Les jeunes Jordaniens qui campent sur une place d’Amman pour réclamer des réformes ont été de nouveau attaqués vendredi par un groupe de loyalistes qui leur ont jeté de grosses pierres, faisant 57 blessés, a constaté une journaliste de l’AFP.

Près de 200 partisans du pouvoir, se sont acharnés sur les “Jeunes du 24 mars”, un groupe rassemblant différentes tendances, y compris des islamistes. Trois des blessés ont dû être hospitalisés, tandis que les autres étaient soignés par des médecins sur place. Parmi les blessés figurent un photographe et un policier.

La police tentait de contrôler le groupe de partisans du pouvoir qui se trouvait sur un pont qui surplombe la place, a constaté l’AFP. “Par l’âme et par le sang nous nous sacrifierons pour toi Abou Hussein” (le roi Abdallah) scandaient les loyalistes en lançant des pierres, alors que des jeunes munis de haut parleurs répliquaient “samedine, samedine” (inébranlables).

“Nous ne sommes pas des opposants, nous sommes des citoyens”, “Abou Hussein nous la voulons pacifique (la contestation)” ont également clamé les jeunes. La gendarmerie est ensuite entrée en action pour disperser les manifestants des deux bords, en utilisant des canons à eau. Les jeunes manifestants avaient déjà été attaqués dans la nuit de jeudi à vendredi par des loyalistes qui leur avaient jeté des pierres, blessant une trentaine d’entre eux. La nouvelle attaque était cependant plus violente, selon une journaliste de l’AFP.

En Jordanie, où des manifestations se poursuivent depuis trois mois, l’opposition islamiste ainsi que les mouvements de gauche et nationalistes, n’ont pas appelé à un changement de régime, mais à de profondes réformes politiques et à la fin de la corruption.

AMMAN, 25 mars 2011 (AFP)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.