Que cache le silence du N°1 d’Al Qaida ? *

0
213

 

L’étrange silence du N°1 d’AlQaïda, l’émir Ayman alZawahri, éveille les soupçons

Ayman alZawahri, l’émir d’al-Qaïda depuis 2011, n’a pas parlé publiquement depuis Septembre. Ceci est sa plus longue absence de la scène publique depuis la chute de Kaboul en 2001. Il est probable qu’il attend son heure pour un but particulier.

Cet Egyptien de 63 ans  a été un combattant djihadiste et chef depuis 1981 quand il faisait partie de la conspiration qui a assassiné le président égyptien Anouar el-Sadate. Fait prisonnier et torturé c’est un fugitif depuis des décennies recherchés par des dizaines de services de renseignement et un écrivain prolifique de livres sur le jihad mondial. Zawahri a été actif constamment sur al-Sahab le bras médiatique de la  propagande d’al-Qaïda depuis une douzaine d’années, à travers des dizaines de messages enregistrés.

Le 4 septembre, Zawahiri a annoncé la formation d’une nouvelle branche d’Al-Qaïda, Al-Qaïda dans le sous-continent indien (AQIS). Il a dit qu’il avait été en développement pendant des années et cherchera à intensifier l’activité djihadiste en Inde, au Pakistan, au Bangladesh, en Birmanie et aux Maldives.

En quelques jours, le nouveau groupe a revendiqué une tentative de détournement d’une frégate pakistanaise de construction chinoise équipée missiles, nommé le Zulfiqar, à partir d’une base navale qui abrite des armes nucléaires à Karachi. Le complot a été mené par le personnel de la marine pakistanaise inféodée à al-Qaïda . L’objectif était de détourner  le Zulfiqar pour attaquer l’US Navy et les navires alliés dans la mer d’Arabie, mais il a été déjoué avant que le navire ait quitté le port de Karachi. Cette attaque d’un porte-avions américain, aurait été son action terroriste la plus audacieuse depuis 2006. Depuis le nouveau groupe al-Qaïda a revendiqué une vague d’assassinats d’opposants laïques au djihadisme en Asie du Sud.

Mais Zawahri a été inhabituellement silencieus. Il n’a fait aucun commentaire quand al-Qaïda dans la péninsule arabique (AQAP) a revendiqué l’attaque de Paris en Janvier 2015, qu’il a ordonnée. Zawahri réclamait une attaque en France depuis une décennie, de sorte que son silence est d’autant plus étrange. Ce fut un triomphe, mais l’émir ne l’a pas commenté.

Il n’a pas non plus  commenté  les récents développements régionnaux comme les guerres en Irak, en Syrie et au Yémen, la succession en Arabie Saoudite ou les attaques djihadistes en Australie, au Canada et ailleurs. Dans le passé, de tels événements avaient régulièrement fait l’objet de commentaires détaillés de Zawahri.

Il n’a pas non plus fait l’éloge des martyrs récents d’al-Qaïda. La mission de drone qui a tué par inadvertance un otage américain et italien au Pakistan en Janvier a également tué Ahmed Farouq, qui était le deuxième commandant de l’AQIS. Farouq était en charge des opérations au Pakistan et probablement derrière l’opération du Zulfiqar. Zawahri aurait normalement du faire son  éloge funèbre  d’un martyr de cette stature. Il n’a pas non plus fait l’éloge des années de service du chef djihadiste AQAP, Nasser bin Ali al-Ansi, qui a revendiqué la «Sainte Bataille de Paris” quand il a été tué par une frappe de drone  au Yémen ce mois-ci.

Zawahri est presque certainement vivant. Al-Qaïda n’a jamais manqué d’annoncer le décès de ses dirigeants, car il est très fier de leur martyre. Al-Qaïda a déjà nommé le successeur  de Zawahri, Nasir al-Wuhayshi, le leader AQAP , il n’y a donc pas de problème de succession.

Zawahri attend donc son heure pour des raisons inconnues. Il peut avoir des projets de grande envergure encore  que celui l’attentat du Zulfiqar. Il attend peut-être le moment propice pour lancer une opération spectaculaire. Peut-être qu’il attend la disparition de son ennemi juré, le calife Ibrahim de l’Etat islamique. Toujours est-il que Zawahri a certainement de bonnes raisons de rester silencieux.

Bruce Riedel est directeur de recherche au centre de renseignement  Brookings Institution. Son livre le plus récent est “Qu’est-ce que nous avons gagné: Guerre secrète de l’Amérique en Afghanistan, 1979-1989.”

Traduction JForum – Al Monitor

 

 
 

 

 
  
 

 

 

 

 

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.