« Elle a protégé avec son corps » je remercie aussi  les combattants qui étaient avec moi et les citoyens de l’Etat d’Israël »

Au cours d’une activité opérationnelle de lutte contre le terrorisme dans le camp de réfugiés de Jénine, la regrettée sergent Shai Garmai, combattant des forces spéciales de l’IOSh, a été tué suite à l’explosion d’un puissant engin explosif utilisé contre un type « David », véhicule opérationnel dans lequel elle voyageait. Trois autres combattants du MGB ont été blessés lors de cet incident difficile.

Le commandant de Garmai, le sergent Maya Nikitz, commandant de la 23e compagnie de Jénine, a décrit ce matin : « Chaque jour et nuit, nous menons telle ou telle activité dans le but de lutter contre le terrorisme dans le camp de réfugiés de Jénine. nous sommes partis pour une mission, à la fin de laquelle une voiture, la nôtre, du type David, est tombée sur une charge ventrale de 20 à 30 kilos enfouie sous terre. Le David lui-même s’est renversé et nous nous sommes retrouvés avec trois blessés et un mort, Shai Garmai Zacharona de mémoire bénie. »

« À ce moment-là, nous n’y réfléchissons pas à deux fois. Nous sommes habitués dans ce domaine, nous avons personnellement vécu des incidents d’engins explosifs et des tirs. Nous sommes habitués à telles ou telles activités et faisons des exercices à la base avant chaque départ en mission ou activité. Nous sommes professionnels et préparés pour cet événement. Dès que nous avons reconnu que nous avions blessé directement des personnes, nous avons effectué une garde, nous avons déchargé les véhicules et sommes sortis pour les secourir, le tout sous le feu très nourri d’une escouade terroriste qui nous a tendu une embuscade là-bas. Ce sont eux qui ont activé la bombe anti-force. Le seul objectif qui vous vient à l’esprit est de les faire sortir de là le plus rapidement possible afin de recevoir des soins médicaux. »

Combien de temps a-t-il fallu pour pouvoir évacuer ? Vous étiez sous un feu nourri.

« Il y a eu une fusillade très massive. Lors du sauvetage, nous avons tout ce qu’il faut pour dégager les blessés. Nous l’avons fait de la manière la plus professionnelle possible et je crois qu’en 40 quelques minutes, nous les avions déjà évacués par hélicoptère. »

Parle-moi de Shay.

« Shay était une fille au cœur d’or. Il était impossible d’ignorer son sourire, sa beauté. Nous sommes arrivés ensemble dans la Compagnie 23, nous servons ensemble depuis une dizaine de mois. C’est une véritable amie, elle fait tout pour D’un point de vue opérationnel également, elle a été la première à être sollicitée pour aider et participer à toutes les activités possibles. Grâce à cela, elle a reçu un insigne d’honneur des mains du général de brigade de la brigade Menashe.

La guerre a changé la perception de l’intégration des femmes dans les forces combattantes.

« Les gardes-frontières sont une force mixte. Les soldats de la compagnie sont impliqués quotidiennement dans diverses activités, il n’y a aucune différence entre la race et le sexe. Nous sommes actifs avec nos amis, qui nous soutiennent. Grâce à cela, on continue, on avance, on ne lâche pas l’accélérateur. Après La guerre a aggravé la situation, mais cela ne veut pas dire que nous n’avons pas vécu des choses comme ça auparavant. Nous sommes habitués à cette routine. Je salue Shei Garmai qui m’a protégé avec son corps, les combattants qui m’accompagnaient dans cette activité et les citoyens de l’État d’Israël. »

JForum.fr avec Mako
Photo : porte-parole de la police

La rédaction de JForum, retirera d'office tout commentaire antisémite, raciste, diffamatoire ou injurieux, ou qui contrevient à la morale juive.

S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

1 Commentaire
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Léa

Que sa mémoire soit bénie