Une famille juive libanaise réunie pour un mariage à la synagogue Magen Abraham de Beyrouth. (Communauté Juive libanaise)

Rapport sur une minorité: une enquête spéciale sur les Juifs du Liban

Arab News en Français Publié le 13 septembre 2020

Les Juifs du Liban ont quitté leur pays à regret, contrairement à leurs coreligionnaires dans d’autres pays arabes, mais n’ont jamais oublié le Liban.

Arab News en français a recherché des membres de la communauté juive libanaise dans la diaspora, et a recueilli leurs témoignages, jusque-là restés inédits.

Dans les années cinquante et soixante, le Liban comptait 16 synagogues. Le Liban était alors le seul pays du monde arabe où le nombre de Juifs avait augmenté après 1948. Néanmoins, la guerre des Six-Jours de 1967, ainsi que la longue guerre civile débutée en 1975, ont poussé les Juifs libanais à quitter le pays.

Aujourd’hui, 29 Juifs seulement vivent toujours au Liban et cachent leur identité. Car les Juifs du Liban ont quitté leur pays à regret, contrairement à leurs coreligionnaires dans d’autres pays arabes. Ils se sont retrouvés pris en étau dans une guerre meurtrière, et n’ont pas eu d’autre choix que de fuir.

Cependant, cette communauté n’a pas oublié le Liban. Loin de là. Il suffit de se promener par exemple autour de la région de Gravesend à Brooklyn, aux Etats-Unis, pour retrouver un petit Liban, celui qu’ils ont emporté avec eux.

Il y a quelques mois, Arab News en français a recherché des membres de la communauté juive libanaise dans la diaspora, et a recueilli leurs témoignages, jusque-là restés inédits.

« Mes parents ont veillé à ce que nous sachions qui nous étions, confie ainsi Marcel, à Brooklyn. Nous avons grandi dans une maison libanaise. Nous ne mangeons que de la nourriture libanaise : manakish, knefeh, baklavas. Nous ne cuisinons ni hamburgers ni pizzas. Nous connaissons toutes les chansons libanaises par cœur. Dans notre synagogue, nous chantons des prières juives sur les airs de Fairouz. »

Notre enquête coïncide également avec la publication prochaine d’un livre de l’historien Nagi Zeidan, qui documente la présence de chaque famille juive qui a vécu au Liban. Cette aventure, qui s’étale sur vingt-cinq ans, incarne l’histoire de l’ascension et de la chute d’une communauté.

Zeidan confie également à Arab News en français comment il a souscrit au départ aux discours antisémites propagés par le parti social nationaliste syrien, et comment les circonstances de la vie et la maturité l’ont amené à porter un autre regard sur la communauté et à l’aimer.

dNagi Zeidan inspecte le cimetière juif de Beyrouth après que plusieurs tombes ont été endommagées par le mauvais temps lors d’une tempête hivernale en décembre 2019 (Anwar AMRO/AFP)

« Je suis devenu un autre homme, raconte-t-il. Tous mes amis juifs me respectent et je les respecte. Dans quelques semaines mon livre sur l’histoire des Juifs du Liban sera publié en France, ce sera l’aboutissement de vingt-cinq années de recherches. J’espère que mon témoignage laissera des traces et démontrera qu’il existe des ponts entre les hommes, entre les communautés, et qu’un dialogue est possible ».

Pour lire son témoignage et bien d’autres, plongez dans notre enquête exclusive sur les juifs du Liban et leur histoire si singulière.

https://www.arabnews.fr/node/14151/monde-arabe

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.