Environ 250 membres du Hezbollah ont été tués dans la bataille de Qalamoun. Nasrallah pousse l’armée libanaise à entrer dans la guerre en Syrie. 
 
 

 

 

Effaré par le nombre élevé de pertes du Hezbollah, son dirigeant Hassan Nasrallah a fortement incité le chef d’Etat-Major de l’armée libanaise, le Général  Jean Kahwagi à jeter ses troupes dans la bataille, aux côtés du Hezbollah et de l’armée syrienne, selon ce que dévoilent les sources militaires de Debkafile. Nasrallah a plaidé que le temps était venu, pour l’armée libanaise, de mettre la main dans le conflit, puisque les rebelles syriens, menés par la branche syrienne d’al Qaïda, le Front al Nusra, bombardent l’Est de la vallée de la Beqaa, au Liban, depuis leurs places fortes en Syrie, sur cette montagne du Qalamoun, qui se situe en travers de la frontière libano-syrienne. Des milliers de djihadistes, a t-il dit, sont en train de s’emparer de territoires autour des villages libanais du Nord-Est, près d’Arsal et Nahleh. 

Une autre exigence de Nasrallah était que le Général Kahwagi fasse tonner l’artillerie lourde de l’armée libanaise et bombarde les concentrations, positions et véhucules en mouvement des rebelles sur le Qalamoun, parce qu’ils mettent en péril la sécurité nationale du Liban. 

Le Général libanais a opposé un non catégorique au chef du Hezbollah. Il a déclaré que l’armée libanaise, ne se laisserait pas entraînée dans une guerre, à l’intérieur de la zone syrienne du Qalamoun, où le Hezbollah et l’armée syrienne sont actuellement en train de combattre les djihadistes, mais a ajouté :  » L’armée est prête à faire face face à toute agression contre la souveraineté libanaise et à repousser toute infiltration de djihadistes ». 

Mardi 12 mai, à Beyrouth, l’Ambassadeur américain David Hale a intercédé autour de ce même raisonnement : « Je voudrais dire que l’Etat Islamique ne posait aucune menace directe contre le Liban, jusqu’au moment où le Hezbollah est entré en guerre en Syrie et a fourni l’aimant pour attirer ces terroristes jusqu’ici ». 

En dressant la liste des armes américaines devant arriver à Beyrouth sous peu, tels que des missiles Hellfire tirés par hélicoptères contre des cibles terrestres, des missiles guidés de précision et  des canons obusiers, l’Ambassadeur a déclaré fermement : « C’est exactementce dont l’armée libanaise a besoin pour terrasser ce type particulier de terrorisme ». 

Les sources du contre-terrorisme et de l’armée, interrogées par Debkafile, ne croient pas que le chef de l’armée libanaise sera en mesure de tenir bien longtemps, contre le glissement progressif de forces de l’Etat Islamique et d’Al Nusra vers l’intérieur du pays libanais. Pour le moment, les infiltrés sont essentiellement des Islamistes qui fuient, chassés par l’armée syrienne et le Hezbollah de leurs positions montagneuses vers les secteurs de l’Est de la frontière libanaise, proche du front de bataille. 

Mais, bien que l’armée syrienne et le Hezbollah proclament s’être meparés de collines stratégiques dans la région volatile de la frontière, la semaine dernière, la bataille est loin d’être terminée et elle ne semble pas proche d’une résolution claire. 

Même quand la Syrie et le Hezbollah parviennent, effectivement, à remporter une victoire locale ici ou là, de nouvelles forces fraîches de Daesh et d’Al Nusra continuent de déferler et de revenir – principalement depuis le nord – pour ouvrir constamment de nouveaux fronts de bataille sur les monts Qalamoun. Leurs commandants ont déjà saisi que personne ne les arrêterait, ni ne les empêcherait de s’infiltrer et de revenir entre la Syrie et le Liban – à la fois pour échapper aux tirs syriens et du Hezbollag et, en profitant, en même temps, pour frapper les bastions arrière du Hezbollag, dans la vallée de la Beqaa. 

Le taux de morts subi par le Hezbollah au cours de cette (ou de ces) bataille(s) grimpe en flèche, de façon désastreuse – au moins 250 morts au cours des tous derniers jours, dont 9 commandants de haut rang. 

La plupart des experts des renseignements militaires s’accordent à penser que, plus le temps passe, et quelles que soient les mesures radicales qu’ils prennent, les Etats-Unis et l’armée libanaise ne seront pas capables d’endiguer le débordement de djihadistes dans la Vallée de la Beqaa. 

DEBKAfile  Reportage Exclusif 13 mai 2015, 1:52 PM (IDT)

Adaptation : Marc Brzustowski.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.