Le rabbin Yitzchak Eliezer Yakav, abatteur en chef du grand rabbinat d’Israël, responsable de l’abattage casher de bétail importé d’Amérique du Sud en Israël. Photo: Kobi Gideon / Flash90.

La force motrice qui interdit l’abattage casher : l’universalisme hostile à la Bible comme « principe de laïcité »

JNS.org – L’Union européenne aime se faire passer pour le parangon de la tolérance, de la liberté et de toutes les valeurs civilisées. Maintenant, elle a abattu le masque pour révéler quelque chose d’un peu plus laid.

Sa plus haute instance judiciaire, la Cour européenne de justice, a rendu une décision confirmant l’interdiction de l’abattage rituel casher et halal dans les deux régions de Belgique (Wallonie et Flandre). La décision soutient l’exigence selon laquelle les animaux abattus doivent d’abord être étourdis, une pratique interdite à la fois dans le judaïsme et l’islam.

À l’heure actuelle, la réglementation européenne interdit l’abattage d’animaux sans étourdissement préalable, bien que des exceptions à cette règle aient été autorisées pour l’abattage religieux.

Certains pays européens, cependant, ont interdit de telles exceptions et ont ainsi interdit les pratiques d’abattage casher et halal. Ces pays comprennent la Suède, la Norvège, l’Islande, le Danemark et la Slovénie.

Deux régions de Belgique – la Flandre et la Wallonie – ont imposé une interdiction similaire en 2017. Les Juifs et les Musulmans belges l’ont contestée, et la décision de la Cour européenne a maintenant fourni sa réponse indigeste.

Il est déjà assez grave que des pays à titre individuel aient glissé sur cette voie. Une telle décision de la plus haute juridiction de l’UE est cependant bien pire. Non seulement cela peut inciter davantage de pays à faire de même, mais elle envoie également un signal culturel dévastateur.

C’est que le principe fondamental de la modernité occidentale, selon lequel les groupes minoritaires peuvent librement pratiquer leurs préceptes religieux dans une sphère privée dans laquelle ils ne représentent aucune menace pour la majorité, est désormais rejeté à la corbeille en Europe.

Ce danger a été même souligné par l’avocat général qui a donné son avis sur l’affaire, Gérard Hogan. En septembre, Hogan a déclaré que les États membres de l’UE «sont obligés de respecter les croyances religieuses profondément ancrées des adhérents aux confessions musulmane et juive, en autorisant l’abattage rituel des animaux», et que le fait d’exiger l’étourdissement lors du processus d’abattage «compromettrait l’essence des garanties religieuses » que fournit l’UE.

Pourtant, le tribunal a écarté l’avertissement de l’avocat général, affirmant plutôt qu’il avait trouvé «un juste équilibre» entre le bien-être animal et la liberté religieuse.

Mais sa décision ne fait rien de tel. Elle est illibérale et oppressive ; elle ne défend ni le bien-être animal ni la liberté religieuse; et ses arguments ne sont pas simplement factices mais échouent même par leur propre logique interne.

Elle reconnaît tout d’abord que l’étourdissement avant l’abattage «implique une limitation» des droits des Juifs et des Musulmans à la liberté de manifester leur religion.

Elle dit ensuite, cependant, que la loi permet en fait une ingérence dans cette liberté. Comment? Par un passage de charabia linguistique qui dénature le précepte religieux lui-même.

Ainsi, Elle déclare que l’étourdissement est «limité à un aspect de l’acte rituel spécifique de l’abattage, et cet acte d’abattage n’est pas, en revanche, interdit en tant que tel».

Cela porte en effet la sophistique à un niveau élevé. Le judaïsme et l’islam exigent que les animaux «soient intacts et en bonne santé au moment de l’abattage» pour que la viande soit casher ou halal.

Étourdir un animal en tirant un boulon captif dans sa tête ou par un choc électrique peut endommager son cerveau. L’animal peut ainsi être grièvement blessé et interdit de manger. L’interdiction de l’étourdissement est donc un élément crucial dans les rituels religieux de l’abattage casher et halal.

Le tribunal prétend donc respecter la liberté de pratique religieuse en prenant sur lui de redéfinir cette pratique d’une manière que ces religions rejettent. Il cherche à interdire un précepte religieux fondamental, obligeant les Juifs et les Musulmans à adopter une pratique qui leur est interdite en vertu de la loi religieuse. Il cherche ensuite à assainir cette démarche intolérante en affirmant qu’elle n’est pas interdite aux Juifs et aux Musulmans puisque c’est le tribunal a redéfini cette loi.

Cette manœuvre oppressive serait motivée par le souci du bien-être animal. Pourtant, la Cour dénoue également cela par son propre manque de cohérence ou de logique.

Après tout, pourquoi n’a-t-elle pas insisté sur un étourdissement préalable équivalent des animaux chassés, piégés ou abattus pour le sport ou pour d’autres avantages supposés pour la communauté?

La réponse du tribunal sur ce point était risible. Dans ce type d’activités, a-t-il déclaré, «le respect des exigences en matière de bien-être animal nuirait à la nature même de l’événement concerné».

Le fait qu’exiger que les animaux soient étourdis avant l’abattage «porterait atteinte à la nature même de l’événement concerné» pour les Juifs et les Musulmans est évidemment sans importance – car, à la mode orwellienne, le tribunal a redéfini la nature même de cet événement.

La chasse, la pêche ou d’autres événements culturels et sportifs impliquant la mise à mort d’animaux «aboutissent tout au plus à une production marginale de viande qui n’est pas économiquement significative», a déclaré le tribunal. «Par conséquent, de tels événements ne peuvent raisonnablement pas être compris comme une activité de production alimentaire, ce qui justifie qu’ils soient traités différemment de l’abattage.»

Pourquoi? Quelle différence fait la «production marginale» si la principale préoccupation est le bien-être de l’animal? De toute évidence, aucune.

«Ces activités», a déclaré la décision, «se déroulent dans un contexte où les conditions de mise à mort sont très différentes de celles utilisées pour les animaux d’élevage.»

Eh bien, en effet, mais pas de la manière que le tribunal voulait dire. Le cerf souffrant douloureusement d’une blessure par balle, le vison mourant de ses blessures dans un piège ou le renard déchiqueté à pleins crocs par une meute de chiens rencontrent tous une mort bien plus cruelle que l’animal abattu selon les rites de la cacherout et du halal .

Il est essentiel pour ces rites que l’animal soit tué de la manière la plus humaine possible. En conséquence, il a la gorge tranchée avec un couteau tranchant, ce qui provoque une perte de conscience quasi instantanée et la mort.

L’idée que l’étourdissement est humain est risible. Il est souvent inefficace, faisant subir à l’animal cet assaut plus d’une fois avant de finalement lui faire perdre connaissance. Et même avec l’étourdissement préalable, les usines de transformation de la viande en Europe sont souvent des endroits inhumains où le bétail est élevé en usine, absorbant plein de produits chimiques et tué industriellement.

Donc, si l’exigence d’étourdissement a en fait peu à voir avec le bien-être animal, quelle est la véritable force motrice derrière cela?

Cette controverse entretenue sur le massacre rituel dure depuis de nombreuses années en Europe. À sa base, il reflète la priorité sur les humains qui est maintenant donnée aux animaux avec une augmentation correspondante de l’ignorance, de la sentimentalité et de l’hypocrisie sur leur bien-être.

Cette confusion morale est l’un des résultats du dogme dominant de l’universalisme, qui a amené une grande partie de l’Europe à rejeter de plus en plus les préceptes de la Bible hébraïque. Cela explique à son tour la laïcité et l’hostilité envers la religion sur lesquelles l’UE elle-même est basée.

L’UE est fière des valeurs fondamentales des Lumières que sont le libéralisme et la tolérance. Ces valeurs, cependant, ont émergé de penseurs britanniques dont les valeurs étaient encadrées par la Bible.

En Europe continentale, en revanche, les Lumières étaient alimentées par une haine vicieuse de la religion et la conviction que la raison ne pouvait être avancée que si la religion était supprimée.

C’est cette tendance européenne de la pensée universaliste des Lumières qui forme les valeurs de l’Union européenne. Elle a également donné naissance à l’idéologie prédominante de l’Occident, le relativisme moral et culturel, qui a propulsé la montée du paganisme et la vénération du monde animal et naturel aux dépens de l’humanité; et a maintenant des pratiques religieuses juives et musulmanes carrément dans son viseur.

Début 2020, les Européens se sont joints à d’autres nations du monde pour marquer le 75e anniversaire de la libération d’Auschwitz, jurant «plus jamais ça!».

À la fin de cette année horrible, les gardiens du cimetière juif européen ont plutôt montré trop tristement ce qu’ils pensent que cela signifie pour les valeurs de liberté et de tolérance que beaucoup ont donné leur vie à défendre.

avatarpar Melanie Phillips / JNS.org

OPINION

Melanie Phillips, journaliste, diffuseur et auteur britannique, écrit une chronique hebdomadaire pour JNS . Actuellement chroniqueuse au Times of London , son mémoire personnel et politique, Guardian Angel , a été publié par Bombardier, qui a également publié son premier roman The Legacy en 2018. Allez sur  melaniephillips.substack.com  pour accéder à son travail.

The Driving Force Behind the Ban on Kosher Slaughtering

1 COMMENTAIRE

  1. Ce lieu d’expression qui m’est ouvert n’est pas ma propriété.. Ses propriétaires, ses responsables sont seuls à décider de ce qui peut être publié, ou éliminé, dans le cadre de leur conviction et celui de la légalité.
    Néanmoins, j’oserais m’exprimer sur le, les dogmes religieux, issus de différentes religions à une époque où leurs prescriptions, étaient parfois, pour certaines, utiles aux sociétés humaines .
    Une grande question se pose, les pratiques religieuses doivent elles rester figées ou bien s’adapter aux évolutions de la science, de la médecine, et des progrès industriels ?
    L’exemple de l’interdiction de la consommation de porc dans des régions soumises à de fortes températures sans moyen sanitaire de conservation doit elle perdurer au temps des congélateur, de réfrigérateurs et de l’appertisation ?
    L’abattage d’animaux sains relève évidemment de la plus grande logique, aujourd’hui garantie par des experts vétérinaires.
    Le fait de les étourdir techniquement ne m’apparaît pas de nature à nuire à leur état sanitaire, bien au contraire, la diminution du stress pré abattage tend à diminuer la production de toxines liée à ce stress, beaucoup d’études l’ont démontré..

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.