IL existe de sérieuses divergences dans les discussions sur la reprise du respect de l’accord nucléaire iranien de 2015 et si elles ne peuvent pas être surmontées dans un avenir prévisible, Washington devra repenser son approche, a déclaré jeudi un haut responsable américain. « Ce processus ne sera pas ouvert pour toujours », a déclaré le haut responsable américain aux journalistes. « Nous avons des différences et si nous ne pouvons pas les combler dans un avenir prévisible, je pense que nous devrons nous regrouper et trouver comment nous … allons de l’avant. »

Le sixième cycle de pourparlers indirects a été ajourné dimanche, deux jours après l’élection du président de la République islamique d’Ebrahim Raisi, le chef de la justice iranien soumis à des sanctions américaines. Raisi doit prendre ses fonctions en août. Le responsable américain, qui a parlé aux journalistes à condition qu’il ne soit pas nommé, a déclaré que la délégation américaine s’attendait à revenir à Vienne pour un septième cycle de pourparlers dans un avenir pas si lointain, mais qu’il ne savait pas quand.

L’Iran a conclu un accord avec les grandes puissances en 2015 pour freiner son programme d’enrichissement d’uranium, une voie possible vers les armes nucléaires, en échange de la levée des sanctions des États-Unis, de l’Union européenne et de l’ONU. Le président américain de l’époque, Donald Trump, a abandonné l’accord en 2018 et a réimposé des sanctions sévères, incitant Téhéran à commencer à violer certaines des limites nucléaires en 2019 tout en s’en tenant à sa position selon laquelle il n’avait aucune ambition en matière d’armes nucléaires. Le président américain Joe Biden cherche à relancer l’accord.

Mais Biden, sait bien que cette main tendue déplait considérablement aux républicains et certains démocrates. Aussi il semble déjà avoir deux fers au feu. Les États-Unis coopèrent avec Israël de manière intensive, mais aussi avec le mouvement de résistance interne Mujahedin-e-Khalk, semble même mettre en place une coalition avec la Grande-Bretagne, la France, et l’Italie. C’est  ensemble qu’ils ont procéder à un entrainement avec Israël, qui a eu lieu il y a dix jours en Italie, regroupant les différentes armées de l’air notamment dans le cadre du groupement des F-35. Cela est confirmé par les propos de chef d’état-major Kohavi.

La coopération avec les États-Unis contre l’Iran est «sans précédent», déclare Kohavi.

  • Les propos du lieutenant-général Aviv Kohavi ont été tenus le jour même où l’Iran a déclaré avoir déjoué une attaque de sabotage contre un bâtiment de l’Agence de l’énergie atomique
  • Israël s’oppose fermement à l’accord sur le nucléaire iranien, craignant qu’il ne permette à son ennemi juré de se doter de l’arme atomique.

JÉRUSALEM: Le chef de l’armée israélienne, le lieutenant-général Aviv Kohavi, a salué mercredi la coopération «sans précédent» avec les États-Unis, à l’issue d’une visite américaine visant à empêcher Téhéran de se doter de capacités nucléaires militaires. Les propos du lieutenant général Aviv Kohavi ont été tenus le jour même où l’Iran a déclaré avoir déjoué une attaque de sabotage contre un bâtiment de l’Agence de l’énergie atomique, alors que les négociations se poursuivent à Vienne entre Téhéran et les puissances mondiales en vue de relancer l’accord sur le nucléaire de 2015.

Israël s’oppose fermement à cet accord, craignant qu’il ne permette à son ennemi juré de se doter de l’arme nucléaire. Par ailleurs, la tournée du général Kohavi, qui a débuté dimanche, intervient quatre semaines après qu’Israël et le Hamas, le parti islamiste palestinien au pouvoir à Gaza, ont conclu un cessez-le-feu mettant fin à onze jours de combats violents.

Au siège du commandement central de l’armée américaine en Floride, le lieutenant Kohavi s’est entretenu avec le commandant du Centcom, le général Frank McKenzie. Ils ont discuté de la guerre de Gaza, de la situation en Syrie et de la coordination entre les pays. «La coopération opérationnelle de l’IDF avec l’armée américaine est d’une ampleur sans précédent et a atteint un nouveau sommet», a indiqué le général Kohavi dans un communiqué, en utilisant l’acronyme de l’armée de défense d’Israël.

«L’objectif commun et principal de l’action des deux armées est de contrecarrer l’agression iranienne», a-t-il ajouté. «L’Iran cherche à implanter et à enraciner des terroristes dans de nombreux pays, et continue de représenter une menace régionale en termes de prolifération nucléaire, de systèmes d’armes avancés — y compris des capacités de missiles balistiques — et de financement d’armées terroristes», a souligné le général israélien.

Il s’est également entretenu avec le conseiller américain à la sécurité nationale, Jake Sullivan, au sujet de «l’enracinement régional de l’Iran dans tout le Moyen-Orient et les failles» de l’accord sur le nucléaire avec l’Iran, selon un communiqué de l’armée. Lors de réunions avec M. Sullivan et le chef de la CIA, William Burns, le général Kohavi «a présenté de multiples façons d’empêcher l’Iran d’acquérir des capacités nucléaires militaires», selon l’armée. Le général Kohavi devrait rentrer en Israël vendredi..

JForum

2 Commentaires

  1. Joe la marionnette ventriloque manipulée par l’ordure Obama, ne sait plus quoi faire pour que les enturbannés acceptent enfin, la capitulation sans conditions des Etats-Unis.
    Malgré les innombrables concessions de Joe la serpillière, les mollahs continuent leur course à l’arme nucléaire dont ils se rapprochent dangereusement.
    Le régime des ayatollahs est animé par une idéologie religieuse que rien ne pourra ébranler.
    Ils oeuvrent pour la venue du « mehdi » et la destruction d’Israël et ils ne lâcheront pas l’affaire quoi qu’il arrive.
    L’Iran a bombardé très sévèrement une base américaine près de Bagdad sans provoquer la moindre réaction des responsables américains.
    Il ne reste que l’épreuve de force avec tous ses inconvénients pour modifier cette situation explosive.
    Les dirigeants capitulards de l’UE qui ne rêvent que de reprendre leur business juteux avec les enturbannés, se contrefichent de la situation réelle sur le terrain, ce qu’ils veulent c’est la remise en marche des usines Peugeot, Siemens, TOTAL, Vokswagen…
    Lors d’une toute récente apparition, Joe le grabataire avait le visage plein de tâches noires et tout fripé, il parlait avec beaucoup de difficulté, en regardant sans cesse sa feuille de notes, alors que la question qui lui était posée était très simple.
    Jusqu’à quand les Etats-Unis vont-ils laisser un vieillard sénile aux facultés cognitives très restreintes diriger leur pays, en raison du désir de l’ordure Obama le frère musulman, de réaliser son troisième mandat plus destructeur que les précédents ???

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.