Shoah: l’histoire méconnue du mime Marceau (vidéo)

2
1015

Le mime Marceau ou le cri silencieux

#Shoah – Découvrez l'histoire méconnue du Mime Marceau

#Shoah – Découvrez l'histoire méconnue du Mime MarceauConnu comme le maître incontournable de l'art muet, il s'est également illustré au cours de sa vie comme un héros de la Seconde Guerre mondiale. Rendons hommage à ce héros

Publiée par CRIF sur Dimanche 3 février 2019

Shoah – Découvrez l’histoire méconnue du Mime Marceau

Connu comme le maître incontournable de l’art muet, il s’est également illustré au cours de sa vie comme un héros de la Seconde Guerre mondiale.

Marcel Marceau est :
Officier de la Légion d’Honneur
Commandeur de l’Ordre National du Mérite
Commandeur des Arts et Lettres

Le mime Marcel MARCEAU
Strasbourg 1923 – Paris 2007

 

Né le 22 mars 1923 à Strasbourg, Marcel Mangel qui deviendra le mime Marceau, est le fils du boucher de la communauté polonaise Adath Israël.

Il reconnaît “avoir beaucoup souffert lorsque Hitler a lancé l’anathème sur la juiverie mondiale” et se souvient aussi de la guerre d’Espagne : “à treize ans, j’ai écrit, de ma main d’écolier, sur la guerre civile espagnole. Je la connaissais par cœur.” Bien entendu, du côté des républicains.

Les années de guerre

Lorsqu’il a quinze ans, Strasbourg est évacuée. La famille part se réfugier en Dordogne.

Ses dons artistiques, pour la peinture notamment, le conduisent à s’inscrire à l’école des arts décoratifs de Limoges.

En 1943, Marcel “entre dans la Résistance française.

Faussaire de génie, il copiera et imitera des papiers d’identité pour que ses camarades entrés en résistance puissent circuler.

Après la déportation de son père (qui mourra à Auschwitz), Marcel décide de rejoindre son frère “quelqu’un d’important pour la Résistance, qui a formé plus tard les FTP (Francs-tireurs partisans)”.

Sa tante tient une colonie de vacance ; il y réalise des spectacles de théâtre avec des enfants : “J’imitais Chaplin, qui était mon dieu”. Il y monte aussi des contes taoïstes et chinois.

Lorsque des rumeurs se propagent sur les prochaines opérations de débarquement, le lieu n’est plus jugé assez sûr, et on envoie Marcel se cacher dans une maison à Sèvres près de Paris.

C’est ainsi qu’il peut suivre les cours de Charles Dullin, au Théâtre de la Cité ou Sarah-Bernhardt.

Il étudie aussi avec Étienne Decroux, le maître de Jean-Louis Barrault et le père fondateur de la “grammaire” de l’art du mime qu’il appelait la “statuaire mobile”.

Quand la France a été libérée, je me suis engagé, en novembre 1944, dans la 1ère Armée, celle de Delattre de Tassigny. Nous étions en Alsace. Je suis rentré en Allemagne par Karlsruhe. ”

Lire la suite

Marcel Marceau est décédé à Paris le 22 septembre 2007 (jour de Yom Kipour) âgé de 84 ans, entouré de l’affection de ses enfants.

2 COMMENTS

  1. Les vers de V. Hugo qui ont inspiré le mime Marceau .

    ” La liberté sublime emplissait leurs pensées.

    Flottes prises d’assaut, frontières effacées

    Sous leur pas souverain,

    Ô France, tous les jours c’était quelque prodige,

    Chocs, rencontres, combats ; et Joubert sur l’Adige,

    Et Marceau sur le Rhin ! ” .

  2. Par ailleurs………..

    ” Sous l’influence de son cousin germain Georges Loinger et de son frère Simon Mangel, Marcel rejoint la Résistance en 1942 à Limoges. Il prend alors le pseudonyme de Marceau.

    Il raconte l’avoir « pris dans la Résistance à cause du vers de Victor Hugo, dans Les Châtiments : « Joubert sur l’Adige/ Marceau sur le Rhin ».

    J’étais né dans le Bas-Rhin et je voulais bouter les Allemands hors de France » ”

    Wiki .

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.