Le suicide (des médias) français.

La presse, méprisante et agressive avec Éric Zemmour, a, contrairement au candidat à l’Élysée, bien mal retenu la leçon Trump.

Même deux semaines après, le moment Zemmour à Villepinte reste fascinant : on y découvre que, si le candidat a bien appris la leçon du trumpisme, en face, les médias traditionnels ainsi que les clercs français restent bien en deçà, figés dans un dédain non négociable, confortablement paralysés par les certitudes des castes.

Listons les arguments bien appris chez Trump par le reconquérant : Zemmour a utilisé, comme attendu, ce fameux « nous » pour évoquer la France qu’il a déjà séduite, mais aussi sa personne devenue archétypale, rime riche d’une cause prétendument commune. Une sorte de « je » hypertrophié, immense, plaidant un temps nouveau mais aussi un messianisme rétroactif, propre aux populistes depuis toujours. En second, on y retrouve les topiques classiques du trumpisme : le mépris – « S’ils me méprisent, c’est parce qu’ils vous méprisent » – avec son effet d’appel attendu sur les exclus, mais aussi le complot, la haine des médias, le procès du fameux « politiquement correct », alias le poids des castes médiatiques. Du Trump en force, bien ordonné par la passion du discours, intelligemment recyclé. Du bel art, quoi qu’on veuille en penser.

Les mêmes travers. Mais où est donc le problème ? Il est dans ce que l’ex-président Nicolas Sarkozy a fini par dénoncer, exaspéré par tant de maladresses contre-productives : « L’agressivité de certains journalistes va finir par rendre Éric Zemmour sympathique. » Survivant des lynchages et vétéran des fusillades médiatiques à l’aube contre un mur virtuel, il est à même de déchiffrer ce qu’il y a d’idiot, de suicidaire, dans le traitement médiatique du cas Zemmour. Car, au final, vu de loin par l’auteur de cette chronique, il est étonnant de voir comment le zemmourisme a bien appris de Trump et comment les médias français ont si peu retenu de la débâcle des médias américains et de leurs erreurs face à l’ex-grand populiste de la Maison-Blanche.

Ils retombent, justement méprisants et peu intelligents, dans les mêmes travers : dédain pour le poids « démographique » réel du populiste juste parce qu’on ne fréquente pas le même monde ; peu de vues en coupe verticale sur la réalité du pays et ses électeurs ; mépris (et insultes) pour le « personnage » et, surtout (grande erreur), positionnement en vis-à-vis du candidat, en endossant, par inconscience et vanité, le rôle de l’adversaire, donc du coupable, donc du média du parti pris. Cédant sur la neutralité, on cède en légitimité et donc en honnêteté pour l’électeur anonyme. On devient acteur de la concurrence politique – au lieu d’en être témoin -, et on renfloue, de facto, les rangs de l’adversaire.

Entre-soi hyperurbain. Souvenons-nous : on a tellement moqué Trump, sa coupe de cheveux, sa grossièreté de langage, ses méthodes politiques barbares et si peu proches des bonnes manières, on l’a tourné en ridicule, et on a fini par jouer son jeu, malgré soi, par convaincre les plus tièdes quant à la vérité de ses théories du complot des castes. On a fini par le faire élire en confirmant ses hallucinations sur le « mépris », le « nous » qu’il veut commun entre lui et son adorateur, et qui est pourtant inconcevable entre un chômeur de New Heaven et un milliardaire de New York. C’est aux premiers jours de la victoire du populiste que la presse américaine avait découvert sa bulle, ses erreurs et l’absolu cloisonnement qui l’ont réduite à un punching-ball pour Trump et à une caste qui s’est nourrie trop longtemps aux sondages sédentaires et à l’entre-soi hyperurbain.

Aujourd’hui, chose incroyable, c’est la France médiatique qui rejoue le suicide (des médias) français, là où il fallait écouter, rapporter, ne pas engager un front perdant et illégitime, ni juger ou s’impliquer. Le populiste ? L’auteur croit à la sagesse des mythes grecs : face à Antée qui se relevait de chaque mort après que ses adversaires l’avaient jeté à terre (sa mère, Gaïa), il fallait la lumineuse ruse d’Héraclès pour comprendre les erreurs des vaincus : Antée, il fallait le porter sur son dos pour pouvoir le vaincre. Le lecteur excusera le pédantisme de la leçon finale : il est à la mesure de la naïveté et de la suffisance dénoncées.

Le Point

4 Commentaires

  1. Vote par correspondance, omicron oblige !!!! Voir même pass vaccinal pour voter? Car dans l’imaginaire de Macron les anti pass sont autant de gens qui lui ont mis une baffe en public !!!
    J’ai vraiment l’impression de vivre au moyen âge aujourd’hui.

  2. Article journalistique très banal et correct pour une gauche encore en manque d’idées. Heureusement voilà madame zorrotaubira avec son grand lasso et son langage haut en couleur. Ceci dit, on est occupé de comparer monsieur Zemmour avec l’ex président Trump. Tout est bon pour faire avaler des couleuvres à la bonne population comme on l’a fait lors des dernières élections en embrassant un beau parleur et riche de surcroit qui en fin de compte a fait avaler des cobras aux mêmes bonnes gens. Beaucoup de français critiques au lieu d’analyser le discours Zemmour. La gauche y pourvoit. C’est la seule façon de procéder pour mettre en balance le bon, le moins bon et le mauvais. mais rien de tout çà avec Zemmour. Le seul but : le mettre au tapis….. pour élire ?????

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.