La crise des migrants devient un désastre sanitaire ©

0
404

L’afflux de plus d’un million de demandeurs d’asile en provenance d’Afrique, d’Asie et du Moyen-Orient met une pression sans précédent sur le système de santé Allemand.

Hôpitaux, cliniques et les salles d’urgence dans toute l’Allemagne sont remplis à craquer par des migrants souffrant de toutes sortes de maladies, et le personnel médical, y compris des milliers de bénévoles, se plaignent de plus en plus d’épuisement professionnel.

Les maladies qui réapparaissent n’existent plus en Allemagne depuis des années. Les responsables de la santé publique allemandes doivent maintenant faire face à la fièvre hémorragique de Crimée-Congo, la diphtérie, le virus Ebola, l’hépatite, le IHV / sida, le paludisme, la rougeole, la méningite, les oreillons, la poliomyélite, la gale, le tétanos, la tuberculose, le typhus et la coqueluche. Comme les abris pour réfugiés sont pleins à craquer, les médecins sont également en état d’alerte et craignent des épidémies massives de grippe et de norovirus.

Aggravant ce défi, des dizaines de milliers de migrants qui arrivent en Allemagne – en particulier les enfants des migrants – n’ont pas été vaccinés, et les médecins allemands se rendent compte que les vaccins nécessaires ne sont pas disponibles en nombre suffisant en raison d’un manque d’approvisionnement. Certains parents allemands sont pris de panique car n’y a pas suffisamment de vaccins pour vacciner leurs enfants.

Beaucoup de migrants souffrent également d’une multitude de traumatismes et de maladies mentales. Selon la Chambre des psychothérapeutes allemands (Bundespsychotherapeutenkammer), au moins la moitié de tous les migrants qui arrivent en Allemagne ont des problèmes psychologiques, y compris le trouble de stress post-traumatique et de dépression, et environ 40% ont envisagé le suicide.

Les hôpitaux allemands sont également obligés d’embaucher une armée d’interprètes afin que les médecins puissent communiquer avec les demandeurs d’asile, qui parlent des dizaines de langues, dialectes et variantes.

Dans le même temps, les hôpitaux allemands doivent augmenter les mesures de sécurité pour protéger les médecins et les infirmières des attaques violentes commises par les migrants qui sont mécontents du traitement médical qu’ils reçoivent.

Les contribuables allemands finiront par payer des milliards d’euros pour fournir des soins de santé pour une vague sans fin de demandeurs d’asile. Ceci en plus des milliards d’euros déjà dépensés pour fournir aux nouveaux arrivants en nourriture, vêtements et logements.

Beaucoup disent que le gouvernement allemand n’a pas pleinement mesuré les conséquences de cette politique d’ouverture à tant de migrants. En plus des coûts économiques et sociaux énormes, et de la hausse de la criminalité, y compris une épidémie de viols, les Allemands sont maintenant confrontés au risque d’être exposés à des maladies exotiques.

Les Médias allemands minimisent l’ampleur du problème de santé, apparemment pour éviter de propager la peur ou de provoquer des sentiments anti-immigrants. Mais un nombre croissant de professionnels de santé allemands tirent la sonnette d’alarme.

Dans une interview au journal Die Welt, le Dr Michael Melter, le médecin en chef de l’Hôpital universitaire de Ratisbonne, a déclaré que les migrants arrivent dans son hôpital avec des maladies qu’on ne voit jamais en Allemagne. “Certaines de ces maladies, je ne les ai plus vues depuis 20 ou 25 ans», dit-il, “et beaucoup de mes jeunes collègues ne les ont effectivement jamais vues.”

Marc Schreiner, directeur des relations internationales pour les problèmes sanitaires de la Fédération des hopitaux allemands (Deutschen Krankenhausgesellschaft), confirme ce que dit Melter:

“Dans les cliniques, il est de plus en plus fréquent de voir des patients atteints de maladies qui ont été considérées comme ayant été éradiquées en Allemagne, comme la gale par exemple. Ces maladies doivent être diagnostiquées de façon fiable, ce qui est un défi.”

Schreiner dit que dans les cas de maladies hautement contagieuses, notamment la tuberculose, les patients doivent être mis en quarantaine, une procédure coûteuse, dont les coûts sont payés par les contribuables allemands.

Selon Schreiner, environ 15% des migrants nouvellement arrivés ont besoin d’un traitement médical immédiat. Avec les 1,5 millions de demandeurs d’asile qui devraient arriver en Allemagne en 2015, cela signifie que 225.000 migrants auront un besoin urgent de soins médicaux.

Siegfried Hasenbein, directeur de l’Association des hôpitaux de Bavière (Bayerische Krankenhausgesellschaft), estime qu’en 2015, entre 25.000 et 30.000 migrants seront traités rien que dans les hôpitaux bavarois. En outre, cette année entre 75.000 et 90.000 migrants recevront des soins ambulatoires.

Selon Hasenbein, ces chiffres semblent insignifiants par rapport aux trois millions de visites à l’hôpital qui se produisent normalement en Bavière chaque année. Le problème se pose dans la mesure où la crise migratoire met à rude épreuve le système de santé bavarois de façon inégale, avec les hôpitaux dans les «points chauds» de migrants tels que Deggendorf, Ingolstadt et Passau qui portent majoritairement le fardeau des soins médicaux.

Markus Beier, directeur de l’Association bavaroise des médecins de famille (Bayerischer Hausärzteverband), dit que les médecins dans les zones à forte concentration de demandeurs d’asile sont appelés toutes les heures du jour et de la nuit, ce qui rend impossible qu’ils puissent fournir aux personnes qui en ont besoin la qualité des soins requis surtout pour ceux nécessitant une assistance importante pour être traités.

Max Kaplan, directeur de la Commission médicale de Bavière (Bayerische Landesärztekammer), dit que les défis que posent le traitement médical des migrants sont exacerbés par les barrières linguistiques et culturelles, qui sont «ennuyeuses, fastidieuses et parfois impossible à surmonter.” Ajoutant l’insulte à l’injure, dit-il, de nombreuses femmes musulmanes refusent d’être soignées par des médecins de sexe masculin, et beaucoup d’hommes musulmans refusent d’être traités par les femmes.

Dans un effort pour empêcher la propagation des maladies, Kaplan a appelé les responsables de la santé publique allemande à recommander des examens médicaux pour tous les demandeurs d’asile à leur entrée initiale en Allemagne, avant qu’ils ne soient envoyés dans différentes parties du pays. “Ceci est dans l’intérêt des réfugiés, mais aussi de la population indigène,” a-t-il dit.

Dans une interview du 2 Novembre avec Spiegel TV,  le Dr. Ralf Mütterlein, directeur de la Clinique pulmonaire (Klinik für Lungen- und Bronchialheilkunde) à Parsberg, estime qu’entre 8.000 et 10.000 demandeurs d’asile en Allemagne ont la tuberculose, mais seulement un petit nombre d’entre eux sont actuellement en quarantaine.

Les migrants qui sont accueillis à la clinique de Mütterlein sont maintenus en quarantaine jusqu’à 18 mois pour empêcher la maladie de se propager à la population en général. Les coûts pour les contribuables allemands sont astronomiques: entre 10.000 et 12.000 euros par migrant par mois. Plus de 18 mois, le coût total dépasse souvent de 200.000 euros par migrant.

Pendant ce temps, un rapport publié par Die Welt décrit les efforts déployés par les autorités sanitaires allemandes pour contenir la propagation de germes dits résistants:

“Les médecins sont actuellement en état d’alerte, car avec l’arrivée de centaines de milliers de réfugiés, les maladies infectieuses pourraient se propager dans le pays. Il faut éviter la peur hystérique. Mais c’est tout simplement un défi posé à notre système de santé auquel il n’a pas eu à faire face depuis de nombreuses décennies.

“Il y a un danger à ce que le réfugié soit « colonisé »- ce que les médecins veulent dire par là c’est infecté avec des germes dangereux. Chaque personne porte des germes bactériens sur la peau Pour les personnes en bonne santé, ils sont inoffensifs. Ils deviennent un problème quand ils se propagent parmi les malades comme les patients immunodéprimés dans une clinique.

“Le problème: Dans les pays d’origine des réfugiés, les germes résistants se propagent facilement donc en arrivant en Allemagne un réfugié doit être immédiatement testé lors de son admission dans une clinique allemande est seulement lorsqu’on est certain qu’il ne représente aucun danger, le patient peut partager une chambre avec d’autres patients. ”

Dr. Jan-Thorsten Gräsner, directeur de l’Institut de Rescue and Emergency Medicine (Institut für Rettungs- und Notfallmedizin), estime qu’environ 5% des demandeurs d’asile sont porteurs de germes résistants. En chiffres réels, cela veut dire qu’environ 75.000 nouveaux arrivants souffrent de maladies hautement infectieuses.

L’Institut Robert Koch, basé à Berlin, une agence gouvernementale clé pour la sauvegarde de la santé publique en Allemagne, a conseillé les professionnels de santé, ainsi que ceux qui travaillent comme bénévoles dans des abris de réfugiés, de se mettre à jour de leurs vaccinations.

Mais l’Institut fédéral pour les vaccins et biomédicaments (Paul Ehrlich-Institut), une agence du ministère fédéral de la Santé, a averti que 20 types de vaccins sont actuellement en rupture de stock, et 16 autres ne sont plus disponibles du tout. En raison de l’étranglement de la production, certains vaccins ne seront pas disponibles avant 2017.

Stefan Derix, directeur de la Chambre des pharmaciens de Rhénanie du Nord (Apothekerkammer Nordrhein), a déclaré que la pénurie de vaccins est due à l’afflux massif de demandeurs d’asile. Il a déclaré que le Ministère de la Santé normalement commandes les stocks de vaccins plus d’un an à l’avance, et que personne au gouvernement n’avait prévu que l’Allemagne prendrait autant de migrants cette année.

Dr. Wolfram Hartmann, président de l’Association professionnelle basée à Cologne, des pédiatres (Berufsverband des Jugendärzte), a averti que la plupart des vaccins nécessaires pour immuniser les enfants allemands indigènes et les enfants de migrants contre la diphtérie, la polio, le tétanos et la coqueluche ne sont plus disponibles, ni en Allemagne, ni dans aucun autre pays européen. Il a également dit que les vaccins de base contre la rougeole, les oreillons, la rubéole et la varicelle sont en nombre insuffisant.

Dans un communiqué, Hartmann a écrit:

“Nous ne pouvons pas offrir ni enfants allemands indigènes ni aux enfants de réfugiés les vaccins de base. La pénurie de vaccins, est de la responsabilité des entreprises pharmaceutiques, qui doivent de toute urgence en faire une priorité du ministre de la Santé! Les enfants ont droit à une vaccination, en particulier ceux atteints de maladies chroniques qui ont besoin de vaccins contre la grippe en temps opportun, surtout si ils sont logées dans des logements communs.

«Le gouvernement fédéral doit maintenant agir de toute urgence et faire respecter le droit des enfants à la vaccination. L’approvisionnement en vaccins est tout autant une responsabilité nationale que la responsabilité des médecins.”

Kordula Schulz-Asche, un homme politique du Parti des Verts, a mis en garde contre la venue de migrants responsables de la pénurie de vaccins. “La situation actuelle est tendue et la pénurie de vaccin ne doit pas être utilisée pour attiser l’opinion publique contre les réfugiés,” dit-elle.

En Rhénanie du Nord-Westphalie, les hôpitaux exigent de leur personnel de suivre des cours sur la façon de traiter les patients atteints de maladies exotiques presque jamais vues en Allemagne. Le personnel hospitalier à Bielefeld et Siegburg est contraint d’examiner jusqu’à 80 migrants par jour pour la tuberculose. “La charge de travail a considérablement augmenté”, a dit un travailleur à la radio publique Westdeutscher Rundfunk. D’autres hôpitaux de l’Etat manquent de personnel suffisant et d’équipements, y compris des rayons X nécessaires pour examiner les patients atteints de tuberculose.

En Basse-Saxe, les responsables de la santé publique, qui craignent une épidémie massive de grippe, sont aux prises avec un casse tête logistique pour vacciner des dizaines de milliers de demandeurs d’asile logés dans des abris de réfugiés à travers le pays. Avec plus de 1000 nouveaux migrants arrivant en Basse-Saxe chaque jour, les examens médicaux initiaux des nouveaux arrivants prennent plusieurs jours voire des semaines, une période pendant laquelle les maladies non détectées peuvent se propager.

A Berlin, la police a été contrainte de présenter des excuses pour avoir recommandé que les demandeurs d’asile souffrant de la gale, une maladie hautement contagieuse de la peau, soient tenus de porter des brassards pour les distinguer des migrants qui sont en bonne santé. Ils prévoyaient de leur faire porter des brassards avec la lettre majuscule «K» pour Krätze (allemand pour la gale); leur famille immédiate devaient porter des brassards avec la lettre majuscule «A» pour Angehörigen (en allemand proche parent).

Pendant ce temps, les rapports de crises liées à la santé, en particulier celles concernant la tuberculose, sont devenus une réalité quotidienne en Allemagne.

Dans Krefeld, une ville de Rhénanie du Nord-Westphalie, un migrant de 27 ans a été diagnostiqué avec la tuberculose. Il a été mis en quarantaine dans une clinique pulmonaire locale. Dans Lünen, également en Rhénanie du Nord-Westphalie, quatre migrants ont été diagnostiqués avec la tuberculose.

Dans Nattheim, une ville du Bade-Wurtemberg, des demandeurs d’asile dans un abri de réfugié ont été  contaminés par un enfant atteint de la varicelle. Dans Ellwangen, également dans le Bade-Wurtemberg, un demandeur d’asile diagnostiqué avec la tuberculose s’est échappé d’un hôpital. Il est toujours en fuite.

Dans Gransee, une ville dans l’Etat oriental de Brandebourg, un migrant a été diagnostiqué avec la tuberculose.

Dans Würzburg, plus de 400 demandeurs d’asile ont été vaccinés contre la varicelle, la diphtérie, la rougeole, les oreillons, la poliomyélite et le tétanos. Dans Heidenheim, une ville du Bade-Wurtemberg, les responsables de la santé publique se préparent à d’éventuelles épidémies de grippe et de norovirus dans les refuges de réfugiés cet hiver.

A Cologne, la police a bouclé un abris de réfugiés de plus de 1.000 migrants dans le quartier Chorweiler après qu’un réfugié de sexe masculin d’Afrique ait montré des symptômes du virus Ebola. L’homme, qui a craché du sang pendant plus de trois jours avant que quelqu’un appelle un médecin, a été transporté dans un hôpital local, où il a été diagnostiqué avec une maladie gastro-intestinale. Plus tôt, le même abri de réfugié a été le théâtre d’une alerte au virus E. coli affectant potentiellement 800 migrants.

A Bochum, un migrant de 16 ans originaire de Guinée présentant des symptômes du virus Ebola a été placée en quarantaine. En Saxe, les responsables de la santé publique sont en train de tester tous les demandeurs d’asile entrants pour Ebola.

A Düsseldorf, un migrant de 30 ans d’Algérie a été diagnostiqué avec la tuberculose et maintenu en quarantaine dans un hôpital local. Les fonctionnaires municipaux de la santé disent que, en 2014, il y avait 50 cas confirmés de tuberculose dans la ville. En 2015, ce nombre a été dépassé en Août, avant que les migrants aient commencé à arriver en masse en Septembre et Octobre.

Dans Tegernsee, une ville de Bavière, un migrant de 23 ans originaire de l’Érythrée a été diagnostiqué avec la tuberculose s’est échappé d’un abri de réfugié. Les responsables locaux ont refusé d’en informer le public à ce propos pendant près d’un mois, jusqu’à ce qu’ils soient confrontés à un journal local, le Münchner Merkur. Wolfgang Rzehak, un politicien local avec le Parti des Verts, justifié les blackout des médias: «Nous devons trouver une voie médiane entre informer le public et ne pas devenir une machine à faire paniquer.”

A Francfort, un migrant de 33 ans originaire de Bulgarie qui a été diagnostiqué avec la tuberculose s’est échappé d’un hôpital et est toujours en fuite. Encore une fois, les responsables locaux se sont tus sur l’incident, jusqu’à ce que quelqu’un divulgue ces informations à ce sujet pour le journal allemand, Bild.

A Berlin, un instituteur dans le quartier de Steglitz-Zehlendorf a été diagnostiqué avec la tuberculose; les médecins disent qu’il a probablement été infecté par un de ses élèves. Aussi à Berlin, les gardes de sécurité dans un refuge de réfugiés dans le quartier de Lichterfelde-Süd a fermé après enfermé une douzaine de migrants dans une salle de bain les soupçonnant d’avoir la tuberculose. Ils ont ensuite été transférés dans un hôpital local.

A Hambourg, les autorités de santé publique ont mis en quarantaine un abri de réfugiés dans le district de Jenfeld après une épidémie de gale. Aussi à Hambourg, un migrant de 17 ans originaire de la Sierra Leone a été transporté dans un hôpital local et mis en quarantaine sur des soupçonné d’être infecté part le virus Ebola – trois jours seulement après son arrivée en Allemagne. Séparément, dans un abri de réfugiés dans le quartier Bahrenfeld de Hambourg, les pompiers portant des uniformes de protection de la tête aux pieds pour se protéger du virus Ebola ont escorté des migrants soupçonnés d’avoir le Ebola dans un hôpital local.

A Brême, un demandeur d’asile a été diagnostiqué avec la tuberculose et les médecins ont averti du risque de contagion. Les 200 migrants hébergés au refuge de réfugié Steinsetzer Straße ont subi des radiographies thoraciques pour tester la maladie.

A Munich, les autorités sanitaires s’attendent à plus de 350 nouveaux cas de tuberculose en 2015. L’augmentation est attribuable au grand nombre de demandeurs d’asile arrivant dans la ville.

A Stuttgart, une moyenne de 145 demandeurs d’asile logés au centre de congrès de la ville consultent un médecin chaque jour. Les maladies courantes comprennent la rougeole, la varicelle, la grippe, la dysenterie et la gale causée par des acariens.

Dans Rheingau-Taunus, un quartier dans le Land de Hesse, les responsables de la santé publique disent avoir un besoin de plus d’argent de personnel médical pour faire face à l’afflux de migrants dans 60 abris de réfugiés locaux. Le ministère de la Santé prévoit de traiter plus de 1.500 nouveaux arrivants cette année, y compris un grand nombre d’enfants qui manquent de vaccination appropriée. Le ministère a signalé 60 cas de gale et de tuberculose. Selon Monika Merkert, un inspecteur de la santé local: «Les demandeurs d’asile nouvellement arrivés apporter des maladies qui se manifestent que très rarement en Allemagne.”

Soeren Kern est chercheur à l’Institut Gatestone basé à New York. Il est également spécialiste de politique européenne au Grupo de Estudios Estratégicos / Strategic Studies Group, basée à Madrid. Suivez-le sur Facebook et sur Twitter. Son premier livre, Global Feu, sortira début 2016.

Gatestone institute

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.