Pourquoi c’est grave que Trump limoge le chef de la cybersécurité électorale aux États-Unis – Analyse

C’est peut-être le licenciement le plus problématique que Trump ait effectué au cours de toute sa présidence.

Le président américain Donald Trump parle des premiers résultats de l'élection présidentielle américaine de 2020 dans la salle Est de la Maison Blanche à Washington, États-Unis, le 4 novembre 2020 (crédit photo: CARLOS BARRIA / REUTERS)
Le président américain Donald Trump parle des premiers résultats de l’élection présidentielle américaine de 2020 dans l’Aile Est de la Maison Blanche à Washington, États-Unis, le 4 novembre 2020. (crédit photo: CARLOS BARRIA / REUTERS)

Qui est Chris Krebs et pourquoi devrait-on se soucier du fait que le président américain Donald Trump vient de le renvoyer ?

En termes simples, Krebs, dont le titre a été de se trouver à la tête de l’Agence américaine pour la cybersécurité et la sécurité des infrastructures (CISA), était peut-être le responsable américain le plus important pour protéger l’élection de 2020 contre le piratage et les campagnes de désinformation sur les réseaux sociaux.

Bien que les républicains, les démocrates et les cyber-experts lui aient donné les meilleures notes, Krebs a été limogé mercredi matin, heure d’Israël, essentiellement pour avoir combattu la désinformation.

Seulement, la désinformation qu’il combattait ces deux dernières semaines s’était étendue au-delà de la lutte contre la Russie, la Chine et l’Iran, et il avait commencé à démystifier les mythes perpétrés par Trump sur la fraude électorale.

C’est peut-être le licenciement le plus problématique que Trump ait effectué au cours de toute sa présidence.

Il envoie essentiellement le message aux futurs protecteurs des élections américaines que la sécurisation d’une élection qui finit par déplaire au président sortant pourrait être considérée comme une trahison (déloyauté) punissable.

Comment motivez-vous les cyber-protecteurs électoraux avec ce genre d’atmosphère?

Sans entrer dans l’évaluation de la mesure où Trump devrait ou ne devrait pas aller jusqu’où dans ses poursuites, et en reconnaissant que chaque élection jamais organisée a sa part de fraude mineure, plus de deux semaines après l’élection, aucune preuve réelle de fraude généralisée n’a été produite.

Krebs ne torpillait pas le droit de Trump de poursuivre en justice sur la base de preuves réelles de problèmes dans certains États.

Mais son site Web CISA, connu sous le nom de Rumor Control (Contrôle des rumeurs) , démystifiait les théories du complot non fondées sur des preuves, y compris celles propagées par Trump.

Il considérait sa mission comme insufflant confiance au public américain dans l’infrastructure électorale et la résilience du pays, tout en faisant exploser toutes les fausses déclarations qui compromettraient cette sécurité et cette confiance en l’Amérique.

Comme la plupart des cyber-experts, il a pu également déclaré l’élection comme la plus sûre de l’histoire, après avoir tiré de nombreuses leçons de l’ingérence russe lors des élections de 2016.

Jeudi dernier, son agence a publié une déclaration puissante signée par la plupart des principaux acteurs de l’élection américaine, y compris le président de la Commission d’assistance électorale américaine, les présidents de l’Association nationale des secrétaires d’État et de l’Association nationale des directeurs électoraux d’État ainsi que d’autres dirigeants responsables de la sécurité.

Il disait: «Les élections du 3 novembre ont été les plus sûres de l’histoire américaine. Il n’y a aucune preuve qu’un système de vote a supprimé ou perdu des votes, modifié des votes ou a été compromis de quelque manière que ce soit. »

L’ancien conseiller à la sécurité intérieure de Trump, Thomas P. Bossert, a déclaré: «Chris Krebs a rendu l’Amérique plus sûre et notre système électoral plus sûr. Merci pour vos brillants services, Chris. Bien joué. »

Le sénateur Richard Burr (R-New York), un républicain de haut rang de la commission du renseignement du Sénat, a déclaré: «Chris Krebs est un fonctionnaire dévoué qui a fait un travail remarquable pendant une période difficile. Chris et son équipe du CISA ont travaillé avec diligence pour renforcer notre infrastructure électorale, contribuant à détecter les vulnérabilités et à instaurer la confiance entre les gouvernements des États et fédéral.

Le sénateur Ben Sasse (R-Nebraska) a fait l’éloge de Krebs et a ajouté: « Il ne devrait évidemment pas être renvoyé. »

Des démocrates comme la représentante Bennie Thompson (Mississippi) et la représentante Lauren Underwood (Illinois), qui sont à la tête du comité de la sécurité intérieure de la Chambre, ont été encore plus catégoriques, déclarant: «La décision du président de renvoyer le directeur Krebs rend l’Amérique moins sûre ».

Krebs était également l’un des rares dirigeants confirmés par le Sénat dans tout le département de la Sécurité intérieure, où Trump a renvoyé un grand nombre de ses propres personnes.

Et Krebs n’avait pas un travail facile.

Il a dû réussir une combinaison de mouvements offensifs coordonnés avec le Cyber ​​Command de l’armée américaine et la NSA, ainsi que mener des campagnes massives pour amener les agences et les entreprises de 50 États et d’innombrables municipalités à mettre à jour et à patcher leurs réseaux.

Cela exigeait une rare combinaison de maîtrise technique de l’arène avec la capacité d’amadouer et de persuader des gens d’horizons divers d’accepter de l’aide pour sécuriser l’infrastructure électorale des États-Unis.

La lutte contre les campagnes de désinformation étrangères devait également être menée à une vitesse fulgurante et en utilisant des techniques nouvelles, sophistiquées et non entièrement testées – après tout, la lutte contre la désinformation est encore un problème nouveau et en évolution.

Malgré tout cela, Trump n’a même pas essayé de cacher pourquoi il renvoyait Krebs.

Le président américain a tweeté : «  La récente déclaration de Chris Krebs sur la sécurité des élections de 2020 était très inexacte, en ce sens qu’il y avait des irrégularités et des fraudes massives – y compris des personnes décédées votant, des observateurs de vote interdits dans les bureaux de vote, des ‘problèmes’ dans les machines à voter qui ont changé et transféré… des votes de Trump à Biden, des votes tardifs et bien d’autres problèmes. Par conséquent, avec effet immédiat, Chris Krebs a été licencié en tant que directeur de l’Agence pour la cybersécurité et la sécurité des infrastructures », a écrit Trump.

En désaccord avec le président sur les complots électoraux sans fondement, son succès dans la défense de l’Amérique contre le piratage et la désinformation pourrait devenir insignifiant.

Alors que les États-Unis se tournent vers les élections de mi-mandat de 2022 et les élections présidentielles de 2024, l’onde de choc du licenciement de Krebs pourrait continuer à hanter l’Amérique pendant un certain temps.

jpost.com

Trump congédie un haut responsable fédéral qui a défendu l’intégrité de l’élection

Devant des micros, Chris Krebs s'adresse aux reporters.

L’ex-directeur de la CISA, Chris Krebs, avait contesté les allégations du président Trump, sans toutefois le nommer.

PHOTO : REUTERS / JONATHAN ERNST

 

Sophie-Hélène Lebeuf (accéder à la page de l’auteur)

Le président Donald Trump a congédié, mardi soir, le directeur de l’Agence de la cybersécurité et de la sécurité des infrastructures du département de la Sécurité intérieure (CISA), Chris Krebs, qui avait contredit ses allégations de fraudes électorales.

Il y a quelques jours, M. Krebs, acteur central de l’appareil fédéral pour la sécurité électorale, avait signé, avec les responsables de plusieurs autorités électorales nationales et locales, un communiqué commun assurant de l’intégrité et de la sécurité de l’élection, présentée comme la plus sûre de l’histoire.

Invoquant entre autres des fraudes massives pour lesquelles son camp n’a présenté aucune preuve, le président sortant a annoncé le départ immédiat de Chris Krebs sur Twitter, expliquant sa décision par la déclaration extrêmement inexacte du haut responsable.

Il y a eu des irrégularités et des fraudes massives – y compris des votes de personnes décédées, des observateurs auxquels l’accès aux bureaux de vote a été interdit, des “pépins” dans les machines de vote qui ont changé des votes de Trump à Biden, des votes tardifs et bien d’autres choses encore, a lancé Donald Trump, contredisant les conclusions maintes fois présentées par celui qu’il vient de mettre à la porte.

Il n’existe aucune preuve démontrant que quelque système de vote que ce soit a supprimé, perdu ou a changé des votes, ou a été piraté de quelque façon que ce soit.

Extrait de la déclaration commune des responsables de l’intégrité électorale des États-Unis

Sur son compte Twitter personnel, Chris Krebs s’est dit honoré d’avoir servi son pays. Défendre aujourd’hui, protéger demain, a-t-il écrit.

Pendant deux ans, il avait entre autres aidé à préparer les systèmes électoraux contre l’ingérence russe et mis en place un site web de contrôle des rumeurs pour protéger le pays contre la désinformation, qui est ultimement venue de l’intérieur du pays et même de la Maison-Blanche.

Son patron, le secrétaire à la Sécurité intérieure par intérim, Chad Wolf, avait même loué son travail le jour de l’élection.

Après le scrutin du 3 novembre, il avait multiplié sur son compte Twitter associé à la CISA les démentis sur les allégations conspirationnistes mises de l’avant par le président Trump, sans toutefois le nommer.

Le président sortant a par exemple relayé sur Twitter des allégations non fondées selon lesquelles le logiciel de vote électronique de l’entreprise Dominion Voting Systems, fondée au Canada, qui a été utilisé pour le dépouillement dans certains États américains, dont la Pennsylvanie, a effacé 2,7 millions de votes pro-Trump pour en réattribuer des centaines de milliers à son rival démocrate, Joe Biden.

Le président républicain a interdit aux membres de son administration et aux employés de l’appareil gouvernemental d’amorcer le processus de transition.

Chris Krebs n’est pas le premier responsable congédié par Donald Trump depuis sa défaite : le secrétaire à la Défense, Mark Esper, et certains de ses collaborateurs ont eux aussi dû quitter leur poste.

Des prétentions largement rejetées par les tribunaux

Les avocats de l’équipe de réélection de Donald Trump ont multiplié les poursuites pour contester les résultats de l’élection dans plusieurs États – et souvent plusieurs dans un même État –, mais largement sans succès.

Le dernier revers judiciaire en date est survenu mardi en Pennsylvanie, où la Cour suprême de l’État a débouté la campagne Trump, qui alléguait que ses observateurs n’avaient pas pu suivre le déroulement du dépouillement de suffisamment près dans un centre de comptage de Philadelphie.

Dans une décision rendue à cinq contre deux, le tribunal a conclu que la loi ne spécifiait pas à quelle distance les observateurs des deux camps devaient être placés pour surveiller le processus, mais se contentait de dire qu’ils devaient être dans la pièce lorsque les bulletins de vote étaient comptés.

Les observateurs ont le droit d’observer et non de vérifier les bulletins de vote, a souligné la juge qui a rédigé la décision. Le témoin appelé à la barre par le camp Trump avait déclaré avoir été en mesure de voir tout le processus, selon NBC News.

À l’extérieur des tribunaux, le président et ses alliés prétendent que les observateurs dépêchés par la campagne n’ont pas pu avoir accès aux salles où le comptage s’est déroulé.

Entrée en scène de Rudy Giuliani côté cour

Rudy Giuliani, le point levé.

L’avocat et ancien maire de New York Rudy Giuliani, le 7 novembre 2020, à Philadelphie.

PHOTO : REUTERS / EDUARDO MUNOZ

Par ailleurs, l’avocat personnel du président Rudy Giuliani, dont le rôle s’était jusqu’ici limité à défendre sur la place publique les allégations de son ami, a argué devant un tribunal fédéral de la Pennsylvanie, sans présenter de preuves, qu’il y avait eu une fraude électorale massive à l’échelle du pays.

Une affirmation que les autres avocats, quel que soit l’État où ont été déposées des poursuites (Pennsylvanie, Georgie, Michigan, Arizona et Nevada), s’étaient gardés de faire.

Les démocrates ont volé l’élection, a-t-il soutenu, dans un effort visant à bloquer la certification des résultats en Pennsylvanie. Joe Biden a remporté l’État par plus de 82 000 voix.

Cette poursuite spécifique est liée au fait que Philadelphie et six comtés sous contrôle démocrate ont permis aux électeurs d’apporter des corrections techniques aux bulletins de vote postaux (par exemple l’oubli d’une signature). Cette décision relevait de chacun des comtés.

Il y a quelques jours, Donald Trump a présenté l’ancien maire de New York comme le fer de lance des efforts judiciaires de sa campagne après le désistement de plusieurs de ses avocats (notamment le Cabinet Porter & Wright) dans au moins deux États.

Avec les informations de Pittsburgh Post-Gazette, Associated Press et New York Times

 

9 Commentaires

  1. Et pour finir :

    15h01 19 nov. 2020
    Nouvelles précisions sur les fraudes électorales américaines {XI}, article sur Dreuz info que je désire partager
    Share
    Histoire d’une élection volée : la fraude en Georgie
    Publié par Jean-Patrick Grumberg le 19 novembre 2020
    Au moment d’écrire ces lignes, Joe Biden mène Donald Trump avec 14,028 voix d’avance en Georgie, sur un total de 4 992 602 votes comptés.
    3 novembre au soir

    Mardi 3 novembre au soir. Selon les premiers chiffres examinés par le New York Times, Trump est le grand favori pour gagner la Georgie et la Caroline du Nord. Trump est à 55 % (474 909 votes), Biden à 43 % (365 010 voix) avec 17-21 % des votes dépouillés.

    Mais à 22 h 30, le comté le plus peuplé de Géorgie – qui penche fortement pour Biden, cesse de compter les bulletins de vote par correspondance.
    Le lendemain matin, mercredi 4 novembre, l’écart entre Trump et Biden a fondu. Trump est toujours gagnant avec 2 365 842 votes (50,65 %), contre Biden, qui a 2 248 032 voix (48,13 %). 4 670 743 votes sont comptés, soit entre 71,0 % – 84,0 % des bulletins estimés.
    A 16 h 34, arrêt de diffusion des résultats électoraux suite à « l’éclatement d’une canalisation ».
    19 h 36 : InsiderAdvantage déclare la victoire de Trump en Georgie avec pratiquement tous les votes de l’état comptés.

    Nouvelle mise à jour en fin de journée : Trump a 50 % (2 391 491 votes), Biden 49 % (2 314 960 voix).

    A partir de là, l’avance de Trump va fondre comme un glaçon au soleil, et la victoire va passer à Biden.
    Il se passe des choses étranges en Georgie
    En rouge, les comtés remportés par Trump. En bleu, par Biden

    Le 4 novembre au matin, le président du GOP de Georgie a publié le communiqué suivant :

    Le comté de Fulton a dit hier soir à nos observateurs de rentrer chez eux parce qu’ils étaient en train de fermer, puis a continué à compter les bulletins de vote en secret. »

    Environ 244 000 votes sont allés à Biden dans ce seul comté.
    Des clés USB qui « apparaissent »

    David Shafer, le président du parti Républicain de Georgie a annoncé le 18 novembre que les responsables des élections du comté de Walton ont « trouvé » une carte mémoire qui n’a apparemment pas été téléchargée, donc pas comptée. Le nombre de votes donne 176 voix de plus (sur 284 ou 224 selon les sources, découverts sur la carte USB) au président Trump.
    La veille, le comté de Fayette avait lui aussi trouvé « par hasard » une clé USB avec plus de 2 700 votes qui n’avaient pas été entrés dans la machine. La majorité des votes est allée à Trump. 1 577 étaient pour Trump, et 1 128 pour Biden.
    Le jour précédent, le comté de Floyd avait découvert 2 600 votes manquaient lors du premier décompte le soir du scrutin. Le secrétaire d’Etat a parlé d’une erreur humaine. L’erreur humaine apporta 800 votes de plus à Trump.
    Mardi 17 novembre, une carte mémoire avec 293 votes a été trouvée dans le comté de Douglas. Joe Biden a gagné 78 voix de plus dans le comté de Douglas.

    Des témoignages de fraude en veux-tu-en-voilà

    Des témoins du décompte des voix ont déclaré avoir vu les votes pour Trump être comptés pour Biden.

    Une personne chargée du recomptage dit avoir vu des personnes chargées de compter placer les bulletins de vote de Trump et de Jorgensen dans les piles de Biden. Elle a une vidéo en sa possession.
    Un contrôleur du recomptage, dans une déclaration sous serment, dit avoir vu des bulletins de vote pour Trump être placés dans la pile pour Biden pendant le recomptage dans le comté de Henry.
    D’autres observateurs ont vu la même chose se produire à quatre tables de dépouillement, toujours en faveur de Biden.
    Le même témoin s’est rendu dans un autre comté de Géorgie le lendemain et a observé la même anomalie lors du recomptage.
    Un troisième observateur du recomptage, Carlos Silva, un Démocrate enregistré, dit avoir vu des bulletins pour Trump placés dans les piles de Biden et comptés comme des votes Biden « plusieurs fois ».
    Un quatrième témoin, également un Démocrate, a vu des croix noires parfaites, comme imprimées avec un tampon, dans une pile de bulletins de vote… 500 d’affilée, tous pour Biden.
    Un cinquième témoin allègue avoir vu des centaines de bulletins de vote par correspondance sur des feuilles jamais pliées, et des bulles parfaitement marquées qui semblent ne pas avoir été postées. (Les bulletins de vote par correspondance sont pliés afin d’être placés dans une enveloppe).

    Elle dit avoir vu des bulletins de vote militaires et étrangers « très propres » avec « aucune bulle… colorée en dehors de la ligne » presque tous pour Biden, y compris des lots qui étaient à 100 % pour Biden.
    Un sixième témoin a vu des bulletins de vote par correspondance parfaitement marqués, dont certains lots étaient destinés à 100 % à Biden, qui semblent avoir été imprimés plutôt que remplis par quelqu’un à la main. Il a partagé un tableau avec les numéros des boîtes en question.
    Un septième témoin a personnellement compté des bulletins de vote par correspondance qui n’ont jamais été pliés – alors que pour les faire entrer dans l’enveloppe électorale, il faut les plier, et tous étaient parfaitement écrits, comme avec un tampon.
    Un autre, avec 20 ans d’expérience dans le traitement des bulletins de vote a décrit un lot étrange qui se démarquait. Des feuilles vierges sans marquage et 98 % pour Biden.
    Et la directrice du bureau de vote de Géorgie a affirmé que les machines de vote sont arrivées dans son bureau sans être scellées, déverrouillées, que les numéros de série ne correspondaient pas à la documentation et que « les étiquettes vertes à code-barres qui sont censées couvrir la porte de la carte mémoire étaient cassées ».
    Un témoignage parmi d’autres :

    « Les opérations du BOE [le bureau des élections] ont été bâclées, et m’ont conduit, dans le cas d’au moins une urne que j’ai examinée, à penser que des votes par procuration supplémentaires avaient été ajoutés de manière frauduleuse. »

    Le président Trump a publié sur son compte Twitter une vidéo montrant des comportements « douteux » dans le comté de Floyd :

    Un observateur du parti Républicain a découvert une « erreur » de 9 626 votes dans le comptage manuel du comté de DeKalb. Un lot a été étiqueté 10,707 pour Biden et 13 pour Trump – une marge improbable même selon les normes de DeKalb, très à gauche. Le décompte réel du lot était de 1 081 pour Biden et de 13 pour Trump. Cependant, l’écart de ce comté est énorme : 58,369 pour Trump contre 308,140 pour Biden.

    Nous avions la déclaration sous serment de l’observateur du dépouillement concernant l’erreur de décompte du comté de DeKalb (Un observateur a découvert une erreur de 9 626 votes dans le comptage manuel du comté de DeKalb) – elle a été supprimée et remplacée par ce message : « Avis de suppression. Le document « DeKalb County Affidavit » a été supprimé.

    Nous avons une autre version de la déclaration sous serment – caviardée cette fois :

    L’État doit certifier ses résultats électoraux avant le 20 novembre. Trump a 14 000 voix de retard. L’Etat de Georgie apporte 16 sièges.

    Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

    PS: Photos, Vidéos et preuves écrites sur le site!

    • Ah oui? Les infos du Jerusalem Post ne valent pas celles de… Vision du monde un peu étriquée. Quand on veut avoir absolument raison, on prend deux avis, on recoupe, et surtout on va au plus réaliste. On peut aussi choisir de faire partie du désormais 1/4 de la population qui se laisse séduire par la théorie de la conspiration, qui finalement explique tellement de choses. Chercher absolument à se raccrocher à des illusions parce qu’on est déçu par le Résultat, c’est limite dangereux.

      Même aux enfants on leur dit qu’il vaut mieux connaître (et surtout reconnaître) un échec et repartir de plus belle.

      Donc Chris Krebs, nommé par Trump, fait partie de la conspiration de l’Etat Profond? C’est lui qui a « truqué les élections »? Eh bien en ce cas, intentez-lui un procès et on verra qui dit vrai…

      • Exemple de fraude et de liberté prise avec la vérité chez Maxime Lépante, à Riposte Laïque : Géorgie (Floyd County) : lors du recomptage en cours dans cette circonscription, on vient de “retrouver” une carte mémoire contenant 2 600 bulletins de vote qui n’avaient pas été comptabilisés jusqu’à présent, qui donnent 800 voix de plus au Président Trump qu’au sénile Biden.

        Non, c’est faux : Selon l’Atlanta Journal-Constitution, la plupart des votes trouvés étaient en faveur de Donald Trump. Il obtiendrait environ 800 voix de plus (sur les 2.600 retrouvés). Cependant, il ne semble pas que ces votes supplémentaires changeront le résultat des élections en Géorgie. Selon des chiffres non officiels, Biden a reçu plus de 14.000 voix de plus que Trump. La différence ne serait plus que de 13.200 en faveur de Biden.

        Si on doit appliquer cette règle à toutes les « découvertes » de Riposte laïque », on risque d’aller de déconvenue en déconvenue…

        Tout le monde peut réécrire l’histoire en faisant des calculs qui arrangent.

    • EXACT! Je suis même furieuse contre vous !? Aller chercher des infos – je viens de passer sur son « blog » où il est impossible de la joindre.. – au Canada? LOL! Ume gauchiste MENTEUSE ET ANTI-TRUMP! « SANS PREUVE » un leitmotiv pour justifier ses mensonges!
      Trump a raison de se débarrasser des malotrus!

      J’espère de tout coeur et je prie pour que TRUMP remporte enfin cette élection que les socialoshitlériensdémocrates ont reléguée à la hauteur des caniveaux qui est leur place!

    • Soyons sérieux, Damran : les preuves s’étalent devant les tribunaux qui les valident ou pas dans une recherche d’impatialité, pas dans les cybergazettes françaises qui relaient des impressions partisanes de tel ou tel militant engagé depuis longtemps. C’est déjà pénible d’apprendre que les Démocrates, avec leur extrême-gauche de la Squad, s’installent aux commandes et qu’il faut quasiment recommencer les années Obama, sans en plus sacrifier sa crédibilité…

  2. « Associated Press et New York Times »: aussi neutres que l’AFP et le Monde en France. Remarquer que la photo de Giuliani a ete judicieusement selectionnee (c’est de bonne guerre) pour aller dans le sens souhaite.

    • Et ça retire quoi au fait indéniable que Trump a congédié Krebs pour avoir servi l’intégrité des élections? Que les Cours suprêmes des Etats blackboulent poliment les allégations, que Mc Donnel patron du Sénat assure d’une transition en bonne et due forme, que les preuves manquent toujours? Ce qui pose problème est de se débarrasser des témoins gênants. Si Krebs a tort, il suffit de lui mettre sous le nez les documents prouvant qu’il dit faux. Comme ce n’est pas possible, on s’en débarrasse.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.