“Nous devons nous préparer à la guerre dans le nord, c’est grave et sérieux”

“Nous devons nous préparer à la guerre dans le nord, c’est grave et sérieux”

 
 
Lors d’une cérémonie en l’honneur des soldats tombés au cours de la seconde guerre du Liban, le Chef du Commandement du Nord, Aviv Kochavi, a averti que le terrorisme chiite et le djihad mondial se propageaient et pourraient conduire à l’explosion d’une guerre sur deux fronts.
 
“Le calme dont nous jouissons actuellement dans le nord et sur le Golan depuis la fin de la guerre de 2006 pourrait changer en un instant, contraignant Israël à se préparer à une guerre sur deux fronts. Ce calme est dû à deux éléments : l’ennemi (le Hezbollah) a été battu à plate couture, ensuite, il a compris qu’Israël n’hésiterait pas à ouvrir un autre front pour protéger ses citoyens.”
 
“Le théâtre du Nord subit un changement radical, et les tendances émergentes impliquent des développements négatifs. Parallèlement à l’extrémisme chiite, le djihad mondial se répand dans l’arène syrienne et se répand sur les hauteurs du Golan. Ces deux brèches qui s’étendent au Moyen-Orient jusqu’à nos portes favorisent des guerres de religion. Nous devons nous préparer à la guerre dans le nord, c’est grave et sérieux.”
 
Kochavi a insisté sur la menace croissante de la Syrie, en gardant la même logique de discours : “Un : la frontière syrienne est devenue le théâtre d’activité terroriste contre l’Etat d’Israël ; deux : le renforcement de l’ennemi qui s’arme de missiles et de roquettes continue ; trois : l’Iran augmente sa présence dans la région, arme nos ennemis et les incite à de continuelles menaces et attaques.”
 
aviv kochaviLe Chef du Commandement Nord, Aviv Choravi
 
“Nous ne devrions pas tirer de conclusions à partir d’une période temporaire dans laquelle les Etats et les organisations terroristes sont occupés, et il ne faut pas élaborer une stratégie ou un plan de la force militaire à la lumière de la situation trompeuse, transitoire et instable présente. La situation peut changer brusquement. Nous devons préparer nos forces pour la guerre, à la fois sur le front libanais et sur le front de l’Est, et nous allons établir à leur encontre une réponse forte et décisive, dont les résultats seront clairs et sans équivoque.”
 
Des centaines de familles endeuillées des victimes de la Seconde Guerre du Liban sont venues mardi après-midi, sur le mont Adir, avec vue sur les champs de bataille dans le sud du Liban. Pas un seul représentant du gouvernement n’était venu à la cérémonie, organisée par les familles ainsi que par le Commandement du Nord. Un seul membre de la Knesset, le Général Eyal Ben Reuven était présent.
 
libanGuerre du Liban en 2006

Mardi était la quatrième cérémonie sur le mont Adir. “Je viens ici chaque fois et je suis excitée à nouveau de voir les endroits où mon fils a combattu et est tombé”, a déclaré Etti Elimelech d’Eilat, la mère de Idan Kobi, qui est tombé dans le village de Debel. Les sentiments ne sont pas faciles. Ce fut de même au cours de l’opération Bordure protectrice, tous les souvenirs douloureux nous sont revenus.”
 
June 10, 2015
 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.