Venise: vers le renouveau du ghetto juif?

11 millions de $ pour restaurer les synagogues délabrées du ghetto de Venise

En pénétrant dans le ghetto juif, dans le quartier de Cannaregio, on ne se doute pas qu’il y a cinq synagogues ornées, nichées derrière les murs de ces immeubles anodins qui datent du XVIe siècle.

Ces temples, construits au dernier étage, car selon la loi juive, les synagogues doivent être les structures les plus hautes d’un quartier donné, étaient cachés car les Juifs n’étaient pas autorisés à prier ouvertement. Ces lieux de culte étaient une bouée de sauvetage pour les quelque 5 000 Juifs qui vivaient dans le ghetto le plus peuplé – un endroit où se rassembler, célébrer les rites de passage, se réfugier d’un monde qui ne voulait pas d’eux.

De nos jours, le nombre de juifs à Venise est tombé à 450, et les synagogues sont tombées en ruine. Mais un effort est en cours pour rajeunir les trois plus nécessiteuses d’entre elles : restauration des bancs en bois, nettoyage des sols en terrazzo et réparation des plafonds peints.

Le projet de rénovation, en cours depuis environ trois ans, se concentre sur la synagogue allemande, appelée Scuola Tedesca, construite en 1528 ; la synagogue de Canton (probablement française et datant de 1532) ; et la synagogue italienne, vers 1570. Il est mené par David Landau, un historien de l’art et homme d’affaires israélien qui vit entre la Suisse et Venise et qui dirige la collecte de fonds pour le projet.

Chaque communauté nationale insistait pour avoir son propre lieu de culte. Selon M. Landau, Venise était un port relativement sûr pour les Juifs de toute l’Europe, car la ville leur permettait de gagner leur vie – et de vivre sans être menacés de violence ou de mort.

Le coût du projet est estimé à environ 11 millions de dollars, dont 6,4 millions ont été collectés jusqu’à présent. Parmi les soutiens du projet figurent Ronald Lauder, la Fondation Jerome Levy, des membres britanniques et français de la famille Rothschild, Save Venice, le World Monuments Fund et d’autres petits contributeurs.

« Ces synagogues sont de petits joyaux », a déclaré Shelby White, administrateur fondateur de la Fondation Jerome Levy. « Il est important de ne pas perdre ce sens de la présence des Juifs et de leur contribution. Cela montre comment ils ont survécu malgré les obstacles. »

Les synagogues illustrent le paradoxe du ghetto de Venise : il abritait les Juifs, mais les limitait également à une zone de 1,5 hectare. Les familles les plus pauvres étaient entassées dans des pièces aux plafonds bas. Les classes professionnelles pouvaient décorer leurs espaces avec un mobilier opulent.

Connu sous le nom de Projet de restauration des synagogues de la Renaissance de Venise, cet effort tentera de recréer l’expérience de ce passé, comment il fallait marcher dans les pièces avec la tête courbée et supporter des températures extrêmes.

« Nous voulons que les visiteurs aient une idée de ce qu’ils ressentaient – c’était une vie difficile », a déclaré M. Landau. « Je voudrais que les gens sachent : C’est ce que nous sommes. C’est ce que nous avons fait ».

Un musée au rez-de-chaussée sera agrandi, grâce à trois propriétés nouvellement acquises, et comportera des galeries pour des expositions temporaires afin d’encourager les visites répétées des habitants.

Le projet vise à faire passer la fréquentation annuelle de 70 000 à 250 000 personnes, en partie en revigorant les synagogues.

Compte tenu des risques permanents de violence antisémite, des systèmes de sécurité sont en cours de création en consultation avec les responsables de la sécurité israélienne, a indiqué M. Landau, avec des fenêtres pare-balles au rez-de-chaussée.

Selon M. Landau, tous ces efforts visent à préserver un chapitre important de l’histoire, à éduquer le public et à honorer la mémoire de ceux qui ont fait du ghetto de Venise leur foyer. « Il ne s’agit pas seulement de construire un mausolée », a-t-il déclaré. « Il s’agit de construire une institution vivante ».

« Vingt personnes de ma famille ont été tuées à Auschwitz », a ajouté M. Landau. « Je pense que je leur dois de faire en sorte que ce soit une célébration de la vie ».

Source :New-York Times & Israël Valley

 

1 COMMENTAIRE

  1. Quand j’entends le mot Venise je pense à Casanova .

    En effet , Je me suis souvent posé la question si Casanova n’était pas d’origine juive……. bien qu’avant d’entamer sa vie d’aventures il commença une vie d’ecclésiastique .

    Ses parents étaient comédiens et je crois savoir qu’il a été aussi franc maçon .
    Sa vie de libre penseur , cette soif du savoir , tour à tour violoniste , écrivain , magicien , espion , diplomate puis enfin bibliothécaire au Royaume de Bohéme où il s’est éteint .
    Oui bien sûr il fut grand séducteur ……il aima les femmes .

    Dernier détail qui m’a interpelé :
    Une plaque apposée dans la chapelle du chateau de Dux indique la date du décès de  » Jakob Casanova  » .

    Oui et aprés avoir lu  » l’ Histoire de ma vie  » je me suis dit  » ce mec a le profil d’un de chez nous  » .
    Je peux me tromper bien sur .

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.