Nous ne doutons pas un moment que le grand rabbin de France est relativement occupé. C’est bien ainsi. Qu’il soit apprécié, pour certaines de ses interventions, comme l’indique la Voix du Nord est une très bonne chose. Les représentations du grand rabbin sont certes très utiles, d’autant que celle du grand rabbin de Paris, sont plus rares voire inexistantes.

Mais soyons juste un peu lucides. La communauté devrait être leur première préoccupation. Nous ne voyons pratiquement jamais ces deux personnages (grand rabbin de France ou de Paris)  dans nos communautés dites de banlieue.

Il parait que se déroulent actuellement des élections au Consistoire de Paris, où non seulement les jeux sont déjà faits, mais qui plus est, cette association qui est devenue une SASU – société par action simplifiée unipersonnelle-, n’est plus un bien commun, puisque Joël Mergui a la main mise sur toutes les entités composant le consistoire.  C’est aussi sur ces points-là que l’on aurait aimé entendre le grand rabbin: le mépris des adhérents, la démocratie bafouée, l’absence de transparence, la cacherout en chute libre, bref tout ce qui fait le judaïsme qui se meurt petit à petit. Mais bon, tant que cela amuse la galerie, c’est bien. Dormez bien bonnes gens, votre communauté se meurt, tandis que d’autres se servent des institutions pour des intérêts étrangers aux fidèles.

Une conférence sur les spiritualités organisée par la franc-maçonnerie au Touquet

La laïcité et la liberté de conscience sont des principes intangibles pour la franc-maçonnerie. Elle se pose en gardienne du temple, mais reste ouverte au débat sur les multiples façons de vivre sa spiritualité, quelle que soit sa religion.

Cette réflexion sur une spiritualité laïque, détachée de la religion, donnera lieu à une conférence, ce dimanche, au palais des Congrès du Touquet. Elle est organisée par l’Agapé, une société philosophique qui regroupe des franc-maçons de différentes obédiences (Grande Loge de France, Grand Orient, Droit Humain, etc.).

Laurent Requier, membre d’Agapé, estime le moment opportun pour débattre : « Le judaïsme s’est particularisé, le christianisme s’est sécularisé et l’islam s’est politisé, un chemin spritituel est possible sans qu’il soit nécessaire d’avoir recours à dieu ou à la religion, c’est en tout cas ce qu’on pense. »

Un grand maître de la GLF

Un invité de marque sera présent, il s’agit d’Haïm Korsia, grand rabbin de France, qui représentera la communauté juive. Yves-Max Viton, ex-grand maître de la Grande Loge de France, animera les débats.

Haïm Korsia illumine le colloque touquettois consacré à la spiritualité.

« L’Agapé Touquettoise » organisait, ce dimanche, un colloque consacré aux différentes spiritualités. Spiritualités monothéistes bien sûr mais aussi polythéistes, animistes et laïques. Parmi les différentes interventions, celle d’Haïm Korsia.

Haïm Korsia, grand rabbin de France, c’est-à-dire plus haute personnalité de la communauté juive française, a été récompensé l’an dernier par le prix Edgar-Faure pour son essai politique Réinventer les aurores, présenté comme « un manifeste contre l’indifférence, un plaidoyer pour la fraternité et une politique de la jubilation ».

Très à l’aise derrière son pupitre, interagissant avec le public et illustrant ses démonstrations de notes d’humour, Haïm Korsia a délivré en quinze minutes quelques pistes de réflexion simples pour une spiritualité riche. L’engagement et la continuité par exemple : « Nous ne sommes crédibles dans les rapports avec Dieu comme avec autrui que si l’on s’inscrit dans la régularité. Faire une chose une fois est à la portée de n’importe qui. Le refaire dans la continuité, c’est autre chose. »

Le rapport à l’étranger, aussi, qu’il illustre par ce verset biblique : « Tu aimeras l’étranger comme toi-même, car tu as été étranger en terre d’Égypte. » Face à une personne nécessiteuse, que faire ? Prier Dieu pour qu’il accomplisse un miracle ou donner au nécessiteux un billet ? Plus religieuse en apparence, la première solution n’est pas la bonne pour Haïm Korsia. Une métaphore de l’engagement que le grand rabbin a offerte en guise de conclusion à son exposé. « Peut-être que le judaïsme c’est cette religion où Dieu nous dit : « Prenez vos responsabilités » et où nous lui répondons « oui, nous allons prendre nos responsabilités pour essayer de faire de ce monde le reflet de ce que tu as fait pour moi. »  »

Le 07 octobre 2021 à la grande synagogue de Lille…

«Je suis Catholique» : à Lille, le touchant soutien du Grand recteur de la Mosquée de Paris

Mercredi soir, à la Synagogue de Lille, une conférence inédite a réuni les représentants des quatre principales religions monothéistes : l’archevêque de Lille, Monseigneur Ulrich, le pasteur de l’Église Unie Protestante, Jan Roetman, le Grand rabbin de France, Haïm Korsia et le recteur de la Grande Mosquée de Paris, Chems-Eddine Hafiz. Sous les yeux de Martine Aubry, et avec un dispositif de sécurité autour du lieu de culte, où se côtoyaient des fidèles des quatre courants religieux, à la hauteur de la rareté du moment.

De gauche à droite, Laurent Ulrich, archevêque de Lille ; Élie Dahan, rabbin des Hauts-de-France ; Haïm Korsia, grand rabbin de France ; Chems-Eddine Hafiz, recteur de la grande mosquée de Paris ; Jan Roetman, pasteur de l’Église unie protestatnte et Élie Korsia, avocat au barreau de Paris, modérateur de la soirée. PH PIERRE LE MASSON – VDNPQR

Quatre religions unies pour « le vivre ensemble »

Des mots forts, entre quelques instants de légèreté, presque main dans la main. Un discours qui n’empiète pas l’un sur l’autre, et se complète même. Juïfs, Catholiques, Protestants et Musulmans veulent démontrer qu’il est possible de coexister. « On parle de bien vivre ensemble, de mieux vivre ensemble ! C’est la laïcité », synthétise Monseigneur Ulrich. Le Grand Rabbin de France, Haïm Korsia, y va de son idée, sous forme de théorème : « Dieu préfère que nous soyons rassemblés contre lui, que désunis en son nom. »

Camus, Alain… Brassens et même Khaled. À chacun sa source d’inspiration. On ressent l’énergie du pasteur protestant Jan Roetman, à grands coups de métaphores lumineuses. « Je ne connais que les hommes en minuscule, je suis un homme en minuscule ! », lance-t-il.

Les excuses de Monseigneur Ulrich…

Quelques jours après la publication d’un rapport accablant par la Commission indépendante sur les abus sexuels dans l’Église, Monseigneur Ulrich, a présenté à nouveau ses excuses aux victimes. Et il y eut ces mots, tendres, sincères, à destination de l’Église catholique, dans un contexte lourd, qualifié de « une terrible sentence ».

… et le « Je suis Catholique » du Grand recteur de la Mosquée de Paris

« Le nombre de victimes, ces douleurs, ces familles brisées, ces vies brisées, énumère Chems-Eddine Hafiz. Moi Musulman, je ne peux pas ne pas me sentir concernéEt je suis véritablement, aujourd’hui, Catholique. »

Le « J’aime les Juifs », du Grand recteur de la Mosquée de Paris

Entendre des versants du Coran résonner dans une Synagogue, c’est rare, c’est beau. « J’aime les Juïfs ! », lance Chems-Eddine Hafiz, en citant directement le texte sacré et regrettant que l’on « tente de séparer les Musulmans, des Juïfs ».

L’ancien avocat prône l’apaisement et dénonce l’Islam politique qui « instrumentalise une idéologie mortifère. C’est facile de le dire, mais nous essayons de le démontrer chaque jour. L’Islam, tel qu’il est véhiculé, n’est pas le vrai Islam. »

Jforum et Voix du Nord

4 Commentaires

  1. A la question « qui tient l’autre ?  » de la mafia ou du politique, quand il s’agit des « représentants » corrompus (et corrupteurs) de français juifs, la question ne se pose même plus.
    Les juifs français devraient, tous, comme un seul homme, dénoncer cette Cosa Nostra qui la ridiculise.
    Ce gang a la main sur tout sans bouger le petit doigt. Les pouvoirs en place ferment les yeux sur ses trafics en échange d’une neutralité…à leur service.
    Il n’y a aucun honneur à se dire solidaire d’une communauté qui se fait complice de ce qui devrait l’indigner.

  2. « Mercredi soir, à la Synagogue de Lille, une conférence inédite a réuni les représentants des quatre principales religions monothéistes » Quatre des principales réligions monothéistes!!!!!! Cela ne veut rien dire. Le catholicisme et le protestantisme ne sont pas des religions mais des églises appartenant à la religion chrétienne. Je constate que les églises orthodoxes ont été oubliées et l’on pourrait considérer cela comme de l’exclusion, du racisme et du mépris comme si les autres n’existaient pas. C’est rigolo, ceux qui dénoncent toujours l’exclusion (sans doute parlant de la leur) sont les premiers à en exclure d’autres. Catholiques, protestants, orthodoxes sont chrétiens comme tout ceux qui croient en christ. Ces différentes églises forment ensemble, la religon chrétienne. Une église prise individuellement n’est pas la chrétienté. Dire que quatre religions se sont réunies pour le vivre ensemble (quand je vois ce mot, je prends toujours mes distances car je devine qu’il y a un loup quelque part), non seulement ça ne veut rien dire mais ça me fait penser à un club élitiste d’hypocrites, éliminant les autres églises pour rester entre eux parce qu’ils le valent bien. Cela dit, si c’est pour se réunir et dire des conneries en se roulant mutuellement dans la farine pour faire croire que le vivre ensemble est le credo des temps modernes, ils ont bien fait d’oublier les autres. Peut-êter que les autres n’ont pas voulu se joindre à cette mascarade. Je laisse ce joli monde, ce gratin de dissimulateurs, qui n’en pense pas moins, à ses escobardises. C’était le bal des hypocrites, des dissimulateurs et des imposteurs. Tout le monde a peur de l’islam alors on essaie de l’amadouer en pensant qu’il nous en sera reconnaissant puisque la démograhie lui est favorable. On le sait mais on continue à accueillir et à naturaliser. Si on n’avait pas peur de l’islam, chrétiens et juifs ne perdraient pas leur temps dans ces niaiseries qui cherchent à mettre en valeur l’islam.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.