En quittant la Tunisie. Livourne et Rome. Par Pierre Mamou  

Durant toute mon enfance, ma grand mère me parlait de Livourne, de ses cousins qui y habitaient et surtout de Aurelio qui habitait Sienne et qui lui rendait souvent visite à Tunis. Lire l’épisode précédent ICI. Par Pierre Mamou

Livourne
L’Eté 1968, je quittai Nice par le train et après un arrêt à Gènes et avant Rome j’arrivai à Livourne.  Ma première visite fut pour la synagogue de la ville où je fis la connaissance d’un charmant jeune homme nommé Gabriel Bédarida, le neveu du grand rabbin de Rome Elio Toaff. ​Ce grand rabbin natif de Livourne reçut dix huit ans plus tard en 1986 pour la première fois dans l’histoire un pape, Jean Paul II à la grande synagogue de Rome, un événement majeur dans le rapprochement entre l’église catholique et la communauté Juive ​puisqu’il devait ouvrir la voie à un rapprochement entre le Vatican et Israël.

Gabriel Bedarida devint mon ami et il m’invita à déjeuner chez lui où je fis la connaissance de sa mère Pia Bedarida-Toaff qui m’accueillit​chaleureusement. Elle me dédicaça un livre que je garde précieusement jusqu’à aujourd’hui.
Je visitais avec mon ami l’antique cimetière de Livourne désaffecté où l’herbe m’arrivait jusqu’à la taille. Je découvris que les épitaphes sur les tombes étaient écrites en espagnol ou portugais vestiges de l’origine ibérique des marranes installés trois siècles plus tôt en Toscane. Je visitais aussi les impressionnantes archives de la communauté vieilles de cinq siècles et ceci fut le début de mes recherches historiques que je commençais il y a 40 ans sur l’histoire des Marranes.

Rome
Je continuai mon voyage jusqu’à Rome, cette ville majestueuse que j’allais revisiter à plusieurs reprises les années suivantes et où je fis la connaissance des familles Segre et Terracina. Ce sont des familles dont les origines remontent à Rome ​à deux mille ans sans interruption. Ce qui est une exception en Europe car les communautés Juives furent régulièrement persécutées ou chassées.
L’ancien ghetto de Rome, avec ses restaurants, ses boutiques, sa très belle grande synagogue et son musée y attenant restent des souvenirs ​magnifiques et ​leur visite est à conseiller aux futurs touristes.

A suivre : Mon rêve américain

Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.