Le Canada s’excuse d’avoir refusé 907 réfugiés juifs en 1939

1
79
Canadian Prime Minister Justin Trudeau (C) speaks at "Call to Invest" African roundtable Inc. at United Nations headquarters in New York City on September 25, 2018. (Photo by PETER FOLEY / POOL / AFP)

Justin Trudeau a présenté des excuses officielles au Parlement pour le refus du Canada d’accueillir en 1939 des centaines de Juifs allemands qui cherchaient à fuir le régime nazi. Il a également rappelé que 17% des Juifs étaient la cible de crimes haineux commis au Canada.

Le 15 mai 1939, à quelques mois du déclenchement de la Seconde guerre mondiale, le paquebot Saint-Louis avait quitté l’Allemagne avec près de 1 000 passagers, dont 907 Allemands juifs cherchant à échapper à la persécution.

UNITED KINGDOM – JUNE 29: Two hundred and fifty German-Jewish refugees, Britain’s share of the 907 who sailed for weeks in search of a home, landed at Southampton from the steamship ‘Rhakotis’. The rest of the refugees who voyaged round the West Indies and to American ports in the German liner ‘St Louis’ in hope of finding sanctuary are now being divided between Belgium, France and Holland.’ (Photo by Planet News Archive/SSPL/Getty Images)

Réfugiés juifs à bord du paquebot allemand Saint-Louis, le 29 juin 1939. (Archives du Planet News / SSPL / Getty Images)

Première escale du navire, Cuba leur avait refusé l’asile. Même chose aux Etats-Unis, puis au Canada, en raison d’une politique d’immigration discriminatoire en vigueur à l’époque.

Le Canada ne comptait alors que 11 millions d’habitants, dont seulement 160 000 de confession juive, a rappelé M. Trudeau.

« Pourtant, c’était encore trop pour un bon nombre de Canadiens, y compris pour Frederick Charles Blair, qui était alors responsable de l’immigration au gouvernement », a-t-il déclaré dans un discours à la Chambre des communes.

Le paquebot était finalement retourné vers l’Europe, accostant dans le port belge d’Anvers, d’où ses passagers avaient fini par se disperser, certains en Belgique, d’autres en France, aux Pays-Bas ou au Royaume-Uni. Deux-cent-cinquante-quatre d’entre eux ont péri durant l’Holocauste.

« Poids de la honte »

« Bien que des décennies se soient écoulées depuis que nous avons tourné le dos aux réfugiés juifs, le temps n’a aucunement absous le Canada de sa culpabilité ou allégé le poids de sa honte », a poursuivi M. Trudeau.

« Aujourd’hui, je me lève en cette Chambre pour présenter des excuses qui se sont trop longtemps fait attendre aux réfugiés juifs que le Canada a refusés ».

Auparavant, le dirigeant libéral a accueilli dans son bureau au Parlement l’une des dernières survivantes de ce voyage tragique, Ana Maria Gordon, en défendant la nécessité de poursuivre le combat contre l’antisémitisme.

« Nous venons d’avoir un rappel tragique (…) que nous devons continuer à travailler ensemble », a dit M. Trudeau à la presse en évoquant la fusillade du 27 octobre dans une synagogue de Pittsburgh (nord des Etats-Unis), qui a fait 11 morts et six blessés.

« Les Juifs sont la cible de 17% des crimes haineux commis au Canada, un pourcentage nettement plus élevé que celui des autres groupes », a-t-il souligné.

« La discrimination et la violence contre les Juifs, au Canada et ailleurs dans le monde, se poursuivent à un rythme alarmant. Ces maux diaboliques n’ont malheureusement pas pris fin avec la Seconde guerre mondiale ».

ouestfrance

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.