Fuites au Bac : un surveillant d’Ozar-Hatorah Créteil en examen

8
3441

Fuites au bac : le surveillant mis en examen avec trois autres personnes

Quatre jeunes fraudeurs avaient été condamnés en 2018 à trois et quatre mois de prison avec sursis.

Quatre jeunes fraudeurs avaient été condamnés en 2018 à trois et quatre mois de prison avec sursis.

afp.com/FREDERICK FLORIN

Ils ont été placés sous contrôle judiciaire. Au total, 21 personnes ont été placées en garde à vue dans cette affaire.

L’enquête se poursuit mais quatre suspects ont d’ores et déjà été mis en examen, vendredi, dans l’affaire sur les fuites des sujets de mathématiques du bac. Les deux candidats au baccalauréat et le couple de trentenaires interpellés ont été placés sous contrôle judiciaire, rapporte le parquet de Paris.

LIRE AUSSI >> Fuites au bac : un surveillant soupçonné d’avoir revendu des copies en garde à vue

Les deux candidats ont été mis en examen pour fraude aux examens et recel d’abus de confiance, le jour des résultats du bac. Concernant le couple, l’homme, un surveillant dans un établissement privé sous contrat, a été mis en examen pour abus de confiance et complicité de fraude aux examens. Sa compagne l’a pour sa part été pour complicité de fraude aux examens et recel d’abus de confiance.

Des fuites pour perpétuer les très bons résultats du lycée ?

Lui est soupçonné d’avoir eu accès aux sujets et de les avoir revendus, tandis qu’elle serait intervenue dans la remise des sujets aux candidats. Selon Le Parisien, l’homme, né en 1982 tout comme sa compagne, serait un surveillant du lycée Ozar-Hatorah de Créteil, dans le Val-de-Marne.

Pour sa défense, le surveillant explique avoir agi “pour perpétuer les habituels très bons résultats de l’établissement de Créteil”, qui atteint presque tous les ans les 100 % de réussite, selon Le Parisien.

Son employeur lui aurait implicitement fait comprendre qu’il serait bon de “donner un coup de main à quelques élèves en difficulté”. “Mon client n’est mis en examen que pour la complicité, c’est notable”, affirme son avocat, Me Habib, dans le quotidien.

Une enquête ouverte

Les deux candidats mis en examen sont pour leur part soupçonnés d’avoir acheté les sujets. Des fuites concernant les épreuves de mathématiques des séries générales avaient été relayées “par messagerie privée Whatsapp ou par SMS”, avait indiqué le 21 juin le ministère de l’Education nationale, qui avait déposé plainte.

Une enquête avait été ouverte par le parquet de Paris dans la foulée et les investigations confiées à la brigade de répression de la délinquance à la personne (BRDP) de la police judiciaire parisienne. Au total, 21 personnes ont été placées en garde à vue dans cette affaire et 17 d’entre elles ont été remises en liberté.

Par LEXPRESS.fr avec AFP ,

Bac 2019: la fuite des sujets viendrait du lycée Ozar-Hatorah de Créteil

Un surveillant de l’établissement a été mis en examen. Il assure avoir agit sur les ordre de son employeur.

La fuite est localisée. Elle viendrait du lycée privé Ozar-Hatorah de Créteil (Val-de-Marne), selon une information du Parisien. Un surveillant de cet établissement a été mis en examen pour «complicité de fraude dans un examen», a confirmé au quotidien son avocat, Me Samuel Habib. Parmi les autres mis en examen, figurent la compagne du surveillant ainsi que deux élèves qui ont été placés sous contrôle judiciaire.

» LIRE AUSSI – Bac 2019: le coup de billard à trois bandes de Jean-Michel Blanquer

PUBLICITÉ

Entendu dans la nuit de jeudi à vendredi, l’homme aurait avoué avoir partagé à un élève le sujet de géographie ainsi qu’une photo de celui de mathématiques à deux autres étudiants de l’établissement. Ces derniers auraient largement diffusé le cliché. S’il reconnaît sa culpabilité, le surveillant affirme avoir agi à la demande implicite de son employeur, explique son avocat au Parisien. Soucieux de voir le taux de réussite de l’établissement atteindre les 100% comme c’est chaque année le cas, sauf en 2018, il lui aurait suggéré l’idée. «Mon client n’est mis en examen que pour la complicité, c’est notable», a déclaré au quotidien Me Samuel Habib

lefigaro.fr

8 COMMENTS

  1. La ” fuite ” arrive au mauvais moment à Ozar-Hatorah .

    Les victimes innocentes de Toulouse n’ont pas eu cette chance face à l’ordure de MERDAH .

    OK ce n’est pas bien mais qu’on nous lache la grappe .

    Des ” fuites ” il y en a partout et même pires que celles là .

  2. En temps que juifs vraiment en ce moment on avait pas besoin d’une connerie pareil et dire que cette école est dirigé par des religieux c’est pareil la ou il y’a les religieux il y’a la merde et corruption

  3. je suis choquée. Quelle honte. Cela s’est passé dans un établissement privé juif alors bien sur on s’en donne à cœur joie dans les médias. J’imagine les remarques “encore ces juifs qui en veulent toujours plus, qui veulent être encore les premiers” Etc etc…Pourtant tous les ans cela se produit dans d’autres établissements mais pas juifs donc on n’en fait pourtant pas une affaire d’état. et je ne parle pas d’antisémitisme ces personnes qui ont agi de cette façon doivent être punis en conséquence Commençons par faire payer dans les hautes sphères de la politique où la corruption est bien ancrée.

  4. Les bonnes notes aux examens n’ont de valeurs que si elles ont été obtenues dans le respect des règles. Notre devons être exemplaires.

  5. Si cela est vérifié ; Quelle honte !!!!!!voilà pourquoi on n’a plus confiance dans n os institutions
    Une opération est absolument nécessaire !!! Et qu’on ne détourne pas le problème en antisémitisme

  6. “Fuites au Bac : un surveillant d’Ozar-Hatorah Créteil en examen”, on dirait le titre d’un sketch sur une intervention de plomberie (fuites, bac, examen) ou bien une perle du bac…LOLLL
    A part ça, ils ont fauté, ils doivent payer.
    Ca à coté de la corruption de nos zénarques, c’est de la pipi d’chat.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.