La police anti-émeute en action dans le camp de réfugiés de Souda
Au cours d’une manifestation qui a dégénéré, des réfugiés qui avaient pillé et volé des feux d’artifices ont mis le feu au camp de Souda et à des habitations situées à proximité. Un affrontement avec des néo-nazis aurait provoqué les hostilités.

Selon Nea-Online, une action de protestation s’est déroulée dans le camp de réfugiés de Souda, sur l’île grecque de Chios. La manifestation, qui avait débuté dans la soirée du 16 novembre, a dégénéré lorsque des migrants ont investi un magasin de feux d’artifices.

Après avoir pillé l’échoppe, ces réfugiés ont utilisé les explosifs pour mettre le feu à leur camp avant de braquer leurs armes de fortune en direction des résidences et des maisons voisines. Les demandeurs d’asile en colère auraient également jeté des pierres, dévalisé des véhicules et d’autres magasins situés à proximité du camp.

D’après RUPTLY, l’agence vidéo de RT, et selon les informations circulant sur les réseaux sociaux, c’est une confrontation entre des migrants et des partisans de l’organisation néo-nazie Aube Dorée qui aurait déclenché cette éruption violente de fureur. 

Selon des chiffres officiels, près de 66 000 réfugiés et migrants sont actuellement bloqués en Grèce après la fermeture des frontières en Europe en début d’année.

Malgré l’accord UE-Turquie qui a endigué en partie le flux migratoire, le rythme des arrivées des migrants a commencé à reprendre ces derniers mois. Régulièrement, des heurts et des incidents éclatent dans les centres d’accueil des îles grecques débordés par l’afflux de migrants. 

RT FRANCE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.