Boycott d’Israël : le tribunal de Bobigny n’ose pas se prononcer…

0
135

Le procès de quatre militants pro-Palestiniens jugés par le tribunal correctionnel de Bobigny pour provocation à la discrimination, après des actions de boycott de produits israéliens dans des supermarchés de banlieue parisienne, a été renvoyé jeudi au 20 octobre.
La 14e chambre a décidé de “surseoir à statuer” et a renvoyé l’affaire au 20 octobre, dans l’attente d’une décision de la Cour de cassation sur un arrêt de la cour d’appel de Bordeaux dans une affaire similaire.

La Cour de cassation devra notamment se prononcer sur une question préalable de constitutionnalité (QPC) soulevée par la défense à Bordeaux, et évoquée également à Bobigny.

Environ 200 manifestants, ayant déployé une grande banderole “Boycott Israël” et des drapeaux palestiniens, s’étaient réunis dans le calme devant le tribunal avant l’audience.

Début 2009, les militants poursuivis avaient organisé des actions de boycott de produits israéliens dans des supermarchés de la banlieue parisienne.

Ces actions s’inscrivaient dans la “Campagne internationale BDS” (“Boycott, désinvestissements, sanctions”) lancée par la société civile palestinienne pour lutter de manière non violente contre “l’illégalité” de l’exploitation économique par Israël des territoires occupés après 1967, selon ses promoteurs.

“On ne peut pas reprocher un boycott, qui se limite à un appel à ce boycott. Il y a un texte sur l’entrave matérielle mais pas un texte qui pénalise l’appel au boycott”, a expliqué Me Antoine Comte, avocat des prévenus.

Mgr Jacques Gaillot, présent à l’audience, ou encore Michèle Alliot-Marie sont cités comme témoins.

“Quelle que soit la décision, nous continuerons à boycotter l’état d’Israël, tant que les Palestiniens n’ont pas retrouvé leur liberté”, a assuré à l’AFP Jocelyne Zemor, prévenue dans cette affaire.

Le Bureau national de vigilance contre l’antisémitisme (BNVCA) est partie civile ainsi que la chambre de commerce France-Israël, l’union des associations juives d’Ile-de-France, l’association avocats sans frontières et l’association France-Israël.

Les prévenus encourent un an de prison et une amende de 45.000 euros.

BOBIGNY, 17 mars 2011 (AFP) –

1 COMMENT

  1. S’ils sont condamné? ils sont venu 200 devant le tribunal imaginez s’ils avaient été condamné
    bonjour les représailles en efet le 20 Octobre tombe un jeudi je serais bien curieux s’il y aura une sentence
    dans 7 mois le temps que sa s’oubli ou se sera marqué dans le journal en tout petit petit

  2. Et oui Jocelyne zemot allez dans les pays du magrheb défendre vos frères qui en ont vraiement besoin
    Vous serez peut être labienvenue quoique j en doute la bas on vous coupe la tête si vous vous mêlez de leur politique et en France vous faites ce que vous voulez vous savez pourquoi c est pas qu on vous aime mais les français ont peur de vous ils savent que vous êtes des barbares vivement mlp pourquoi pas elle peut pas être pire que le ps les verts ou le postier débile bon vent a vous jojo

  3. L’Islamisation est déjà un succès triomphant à Bobigny et en Seine Saint-Denis!!! Jocelyne Zemor,hélas! quelle pitié de vous voir associée avec ces gens.Retournez donc en Algérie, Tunisie ou Maroc!!! Vous y serez certainement mieux à défendre les pauvres Palestiniens!!

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.