Rouen. On a visité avant sa réouverture la Maison sublime, plus ancien monument juif de France

Blotti en sous-sol de Rouen, la Maison sublime rouvre au public samedi 30 avril 2022, après plusieurs années de travaux. Visite en images du plus vieux monument juif de France.

À 2,5 mètres sous les pavés du palais de justice de Rouen (Seine-Maritime), une lumière tamisée éclaire les murs blancs d’un édifice rectangulaire niché au cœur d’une crypte archéologique. La Maison sublime, plus ancien monument juif connu en France, va être rouverte au public dès samedi 30 avril 2022, après plusieurs années de travaux de restauration et de sécurisation où elle n’était visitable qu’à de rares exceptions.

Témoin d’un passé prospère

L’auteur de ces lignes a pu suivre une visite guidée des lieux, en marge d’une conférence de presse tenue dans la cour du tribunal, vendredi 29 avril. Une exposition permanente fait le tour des vestiges. Des panneaux explicatifs reviennent en textes et en images sur l’histoire de l’édifice.

Une exposition permanente fait le tour des vestiges de la Maison sublime, avec des panneaux explicatifs qui reviennent en textes et en images sur l’histoire de l’édifice.

Une exposition permanente fait le tour des vestiges de la Maison sublime, avec des panneaux explicatifs qui reviennent en textes et en images sur l'histoire de l'édifice.Les panneaux explicatifs contiennent des informations condensées et illustrées sur l’histoire de la Maison sublime. (©VL/76actu)

La Maison sublime se trouvait au cœur du quartier juif qui s’étendait au Moyen Âge sur trois paroisses chrétiennes. « Juifs et catholiques vivent alors en harmonie, resitue la guide-conférencière chargée de la visite. Au XIIe siècle, la communauté juive de Rouen joue un rôle majeur dans l’essor économique et intellectuel de la ville. »

Cette période de prospérité succède à un épisode particulièrement violent. Celui du pogrom de 1096 où les juifs sont attaqués alors que s’élance la première croisade vers Jérusalem. « Ils sont tués ou convertis de force au christianisme, leurs édifices sont détruits. » Après ce massacre, « le roi d’Angleterre et duc de Normandie autorise la reconstruction des biens de la communauté juive ». Ce qui permet de situer l’édification de la Maison sublime au tout début du XIIe siècle.

Ce mur de la Maison sublime est orné de colonnettes qui rappellent la décoration murale de l'abbatiale Saint-Georges de Boscherville, construite vers 1115. Un détail parmi d'autres qui aide les historiens à dater l'édification du monument rouennais au tout début du XIIe siècle.Ce mur de la Maison sublime est orné de colonnettes qui rappellent la décoration murale de l’abbatiale Saint-Georges de Boscherville (Seine-Maritime), construite vers 1115. Un détail parmi d’autres qui aide les historiens à situer l’édification du monument rouennais au tout début du XIIe siècle. (©VL/76actu)

Un mystère persistant

En revanche, l’utilisation de ce bâtiment entièrement construit en pierre calcaire reste un mystère. S’agissait-il d’une école rabbinique, d’une synagogue, d’une résidence privée ? Ni les sources écrites ni les résultats des fouilles archéologiques ne permettent de trancher avec certitude.

D’autant qu’en 1306, le roi Philippe le Bel expulse les juifs de France, réquisitionne leurs biens dont la Maison sublime qui est cédée à la ville de Rouen, devient un lieu d’occupation chrétienne et s’en trouve transformée. « C’est pourquoi les historiens ont autant de mal à définir la fonction originelle du lieu », explique la guide.

Les bases de colonnes sont sculptés. Ici, deux lionceaux à tête unique.Les bases de colonnes sont sculptées. Ici, deux lionceaux à tête unique. (©VL/76actu)

Sous les pavés…

Sa destruction intervient au XVe ou au XVIe siècle, tandis que le Parlement de Normandie (l’actuel palais de justice) s’étend vers l’est et recouvre le site. Il faudra attendre 1976 et des travaux de réfection du pavage de la cour du palais de justice pour que la Maison sublime soit fortuitement découverte.

La mise au jour de 16 graffitis en hébreu (toujours visibles aujourd’hui quoiqu’altérés par le temps et l’humidité) dans la salle basse de ce bâtiment à trois niveaux confirme que celui-ci appartenait bien à la communauté juive. Le nom qui a été donné à ce monument est d’ailleurs directement inspiré de l’une de ces inscriptions : « Que cette maison soit sublime ».

L'un des 16 graffiti en hébreux découverts dans la salle basse de l'édifice. Sa traduction - L’un des 16 graffiti en hébreu découverts dans la salle basse de l’édifice. Sa traduction – « Que cette maison soit sublime » – a inspiré le nom donné au monument. (©VL/76actu)

Classés au titre des Monuments historiques en 1977, restaurés puis ouverts au public pour la première fois en 1980, les vestiges seront rendus pratiquement inaccessibles pour des raisons de sécurité à partir des attentats du 11 septembre 2001.

« Chantier complexe »

Sa réouverture aujourd’hui constitue l’aboutissement d’un long processus entamé au milieu des années 2000. « Nous avons travaillé à partir de 2007 avec l’État et les collectivité locales en ayant pour objectif la valorisation du bâtiment », rembobine Jean-Robert Ragache, président de l’association La Maison Sublime de Rouen.

Des travaux sont entrepris entre 2018 et 2020, d’un montant d’un million d’euros, « financés pour moitié par la ministère de la Justice », souligne Marie-Christine Leprince. La première présidente de la cour d’appel de Rouen évoque « un chantier complexe, sous-terrain. Les sources d’humidité ont impliqué une importante restauration (avec la pause d’un système de climatisation pour réguler le taux d’humidité et ainsi préserver les graffitis, NDLR). Il a aussi fallu réaliser un aménagement pour le rendre le plus accessible possible. »

Sans compter les opérations visant à satisfaire les exigences en matière de sécurité incendie, d’évacuation des personnes à mobilité réduite ou de mise en sûreté contre le risque terroriste qui ont entrainé un nouveau report de la date de réouverture du monument désormais géré par la Régie des équipements culturels de la Métropole Rouen Normandie.

Cette escalier donne accès à la salle basse de la Maison sublime, moyennant quelques contorsions !Cet escalier donne accès à la salle basse de la Maison sublime, moyennant quelques contorsions ! (©VL/76actu)

« Trésor caché »

Cet événement suscite l’enthousiasme de Chmouel Lubecki. Le rabbin de Rouen insiste sur la possibilité de « faire découvrir ce diamant qui montre qu’il y a eu une présence juive très importante et que ça continue aujourd’hui ».

« Rouen est sublime quand elle remet au jour ses trésors cachés, complète Nicolas Mayer-Rossignol, maire de la ville et président de la Métropole. C’est un site de dimension nationale, européenne. » Et un argument de plus, aux yeux de l’édile, pour la candidature de la cité normande au statut de capitale européenne de la culture, en 2028.

Par Valentin Lebossé  actu.fr/normandie/rouen_
Plus vieux monument juif connu en France, la Maison sublime située en sous-sol du palais de justice de Rouen (Seine-Maritime) rouvre au public samedi 30 avril 2022, après plusieurs années de fermeture pour travaux. (©VL/76actu)

Infos pratiques :
La Maison sublime, 36 rue aux Juifs à Rouen. Visite guidée grand public le samedi à 10h30 et 14h30. Visites supplémentaires le mardi et le jeudi à 14h30 pendant les vacances scolaires (zone B).
Jauge limitée à 19 personnes par groupe. Réservation obligatoire sur : visitezlamaisonsublime.fr ou à l’accueil de l’Historial Jeanne d’Arc.
Tarifs : 9 euros/pers. ou 7,5 euros/pers. (réduit).

#Métropole Rouen
#Patrimoine

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.