Shoah : le 26 août 1942 en zone libre, la « France a remis des innocents à l’ennemi »

« Six semaines après la rafle du Vél d’Hiv, une autre vague d’arrestations est organisée en zone non-occupée. Le 26 août 1942, à l’initiative des autorités de Vichy, après des négociations avec les Allemands, environ 6 600 juifs sont arrêtés dans une quarantaine de départements. Quatre-vingts ans plus tard, cet épisode majeur de la Shoah en France reste occulté de la mémoire collective.
« Il y a des cars qui arrivaient. (…) C’étaient surtout des gens en civil qui descendaient. Les gardiens de la paix restaient pour surveiller qu’il n’y ait pas des gens qui s’échappent. Des agents civils et des inspecteurs montaient, frappaient aux portes – ‘ouvrez, police’. Ils avaient des adresses, ils avaient des listes nominatives. Ils frappaient à la porte et emmenaient les gens dans l’état où ils étaient ».
Résistant à Lyon, engagé dans le sauvetage des juifs, René Nodot a assisté le 26 août 1942 à la grande rafle organisée en zone non-occupée. Interrogé en 1992 par FR3, cet homme reconnu par la suite comme Juste parmi les Nations est resté marqué par cette vague d’arrestations. « Il y n’avait aucun Allemand à Lyon. Tout a été le fait de la police française et c’est ce qui est particulièrement effrayant », insistait-il à l’époque.

« Se débarrasser des réfugiés de zone libre »

Un mois et demi après la rafle du Vél d’Hiv qui a entraîné l’arrestation de près de 13 000 juifs à Paris et dans sa banlieue, c’est au tour de la zone non-occupée d’être le théâtre d’une gigantesque opération policière. Cette rafle fait suite aux négociations menées par les autorités allemandes et françaises de la mi-juin à la mi-juillet 1942. « Le principal initiateur est René Bousquet [secrétaire général à la Police du gouvernement de Vichy, NDLR]. Il souhaitait se débarrasser des réfugiés de zone libre. La rafle du 26 août est l’aboutissement de cette volonté », explique l’historien Alexandre Doulut, spécialiste de la Shoah en France.
Cette rafle vise ainsi tous les juifs étrangers ou apatrides entrés en France depuis le 1er janvier 1936. « L’immense majorité des victimes seront donc des expulsés de 1940 de Belgique et des pays de Bade et du Palatinat en Allemagne, ainsi que des réfugiés qui ont fui la Belgique, la Hollande ou la zone occupée pendant l’exode », détaille Alexandre Doulut. Quelques exemptions concernent les anciens combattants et les femmes enceintes, mais au début du mois août, René Bousquet revient sur certaines d’entre elles, craignant un nombre d’arrestations insuffisant.
Télégramme de René Bousquet aux préfets régionaux précisant les consignes de mise en oeuvre de la déportation des Juifs étrangers de zone sud, 22 août 1942.Télégramme de René Bousquet aux préfets régionaux précisant les consignes de mise en oeuvre de la déportation des Juifs étrangers de zone sud, 22 août 1942. © Archives nationales / Alain Berry
Pendant plusieurs jours, les préfectures des départements concernés reçoivent de nombreuses circulaires pour préparer cette rafle. Selon l’historien Laurent Joly, l’objectif est alors d’arrêter « 14 000 juifs apatrides et leurs enfants, vivant encore librement, assignés à résidence ou affectés à des groupes de travailleurs étrangers ». Comme six semaines auparavant à Paris, des policiers et des gendarmes se présentent au petit matin pour réaliser ce « coup de filet » dans toute la zone sud. « Ces personnes sont d’abord conduites dans des commissariats, puis elles sont envoyées dans des camps de rassemblement départementaux ou dans des camps provisoires. Le plus connu est celui de Vénissieux, près de Lyon », décrit Alexandre Doulut.

« Un changement de nature »

Au 28 août, le chiffre des arrestations s’établit finalement à 6 584 personnes dont plus de 5 000 sont envoyées à Drancy avant d’être déportées vers Auschwitz. L’objectif n’est pas atteint et René Bousquet ne se gêne pas pour sermonner les préfets régionaux à la fin du mois d’août dans un télégramme : « Attire votre attention sur écart sensible entre nombre Israélites étrangers recensés et nombre arrêtés. Poursuivre et intensifier opérations police en cours avec tout personnel police et gendarmerie disponible ».
En zone non-occupée, l’écho de cette opération soulève l’indignation. Des évêques catholiques font entendre leur voix pour dénoncer les rafles de l’été 1942, tout comme des membres de la communauté protestante. Des opérations de sauvetage sont également organisées comme à Vénissieux où 108 enfants sont exfiltrés du camp grâce à une chaîne de solidarité sous l’égide de l’association de « l’Amitié chrétienne ».
Dans la population, le malaise est aussi palpable. « Quand on lit les rapports, les policiers racontent que jusqu’à présent, les juifs étaient plutôt fustigés, comme étant soi-disant les organisateurs du marché noir. Mais tout d’un coup, ceux qui, la veille, les critiquaient, se mettent à les défendre. Les gens comprennent bien qu’il y a un changement de nature quand on arrête des vieux, des enfants et des femmes. Ils ont compris qu’ils n’allaient sans doute pas revenir », souligne l’historien.
Une plaque commémorative de la rafle du 26 août 1942, où le gouvernement de l'Etat français a arrêté des milliers de Juifs afin de les livrer aux Nazis. Cette plaque est située sous la galerie couverte, rue du parc, devant l'hôtel du même nom, ancien siège du gouvernement de l'État français entre 1940 et 1944 à Vichy.Une plaque commémorative de la rafle du 26 août 1942, où le gouvernement de l’Etat français a arrêté des milliers de Juifs afin de les livrer aux Nazis. Cette plaque est située sous la galerie couverte, rue du parc, devant l’hôtel du même nom, ancien siège du gouvernement de l’État français entre 1940 et 1944 à Vichy. © Wikimedia
Quatre-vingts ans plus tard, la rafle du Vél d’Hiv a pris toute la place dans la mémoire collective mais celle organisée en zone non-occupée est restée dans l’oubli. « C’est le parent pauvre de l’histoire de la déportation des juifs de France, résume Alexandre Doulut. Selon l’auteur du livre « Les 473 déportés juifs de Lot et Garonne », cet épisode de la Shoah est aujourd’hui peu connu car la mémoire s’est peu à peu estompée : « Peu de gens savent qu’il y avait des juifs chez eux pendant la guerre. À la Libération, tout le monde était rentré chez soi ou avait été déporté. Il n’en est rien resté ».
Mais pour l’historien, la rafle du 26 août 1942 est pourtant « la principale tache » du régime de Vichy. « C’est une initiative française qui a été menée de bout en bout par son administration. Théoriquement, la France n’avait pas signé de traité de paix avec l’Allemagne, et pourtant, on a remis à l’ennemi héréditaire des innocents alors qu’ils n’auraient jamais dû être arrêtés. C’est une trahison ».
Texte par : Stéphanie TROUILLARD   www.france24.com

 

Les rafles dans l’Aveyron

Ce vendredi, 80 ans plus tard, sera commémoré ce tragique événement au cours duquel 185 juifs ont été raflés et internés au camp de Rivesaltes (Pyrénées-Orientales) et 148 d’entre eux déportés (47 hommes, 61 femmes et 40 enfants) vers le camp de la mort Auschwitz-Birkenau. Le plus jeune, René Herzaft est âgé de seulement 2 ans. Seuls 8 hommes en reviendront. Aucun enfant, ni aucune femme.
« Cette rafle a été prévue dès le mois de juin 1942, entre les autorités françaises et allemandes, explique Simon Massbaum, président de l’AMDJA (Association pour la mémoire des déportés juifs de l’Aveyron). Ils élaborent un programme visant à arrêter 40 000 juifs de la zone occupée dont 15 000 de la région parisienne. » Le 16 juin, il est convenu que, dans un premier temps, 10 000 juifs apatrides de la zone non occupée soient livrés à l’occupant par les autorités françaises. Au début des négociations, les nazis avaient envisagé de rafler 100 000 juifs. Seules des difficultés d’organisation les ont empêchés de mettre leur tragique entreprise en place. « De nombreux juifs sont arrivés en Aveyron depuis la Belgique, après avoir fui la guerre et la répression. Ils avaient été répartis dans plusieurs villes et villages du département et ils vivaient sous la surveillance des autorités locales », poursuit Simon Massbaum.
Circulaire
Un mois plus tard, le 16 juillet se déroule à Paris et dans la région parisienne la rafle dite du « Vel d’Hiv ». Les opérations sont lancées avant l’aube à 4 heures du matin pour s’achever le 17 juillet à 13 heures. 13 152 personnes (3 118 hommes, 5 919 femmes et 4 115 enfants) en seront victimes. En Aveyron, la rafle s’organise également. Le préfet de l’époque, Charles Marion adresse une circulaire aux responsables des brigades de gendarmerie et de commissariats. « Mais la hiérarchie n’informera de cette opération les policiers et les gendarmes que la veille, à 22 heures, pour éviter tout risque de fuite », raconte Simon Massbaum. Toutefois, certains parviendront à informer des familles avant que la déportation n’intervienne, leur sauvant ainsi la vie.
D’autres, travaillant dans différentes administrations ont pu mettre au courant certains juifs qui ont pu se mettre à l’abri. 73 personnes seront absentes lors des arrestations. Ceux qui ont été pris par les autorités, vont être regroupés dans les commissariats de Millau et de Villefranche-de-Rouergue, dans des salles des fêtes comme celle de Saint-Affrique ou dans une gare (Valady ou Capdenac). Neuf autocars vont converger vers Brusque, avant de rejoindre le camp de Rivesaltes. Les véhicules sont arrivés à destination vers 23 heures.

Anecdotes

La suite, dramatique, était déjà écrite. Mais au-delà des chiffres, cette tragédie a charrié avec elle son lot d’anecdotes qui sont à la mesure de l’évènement. « Plusieurs enfants ont été raflés alors qu’ils se trouvaient dans des centres de vacances. Ou encore, à Millau, une petite fille qui se prénommait Annette a été arrachée des bras de la famille chez qui elle se trouvait, sous la menace d’une arme. Elle a dû être livrée de force« , évoque Simon Massbaum. Les autorités avaient ordre de mener ces opérations rapidement pour éviter « les rassemblements, l’agitation ». À l’échelle de la région, la rafle menée dans la nuit du 26 au 27 août, contre les juifs apatrides et étrangers, a conduit à 6 584 arrestations, bien loin des 10 000 promises aux Allemands par Vichy.
En cette datte anniversaire, le souvenir de ces innocents déportés ressurgit. Durant toute la durée du conflit, en Aveyron, 391 juifs vont être déportés, 92 % seront exterminés.
philippe henry sur www.ladepeche.fr
Arrivée au camp de Vénissieux le 27 août 1942 des autocars chargés de juifs raflés dans la région préfectorale de Lyon. © Extrait de la brochure « Vénissieux 26-29 Août 1942 » réalisée par « Les Fils et Filles des Déportés Juifs de France, militants de la mémoire

2 Commentaires

  1. mitterand?
    Un des plus grands menteurs que la terre a porté.
    Une crapule a laquelle beaucoup de juifs, dont moi moi, ont cru.
    Un arriviste qui n’a jamais renié ses amitiés aux collabos comme Bousquet.
    La gauche? soit disant humaniste et bien pensante, amie de juifs…
    Des clous!
    On voit aujourd’hui ce qu’elle vaut.

  2. Mais René BOUSQUET a échappé à l’épuration pour « Services rendus à la France » !!! Il fut encore après la guerre une relation assidue de Mitterrand sur laquelle les politiques , les journalistes ou soi-disant tels et les courants philosophiques de toute nature on été curieusement très discrets .

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.