Le 15h17 pour Paris: Clint Eastwood convoqué au procès de l’attentat du Thalys

Par Mégane Choquet — 20 oct. 2020 à 10:45

Alors que le procès de l’attentat avorté du Thalys en 2015 se tient dans quelques semaines, il semblerait que Clint Eastwood, réalisateur du film Le 15h17 pour Paris, soit attendu parmi les témoins selon France Inter.

Cinq ans après la tentative d’attentat dans le Thalys 9364 à destination de Paris, le procès devant la cour d’assises de la capitale contre le tireur interpellé Ayoub El-Khazzani doit s’ouvrir le 16 novembre prochain.

Pour rappel, les faits se sont déroulés le 21 août 2015 et l’homme, muni d’une kalachnikov, a été désarmé par trois américains, Alek Skarlatos, Spencer Stone et Anthony Sadler. Erigés en héros, les trois hommes ont raconté leurs versions des faits dans un livre, intitulé Le 15h17 pour Paris et publié l’année d’après.

L’acteur et réalisateur Clint Eastwood s’était alors emparé de l’histoire pour mettre en scène une adaptation du livre, également intitulé

Le 15h17 pour Paris, avec les trois américains jouant leurs propres rôles. La sortie du long-métrage en 2018 avait alors fait polémique puisque Me Sarah Mauger-Poliak, l’avocate d’Ayoub El-Khazzani, avait indiqué à AlloCiné que ce film biaiserait la vision des faits : « Comment espérer de ces acteurs-victimes ou témoins qui auront appris et intériorisé leur rôle à l’écran, la spontanéité et la sincérité que suppose la justice, lorsqu’ils seront les acteurs, non plus d’un film mais d’un procès ? »

Aujourd’hui, le procès devrait accueillir une quarantaine de témoins dont… Clint Eastwood ! En effet, selon les informations de France Inter, l’acteur et réalisateur américain est attendu le lundi 23 novembre.

Me Sarah Mauger-Poliak explique l’importance de cette citation puisque « les soldats américains, et c’est regrettable, ne se sont pas présentés à la reconstitution organisée par la justice alors qu’ils ont passé des mois à rejouer la scène devant les projecteurs hollywoodiens ».

Si Clint Eastwood se présente au procès, – ce qui reste encore incertain dans ce contexte de pandémie de coronavirus – , la défense de l’accusé espère qu’il apportera « son éclairage sur l’attitude de Messieurs Stone, Skarlatos et Sadler sur le tournage et sur les consignes de tournage quant au déroulement des scènes censées reproduire avec exactitude les faits survenus le 21 août 2015 ».

France Inter rappelle qu’une convocation à la cour d’assises oblige l’appelé à se déplacer sous peine d’amende.

Le contexte particulier et le fait que Clint Eastwood réside aux États-Unis pourraient amener les autorités à envisager une solution singulière : le témoignage par visioconférence.

https://www.allocine.fr/article/fichearticle_gen_carticle=18693880.html

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.