2.171 sont complètement vaccinés, 820 n’ont reçu aucun vaccin. Parallèlement, 66 sur 2.171 vaccinés (3%) et 87 sur 820 non vaccinés (10,5%) sont gravement malades.

Chez les jeunes, les formes sévères d’infection sont encore extrêmement rares, la variante delta à cet égard ne diffère pas de la souche «originale» de coronavirus – et la vaccination élimine le risque pour les jeunes à presque zéro. Sur 10 patients gravement malades de moins de 30 ans qui se trouvent actuellement dans des hôpitaux israéliens, 9 n’ont reçu aucun vaccin ; les quatre adolescents «lourds» de moins de 19 ans n’ont pas été vaccinés.

Un patient vacciné «actif» âgé de 20 à 29 ans et six sur trois mille patients non vaccinés du même âge sont porteurs de l’infection sous une forme sévère – la vaccination réduit d’environ 20 fois le risque de complications graves dans cette tranche d’âge, de 0,2% à 0,01.

Selon les statistiques actuelles du ministère de la Santé, dans la cohorte d’âge suivante (30-39 ans), le risque de maladie grave pour les personnes vaccinées est 25 fois plus faible – 0,04 % au lieu de 1 %, dans la tranche d’âge des 40- A 49 ans, le risque de complications diminue 10 fois, passant de 2,5% à 0,25%. Chez les 50-59 ans, la vaccination réduit le risque d’environ 6,5 fois, de 5 % à 0,75 %. La vaccination a donc un effet approximativement équivalent au rajeunissement du système immunitaire de l’ensemble de la population d’ici 20 à 30 ans.

Dans le contexte de la croissance générale des cas d’infection enregistrés, la proportion des personnes âgées infectées diminue ; ces derniers jours, les personnes de plus de 60 ans ne représentent que 5 % du nombre de nouveaux patients enregistrés quotidiennement, tandis que la proportion d’enfants non vaccinés de moins de 12 ans est passée à 35%. Cette tendance est liée à l’effet croissant des revaccinations massives des personnes âgées, ce qui donne aux experts de bonnes raisons d’espérer que l’augmentation arrêtée de la charge hospitalière ne reprendra pas en septembre, malgré l’ouverture du système éducatif et l’abandon des formalités administratives.

Avec une forte baisse de la proportion de formes graves d’infection, l’incidence massive des adolescents et des jeunes rapproche Israël de la chère «immunité collective». On sait que ceux qui se sont remis du coronavirus sont plusieurs fois plus fiables que ceux qui ont été vaccinés; les cas de réinfection sont encore très rares. Dans cette situation, l’opinion grandit que ralentir la propagation du virus avec des mesures administratives coûteuses serait contre-productif, même du point de vue de la santé de la nation. L’ancien directeur adjoint du ministère de la Santé, Itamar Grotto, estime même que le durcissement des restrictions du trafic aérien au printemps dernier a nui à Israël – il vaudrait mieux que l’option delta pénètre dans le pays au plus fort de l’effet des vaccinations de masse, tandis que l’effet des vaccinations n’a pas encore commencé à faiblir.

JForum ‒ Infos Israel-news ‒ Divers

1 COMMENTAIRE

  1. Article rassurant. Les vaccins à arn messager n’ont atteint leur objectif que quand ils ont réussi à faire produire, par le système immunitaire de l’individu, un taux suffisant d’anticorps anti-protéine spike, et Pfizer a affirmé que son vaccin était efficace à 95%. Maintenant, on a découvert qu’après 6 mois, cette immunité humorale s’affaiblissait, mais on n’avance aucune explication de la cause de cet affaiblissement, et l’on envisage une troisième injection sans avoir réellement compris pourquoi?

    Ensuite, le dit variant delta. S’il utilise lui aussi la protéine spike pour pénétrer dans la cellule cible, je ne vois pas pourquoi le vaccin déjà utilisé serait inefficace. Il semble donc que cliniquement on observe un certain taux d’efficacité de la vaccination, donc Israël semble bien parti pour réussir son pari vaccinal.

    Je n’ai jamais cru que le sars-cov 2 pouvait muter naturellement. Les causes et mécanismes des mutations virales naturelles ne sont pas vraiment précisées. Or, tout effets a une, ou des causes. Mon raisonnement est ici philosophique : il est manifeste que ce virus est un fait de la main de l’homme, or comme celui-ci est un antagoniste de la Nature, les lois de cette dernière ne sont pas nécessairement applicables pour faire muter un virus produit par l’homme. Justement, si ce virus a été produit dans un but de guerre bactériologique, c’est pour résister aux lois naturelles. Imaginez un avion ne résistant pas à la loi de la gravitation universelle. Il est possible que les prétendus mutants aient été eux aussi produits en laboratoire. A charge aux contradicteurs de prouver le contraire.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.