75 % des Palestiniens « satisfaits » de la guerre terroriste du Hamas

L’opinion publique palestinienne en mutation : un sondage révèle des tendances inquiétantes

Une récente enquête menée par le Centre de recherche sur les politiques et les enquêtes palestinien dévoile des changements significatifs dans l’opinion publique palestinienne, soulevant des questions sur l’avenir politique de la région.

Le sondage, réalisé auprès de 1 570 adultes palestiniens à Gaza, en Judée et en Samarie, révèle une augmentation notable du soutien au Hamas. En effet, 75% des répondants se déclarent satisfaits de la performance du groupe durant le conflit avec Israël, soit une hausse de 5 points par rapport à mars. Cette approbation croissante s’accompagne d’une baisse du soutien à l’Autorité palestinienne (AP) et à sa faction dominante, le Fatah.

Bien que le soutien aux actions du Hamas du 7 octobre ait légèrement diminué, passant de 70% à 66%, une majorité écrasante de 82% estime que ces événements ont ravivé l’attention internationale sur la cause palestinienne et pourraient mener à une reconnaissance accrue de l’État palestinien.

Le leadership du Hamas gagne également en popularité, avec 51% des sondés considérant le groupe comme le plus apte à diriger le peuple palestinien, contre seulement 16% pour le Fatah. Cette tendance se reflète dans un scénario hypothétique d’élection, où Ismail Haniyeh du Hamas obtiendrait 43% des voix, largement devant les 11% de Mahmoud Abbas.

L’enquête met également en lumière un mécontentement croissant envers l’AP, avec 60% des Palestiniens favorables à sa dissolution. Le nouveau Premier ministre Mohammad Mustafa ne recueille que 9% de satisfaction, et près des trois quarts des répondants doutent de la capacité de son gouvernement à mettre en œuvre les réformes exigées par l’administration Biden et les pays arabes.

Concernant l’avenir de Gaza, 60% des Palestiniens privilégient le « retour du Hamas », tandis que 25% optent pour une « nouvelle Autorité palestinienne dirigée par un président, un parlement et un gouvernement élus ».

Ces résultats contrastent fortement avec la position de l’administration Biden, qui souhaite voir l’AP prendre le contrôle de Gaza après l’opération militaire israélienne. Jérusalem s’oppose fermement à cette idée, citant le soutien de Ramallah au terrorisme.

Le Département d’État américain, quant à lui, maintient une position ambiguë, n’excluant pas la possibilité que le Hamas conserve le pouvoir ou rejoigne un organe directeur dirigé par l’AP pour Gaza, la Judée et la Samarie.

Cette enquête soulève des questions cruciales sur la stabilité future de la région et les défis auxquels font face les efforts de paix internationaux. Elle met en évidence un écart grandissant entre les aspirations d’une partie significative de la population palestinienne et les objectifs des acteurs internationaux, compliquant davantage la recherche d’une solution durable au conflit israélo-palestinien.

En conclusion, ce sondage offre un éclairage préoccupant sur l’état d’esprit actuel d’une grande partie de la population palestinienne. Les résultats semblent indiquer un rejet croissant des solutions pacifiques et un soutien accru aux positions radicales du Hamas.

Cette tendance, marquée par une approbation majoritaire des actions violentes et une préférence pour le leadership du Hamas, suggère que les aspirations d’une paix durable avec Israël sont loin d’être une priorité pour de nombreux Palestiniens. Au contraire, l’adhésion croissante à l’idéologie du Hamas, qui ne reconnaît pas le droit à l’existence d’Israël, laisse entrevoir une volonté inquiétante de poursuivre un conflit prolongé.

Ces données soulèvent des questions cruciales sur la viabilité des processus de paix actuels et futurs. Elles mettent en lumière le défi considérable que représente la recherche d’un terrain d’entente entre les parties, dans un contexte où une part significative de la population palestinienne semble privilégier des positions incompatibles avec l’existence même d’Israël.

Cette situation complexe exige une réflexion approfondie de la part de la communauté internationale sur la manière d’aborder les négociations de paix et de promouvoir la coexistence dans la région, face à des opinions publiques de plus en plus polarisées.

Jforum.fr

La rédaction de JForum, retirera d'office tout commentaire antisémite, raciste, diffamatoire ou injurieux, ou qui contrevient à la morale juive.

S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires