Moroccan Jews and Israeli Jewish tourists participate in a religious ceremony to observe the holiday of Sukkot (the Feast of the Tabernacles) at a synagogue in the "Mellah" Jewish quarter of the Medina in Marrakesh on October 13, 2017. The once teeming Jewish area of Moroccan tourist gem Marrakesh is seeing its fortunes revived as visitors including many from Israel flock to experience its unique culture and history. / AFP PHOTO / FADEL SENNA (Photo credit should read FADEL SENNA/AFP/Getty Images)

AFP Contributor via Getty Images

La communauté juive marocaine de l’étranger réunie cette semaine à Marrakech

Plus de 200 participants, juifs mais aussi musulmans, sont attendus.

Une rencontre autour du thème “Judaïsme marocain: pour une marocanité en partage” a lieu à Marrakech cette semaine, du 13 au 18 novembre.

L’événement, organisé par le Conseil de la communauté marocaine à l’étranger (CCME) et le Conseil des communautés israélites du Maroc (CCIM) réunira à partir de ce soir plus de 200 Marocains juifs et musulmans du Maroc et de l’étranger.

Ces derniers, personnalités de la société civile, enseignants, universitaires, leaders d’opinions et du monde des affaires, journalistes, chercheurs ou encore artistes participeront à diverses activités et conférences.

 Le président du CCIM Serge Berdugo, le conseiller du roi André Azoulay, l’historien Michel Abitbol, le journaliste et écrivain Salomon Malka, mais aussi le professeur de sciences politiques Mohamed Tozy, l’anthropologue Faouzi Skali et le cinéaste Kamal Hachkar sont attendus.

Plusieurs questions transversales seront abordées lors de la rencontre, notamment sur le rôle des communautés marocaines de l’étranger dans la préservation de leur spécificité et dans la consolidation des rapports entre pays d’origine et terre d’accueil.

“L’ambition de cette rencontre n’est pas d’apporter des réponses à ces questions, mais de prolonger la réflexion”, indique le CCME dans un communiqué.

Après la projection, mardi soir, du documentaire de Serge et Marc Berdugo “Yahssra… Douk Lyam” (“Ah, le bon vieux temps”) et la présentation de deux expositions sur les portraits de Marocains juifs de l’Atlas et du Sahara et sur la réhabilitation du patrimoine culturel juif marocain (synagogues et cimetières), les participants à cette rencontre assisteront, mercredi et jeudi, à plusieurs séances de réflexion.

Celles-ci porteront, entre autres, sur l’écriture de l’histoire des juifs du Maroc, sur les “destins contrariés” des Marocains juifs, ou encore sur les perceptions et représentations des juifs dans la production littéraire, cinématographique et médiatique au Maroc.

″À l’aune du vivre-ensemble et de l’identité une et diverse consacrée constitutionnellement et dont le judaïsme est l’un des affluents, la notion d’‘exception marocaine’ prend tout son sens”, écrivent le président du CCME, Abdellah Boussouf, et Serge Berdugo dans le communiqué.

“Les rapports entre juifs et musulmans au Maroc ont été généralement ambivalents, souvent complexes. Mais pouvoir en débattre librement, ici, sans interdit et sans tabou, nourrit et confirme cette exception”, ajoutent-ils.

Les juifs marocains ont également connu la terreur des pogroms. L’historien Georges Bensoussan rappelait en 2012 « les pogroms d’Oujda et de Djérada (7 juin 1948) au cours desquels plus de 45 Juifs furent tués dans des conditions atroces ».

Vendredi, les participants pourront visiteront le Mellah, l’ancien quartier juif de Marrakech, ainsi que la synagogue Slat Al Azama, le cimetière juif, les tombeaux des Saâdiens, le Jardin Majorelle, le musée de Mouassine et la place Jemaa El Fna. Le vendredi soir et le samedi seront consacrés aux célébrations du Shabbat.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.