Renseignements : une frappe de drone américain tue au moins 10 leaders lors d’une réunion d’Al-Qaïda à Idlib

al-monitor De la fumée s’échappe d’une frappe aérienne russe signalée près du village de Hafsarjah, dans la campagne occidentale de la province d’Idlib, dans le nord-ouest de la Syrie, le 11 septembre 2020. Photo par ABDULAZIZ KETAZ / AFP via Getty Images.

Personnel d'Al-Monitor

Rédaction d’Al-Monitor

23 octobre 2020

Une frappe de drone américain a tué jeudi au moins 10 participants jihadistes, lors d’une réunion dans la province d’Idlib, dans le nord-ouest de la Syrie, tenue par l’opposition, a déclaré le Commandement central américain.

La frappe a frappé «un groupe de hauts dirigeants d’al-Qaïda en [Syrie] réunis près d’Idlib», alors que le groupe «continue de présenter une menace pour l’Amérique et nos alliés», a déclaré le porte-parole du CENTCOM, le major Beth Riordan dans un communiqué.

«[Al-Qaïda en Syrie] profite de l’instabilité dans le nord-ouest de la Syrie pour établir et maintenir des sanctuaires afin de coordonner les activités terroristes. Avec nos alliés et partenaires, nous continuerons de viser al-Qaïda et d’autres organisations terroristes », lit-on dans ce communiqué.

Citant des sources locales, l’analyste basé à Washington Charles Lister a  tweeté que 11 individus auraient été tués dans l’attaque, y compris un ancien commandant de Jabhat al-Nusra.

L’Observatoire syrien des droits de l’homme basé au Royaume-Uni a déclaré que 14 personnes avaient été tuées, dont cinq djihadistes étrangers et six commandants. Plusieurs sources ont rapporté que la frappe s’est produite dans le village de Jakara.

Pourquoi c’est important: les drones américains tuent régulièrement des personnalités présumées d’Al-Qaïda individuellement ou par groupes dans le nord-ouest de la Syrie, mais cette frappe était importante.

Des rapports locaux indiquent que plusieurs des personnes tuées étaient des rivaux du groupe local Hayat Tahrir al-Sham, le groupe jihadiste islamiste le plus important à Idlib, soupçonné d’avoir des liens avec les services de renseignement turcs.

 KALE, le nouveau bâtiment des Services de renseignement turcs (Millî İstihbarat Teşkilatı ou MİT, « Organisation nationale du renseignement ») construit dans le quartier de Baglica à Etimesgut, dans la capitale turque

L’armée turque maintient des milliers de soldats à Idlib pour soutenir l’opposition. La frappe ne peut que renforcer les rumeurs selon lesquelles HTS pourrait coopérer avec les services de renseignement turcs, qui à leur tour pourraient fournir des informations débouchant sur des opérations de ciblage aux États-Unis. Jusqu’à présent, aucune preuve confirmant ces rumeurs n’a été rendue publique.

La province d’Idlib, dernière enclave d’opposition dans la guerre civile en Syrie, est devenue un havre pour les militants islamistes après que le régime du président Bashar al-Assad a repris une grande partie du pays à l’ouest de l’Euphrate et que la coalition internationale dirigée par les États-Unis ont aidé les Forces Démocratiques syriennes dirigées par les Kurdes à conquérir le nord-est du pays de l’État islamique.

Le chef de l’EI, Abu Bakr al-Baghdadi, a été retrouvé et est mort lors d’un raid de la Delta Force de l’armée américaine dans la province d’Idlib en octobre dernier (2019).

A suivre :   les États-Unis déclarent qu’ils continueront de cibler les branches membres d’Al-Qaïda en Syrie.

En savoir plus:   Pourquoi la Turquie s’est-t-elle retirée de l’avant-poste de Morek  dans le nord-ouest de la Syrie cette semaine? Cela pourrait être un signe avant-coureur de mauvaises nouvelles pour la province tenue par les rebelles.

En savoir plus : al-monitor.com

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.