Un Français soupçonné de trafic d’armes a été arrêté mardi 12 avril à Rincon de la Victoria, une localité proche de Malaga, dans le sud de l’Espagne, au cours d’une opération menée par des policiers espagnols et des agents de la police judiciaire française. Antoine Denevi, âgé de 27 ans, a été mis en examen mercredi par un juge de l’audience nationale, juridiction spécialisée dans les affaires de terrorisme, pour trafic d’armes et appartenance à une organisation criminelle, avant d’être placé en détention provisoire, a-t-on appris de source judiciaire.

Lors de son audition par un juge à Madrid, l’intéressé a nié avoir fourni des armes au djihadiste Amedy Coulibaly, qui ont servi lors de la prise d’otages dans l’Hyper Cacher de la porte de Vincennes. Le suspect a par ailleurs accepté d’être remis à la France.

Il quitte la France peu après les attentats

L’individu est originaire de Sainte-Catherine dans le Pas-de-Calais. Il était recherché par la France depuis plusieurs mois dans le cadre d’un dossier de trafic d’armes instruit à Lille. L’enquête menée sous la direction du tribunal de grande instance de Lille a déterminé que le trafiquant présumé a quitté la France quelques semaines après les attentats de janvier 2015 et s’était installé dans la région de Malaga.

Antoine Denevi avait été « identifié comme le responsable d’un réseau de trafic d’armes qui a approvisionné le terroriste français Amedy Coulibaly, auteur des attentats du 8 [janvier à Montrouge] et du 9 janvier à Paris », a rapporté la police espagnole dans un communiqué. La police précise en outre qu’il était en lien avec des hommes d’origine serbe qui auraient pu faciliter son approvisionnement en armes et en munitions.

Lors de son interpellation la police a trouvé les faux-papiers dont il se servait, un passeport européen au nom d’une autre personne, et du matériel informatique, qui fait l’objet d’expertises. Deux autres personnes, de nationalité serbe et du Montenegro, ont aussi été interpellées.

Lire aussi :   Amedy Coulibaly et ses « sous-traitants »

Ce dossier a été versé à celui de Charlie Hebdo, mais les deux affaires ne sont pas officiellement jointes, et il n’y a pas eu de mandat d’arrêt contre Antoine Denevi dans l’enquête sur les attentats de janvier.

Un des personnages clés du dossier lillois, Claude Hermant, a été entendu dans le dossier Charlie Hebdo, car il est soupçonné d’avoir, lui aussi, vendu des armes qui auraient pu se retrouver dans l’arsenal d’Amedy Coulibaly. Claude Hermant est incarcéré depuis janvier 2015, mais dans le cadre de l’enquête lilloise.

Sept individus mis en examen pour les attentats de janvier

Jusqu’ici, sept hommes au total sont mis en examen dans cette enquête sur les attentats de janvier 2015. Amedy Coulibaly a tué une policière à Montrouge le 8 janvier 2015, et quatre personnes lors de l’attaque le 9 janvier d’un supermarché de la porte de Vincennes.

Lire aussi :   Attentats à Paris : neuf gardes à vue prolongées, trois levées

Cette attaque faisait suite à l’opération commando menée par Chérif et Saïd Kouachi contre le journal satirique Charlie Hebdo, le 7 janvier, qui avait entraîné la mort de douze personnes.

Amedy Coulibaly avait été abattu par les forces de l’ordre alors qu’il sortait les armes à la main de la supérette. Un peu plus tôt, les frères Kouachi, retranchés dans une imprimerie de Dammartin-en-Goële (Seine-et-Marne), avaient également été tués par la police.


Le Monde

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.