Pourquoi le vaccin à ARN messager est une excellente nouvelle pour l’humanité

ÉDITO. Le vaccin anti-Covid à ARN messager a déjà été injecté à plusieurs centaines de millions de personnes dans le monde. Au-delà du coronavirus, cette technologie commence à être étudiée dans la recherche contre le cancer ou les maladies cardiovasculaires.

Par Clément Lacombe

Il est entré dans nos vies et dans nos corps comme aucune autre innovation jusqu’alors. En sept mois à peine, le vaccin anti-Covid à ARN messager a déjà été injecté à plusieurs centaines de millions de personnes sur la planète. Un record dicté par l’urgence de la crise sanitaire. Mais cette intrusion n’est pas sans conséquences sociales. Alors que la quatrième vague de contaminations déferle déjà et que la campagne de vaccination accélère encore sous l’impulsion déterminée du gouvernement, une résistance se manifeste. Invention majeure, le vaccin à ARN messager soulève néanmoins des peurs que la pédagogie plus que la contrainte est susceptible de surmonter. Il y a aussi dans ces frondes l’expression d’un défi à l’autorité de l’Etat et une méfiance viscérale envers les multinationales du médicament.

Pourtant, il faut le répéter, le vaccin à ARN messager est une excellente nouvelle pour l’humanité. Rien à voir avec une expérimentation hasardeuse. Rappelons que cet acide ribonucléique pousse les cellules à fabriquer elles-mêmes une des protéines du virus du Covid-19, entraînant en retour la production des anticorps, pour permettre à l’organisme de se défendre lorsqu’il sera vraiment exposé au virus. Au-delà de la prouesse technique, ce qui a changé, c’est le rythme très rapide de cette innovation. Il y a encore dix-huit mois, la plupart des spécialistes expliquaient très sérieusement qu’il fallait, au minimum, une dizaine d’années pour mettre au point un vaccin et le produire en masse. Ce délai a été ramené à quelques mois. Dans le secteur de la santé, cette brusque accélération due à l’entrée fracassante des « biotechs » dans la course aux sérums change la donne.

Nouvel horizon

La pandémie a fait exploser tous les repères et limites, comme ce fut le cas par le passé avec d’autres crises aiguës – qu’on pense à la façon dont les guerres ont profondément chamboulé le champ scientifique. D’ailleurs, au-delà du Covid-19, l’ARN messager commence déjà à être étudié dans la recherche contre le cancer, les infarctus ou d’autres pathologies graves. Un nouvel horizon s’ouvre, que « l’Obs » porte à sa une cette semaine et explore dans son dossier.

Cette révolution, on ne saurait l’attribuer à la seule recherche privée. Certes, les sociétés de biotechnologies comme l’américaine Moderna ou l’allemande BioNTech (associée au géant Pfizer) ont parachevé les recherches, notamment en créant les nanoparticules lipidiques qui contiennent l’ARN messager, en mettant au point un produit d’une grande complexité (le vaccin anti-Covid de BioNTech comporte 280 ingrédients !) ou en menant les essais cliniques. Mais tout ce travail n’a qu’une dizaine d’années et n’aurait jamais pu se faire sans, en amont, plus d’un demi-siècle de recherche académique, donc publique. Sans les scientifiques qui, les premiers, ont découvert l’existence de l’ARN messager dans nos corps, compris son fonctionnement, et commencé à imaginer comment il pourrait être utilisé pour soigner.

Tout le monde se félicite aujourd’hui de ces travaux, mais leurs débouchés, sur le moment, n’avaient rien d’évident. Le cheminement de la recherche est par essence incertain, fait de tâtonnements et de fausses routes, que la recherche privée ne peut assurer seule. Les nouveaux prodiges de la pharmacie qui construisent des fortunes grâce à l’ARN messager ne doivent pas l’oublier : ils sont plus que redevables au secteur public, et pas seulement parce que ce sont les Etats qui achètent les doses.

Clément Lacombe Mis à jour le 21 juillet 2021 à 17h53 www.nouvelobs.com

A Marburg (Allemagne), le 27 mars 2021, dans le laboratoire de la société BioNTech qui fabrique un vaccin anti-Covid à base d’ARN messager. (THOMAS LOHNES / AFP)

Lire aussi www.nouvelobs.com/vaccination-anti-covid-19/20210722.OBS46798/cancer-vih-les-maladies-mortelles-bientot-eradiquees-grace-a-l-arn-messager.html

2 Commentaires

  1. EN fait, vous n’expliquez en rien pour quoi cet ARN messager est si important pour l’humanité. C’est dommage. Je ne suis en rien contre le progrès, quand il apporte des bienfaits à l’Humanité. Et il en a apporté des millions. Mais en ce moment, on se pose la question de la différence entre ARN messager et OGM. Avez-vous une réponse claire, accessible à un enfant de 6 ans, dirait Einstein.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.