Les “Assises contre l’islamisation de l’Europe”, ou les dangers de l’extrême droite européenne.

0
274

Voilà une tribune ouverte du Nouvel Obs

par Benjamin Abtan*

On aurait tort de sous-estimer l’importance des “Assises contre l’islamisation de l’Europe” organisées par le Bloc Identitaire ce samedi à Paris.
Tout d’abord, cette manifestation montre que les groupes racistes européens sont en lien, en capacité de travailler ensemble et de régénérer une idéologie raciste commune. Face à cette réalité, la constitution récente par SOS Racisme de l’European Grassroots Antiracist Mouvement (EGAM), regroupant les principales organisations antiracistes d’Europe, est une réponse de la société civile européenne, mais force est de constater qu’en la matière, les forces militantes et politiques qui font du rejet de l’Autre le fondement de leur construction intellectuelle et de leurs programmes politiques ont pris de l’avance.

Ensuite, cette manifestation vient illustrer le fait qu’en Europe, de plus en plus, cet Autre contre lequel il faut se liguer, cet Autre à exclure d’une présence pleine et entière dans la société, en particulier des lieux de pouvoir, cet Autre qu’il faut discriminer et expulser, cet Autre contre lequel il faut définir un “nous” exclusif et ethnicisant, c’est le Musulman.

C’est dans le fantasme d’une invasion musulmane du continent et dans la croyance, qui relève de la psychose, en une menace identitaire sur le point de détruire l’Europe qu’il faut trouver le coagulant idéologique qui permet de souder entre eux des groupes racistes européens qui se différencient de plus en plus en intégrant dans leurs discours l’expression de particularismes nationaux.

A cet égard, Geert Wilders, dirigeant du Parti pour la liberté (PVV) néerlandais, est un exemple éloquent. Tenant compte de certains éléments de consensus dans la société néerlandaise, notamment la liberté d’expression et la tolérance religieuse, c’est prétendument au nom de ces principes, qu’il abhorre en réalité, qu’il alimente la haine des musulmans. De même, certaines déclarations de Marine le Pen, comme la présence à ces “Assises contre l’islamisation de l’Europe” d’organisations ou de personnalités se réclamant du combat pour la laïcité, veulent faire croire à l’intégration de cet élément, relativement consensuel, dans le discours de l’extrême droite française, alors même que le Front National, fort de ses courants catholiques fondamentalistes, constitue la force politique qui la combat le plus.

Ne soyons pas dupes : ces manipulation relèvent plus du subterfuge de communication que d’autre chose.

De même, si la figure de fixation des discours racistes change, c’est toujours bien le même mécanisme qui est en jeu : identifier l’ennemi intérieur – juif, musulman ou Rom – pour, sous couvert de se défendre d’une prétendue agression, expulser, puis détruire tous ceux qui n’entrent pas dans la catégorie d’un “nous” racialisé.

Par ailleurs, la présence à ce rassemblement d’Oskar Freysinger, dirigeant du parti d’extrême droite suisse UDC, connu notamment pour avoir imposé, et remporté, le référendum sur l’interdiction des minarets, n’est pas anecdotique et illustre la capacité de circulation des discours racistes en Europe.

En effet, celui qui annonce fièrement qu’il prendra pour la première fois la parole en France ce samedi n’a en réalité pas eu besoin de s’y déplacer physiquement pour que ses idées y circulent. C’est en effet en filiation avec le débat suisse qu’en née, dans le chaudron du débat sur l’identité nationale, la loi sur l’interdiction de la burqa en France. Sans vote suisse, ou sans débat français et ses nombreux dérapages racistes, pas de discours stigmatisants aux relents nauséabonds servant de justifications à cette loi.

Or c’est directement en référence aux arguments avancés par les promoteurs de cette loi en France que les “Démocrates Suédois”, l’extrême droite suédoise, ont pu imposer cette thématique dans la campagne électorale, ce qui leur a permis de franchir pour la première fois les portes du parlement et de provoquer un véritable coup de tonnerre en Europe.

On voit bien là la redoutable efficacité de cette circulation, dont ces “Assises sont un accélérateur autant qu’un symbole.

Enfin, comme un nombre croissant de partis de gouvernement reprennent des éléments de discours ou des points de programme élaborés dans les franges extrêmes de l’échiquier politique, ces “Assises” devraient nous renseigner sur les tendances à venir.

Par exemple en Hongrie, c’est sous l’influence du Jobbik, qui prône depuis sa fondation en 2003 la reconquête des territoires de la “Grande Hongrie” perdus depuis le Traité de Trianon en 1920, que le Fidesz au pouvoir fait monter la fièvre nationaliste magyare, ce qui ne manque pas d’attiser les tensions avec la Slovaquie voisine et de marginaliser encore un peu plus les communautés Rom et juive du pays.

De même en France, la criminalisation des immigrés et de leurs descendants, qui est au cœur de l’offensive sécuritaire lancée par Nicolas Sarkozy au cours de l’été, n’est qu’une reprise d’une thématique portée par le FN depuis de nombreuses années.

Il nous faudra donc être attentifs pour combattre dans les mois qui viennent les discours élaborés lors de ces rencontres et pour empêcher leur passage vers les partis de gouvernement.

Ainsi, tant par ce qu’elles représentent que par ce qu’elles ne manqueront pas de produire, ces “Assises” sont un événement politique d’importance, à combattre avec toute l’énergie que donne le désir d’une société débarrassée du racisme.

*Benjamin Abtan est Secrétaire Général de l’European Grassroots Antiracist Movement – EGAM – et Membre du Bureau National de SOS Racisme

=================

NDLR – Sans nul doute l’islamophobie est à combattre. La haine de l’autre, la haine gratuite, et la haine sans discernement ne peut et ne doit avoir droit de cité. Maintenant le respect ne peut être que mutuel, sauf à être suicidaire. Une grande majorité des musulmans sont tolérants. Acceptons cela comme un postulat. Il n’en demeure pas moins que depuis l’indépendance des pays arabes cette « tolérance » s’est traduite par le départ massif de tous les juifs et maintenant de tous les chrétiens. Les discours et les comportements des «masses arabes » sont hostiles aux juifs et aux occidentaux.

Il faut œuvrer pour le rapprochement des uns et des autres, mais sur une base de respect mutuel. Or la culture de la haine reste majoritaire même avec les pays arabes en paix avec Israël, l’Egypte en est la parfaite illustration.

La culture du terrorisme – fait d’une minorité – reste fortement ancrée et pas seulement à Gaza ou au Liban, mais aussi en Egypte, au Maroc, en Arabie Saoudite, en Afghanistan, en Indonésie, au Soudan, voire en Suède, en Angleterre, ou au Etats-Unis.

Que cette situation soit intolérable et intolérée, n’est pas surprenante. Et quand en Europe comme le montrent les vidéos des personnes revendiquent à la foi cette culture, mais qui plus est veulent l’imposer dans les citées, le citoyen moyen est en droit de la rejeter.

Quand au prétexte du politiquement correcte on cherche à museler ce même citoyen, au lieu de combattre cette situation, il n’est pas étonnant qu’il se tourne vers celui qui va lui sembler résoudre cette situation.

L’autisme et l’aveuglement des braves gens de gauche, font le lit de l’extrême droite. Le discours de tolérance se heurte à une réalité de terrains. Rendre Sarkozy responsable de la situation, c’est oublier que Jospin – Premier Ministre de l’époque – à perdu en partie par sa sous-estimation des problèmes de banlieue ce qui a permis à Le Pen d’être présent au second tour d’une élection prémonitoire.

Si la droite en Europe, et même chez nos amis suisses qui ne sont pas des violents, progresse, ce n’est parce que les médias font dans l’islamophobie, mais c’est parce qu’il y a un ressenti.

Nous pouvons dire qu’il fait beau et que tout va bien, puisque le « Préfet est arrivé Place Beauvau en moins de trois minutes », mais en se foutant des Français de manière aussi flagrante, on démontre que l’on est plus en phase avec la réalité, et plus en droit de gouverner, et encore moins de venir donner des leçons.

ELEMENTS DE REPONSE.

Pour Monsieur Abtan en particulier


1 COMMENT

  1. Mais Monsieur ABTAN vous avez des yeux pour ne point voir, des oreilles pour ne point entendre!! L’islamisation de l’Europe est en marche: rien qu’en France 45 000 jeunes se sont convertis à l’Islam (avec des cas célèbres comme Cantona, Riberi…) Le seuil des 20% de musulmans dans la société française va etre rapidement atteint voir dépassé. Et alors la “religion de paix et de dialogue” montrera son vrai visage “le Djihad” et ce sera à “nous d’en sortir, nous qui parlions en maitre”. Ne voyez vous pas ce qui se passe en Belgique et en Hollande, à Malmoe en Suède…

  2. Beaucoup d’Israélites bien-pensants participent de cet œcuménisme anti-raciste style MRAP Bolchévique- PC des années 50-90 qui était déjà parfaitement anti-sioniste en cautionnant sans ambages ni limites, le gouvernement soviétique emprisonnant des Juifs en Russie (je me garderai bien de les appeler juifs russes! Les Russes ne le méritent pas!) pour avoir mangé des Matzoth…..
    Ce sont, LICRA inclue, des imbéciles,…comme ceux d’hier….
    Je leur promets, sans prendre beaucoup de risques, la même destinée honteuse et le succès des précédents!

  3. J’arrive à peine à croire ce que je lis dans votre article ; j’ai suivi une partie des allocutions diffusées sur internet lors des Assises contre l’islamisation de l’Europe ; ce que j’ai entendu est vrai ; l’islam nous envahit de plus en plus ; les musulmans en demandent toujours plus et nos dirigeants ferment les yeux, laissent courir et plient ; de nombreux Français réagissent contre cet envahissement ; mais aussitôt on les enferme dans “l’extrême droite”, ce qui est en fait une manière de les annuler, de les rabaisser, de les mépriser … L’islam menace notre culture, nos valeurs, les fondements judéo-chrétiens de notre civilisation occidentale ; il faut être aveugle pour ne pas le voir ! Et que font nos dirigeants ? Pas grand chose ! C’est pourquoi ceux qui se rendent compte du danger qu’est l’islam pour nos pays n’ont pas d’autre solution que de rejoindre ceux qui osent parler et combattre ce danger qu’est l’islam ; ce n’est PAS UNE QUESTION DE RACISME ; je connais des arabes chrétiens qui refusent autant l’islam que moi, et je n’ai rien contre eux ; je n’ai rien non plus contre les maghrébins qui ont résolument abandonné l’islam ; c’est l’islam que je refuse (qu’il soit porté par des blancs, des noirs ou des beurs) ; l’islam n’est pas une race ; c’est une religion totalitaire, elle tue notre civilisation occidentale ouverte, elle tue notre liberté. Les intervenants de ces Assises ont clairement pris position en faveur d’Israël ; JE L’AI ENTENDU ! Ils ne sont PAS ANTISEMITES ! Une fois de plus l’auteur de cet article est en train d’imposer le “politiquement correct” de la plupart des médias qui étouffent la voix du peuple ; les nazislamistes et les gauchistes provoquaient du trouble en dehors de l’Espace Charenton pour empêcher cette rencontre , alors qu’à l’intérieur, il y avait des réactions tout à fait mesurées au fur et à mesure que parlaient les intervenants ; on se serait cru dans un amphi d’étudiants, sans plus ! Le mensonge des médias est encore en train de paver de velours le chemin de l’islam et de tous ses adeptes idiots utiles ordinaires !

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.