Pensant son micro éteint, Joe Biden traite un journaliste de Fox News de «stupide connard».

Il faut toujours s’assurer à la fin d’une conférence de presse que le micro est bien éteint. Malgré sa longue expérience politique, le président des États-Unis n’a vraisemblablement pas retenu cette leçon élémentaire. A la fin d’une table ronde à laquelle assistaient des journalistes, ce lundi, Joe Biden, croyant certainement se parler à lui-même, a ainsi lâché un « stupide connard » (« stupid son of a bitch », en version originale) au sujet d’un journaliste de Fox News.

La scène risque de faire parler. Alors que la chargée de presse tente d’évacuer les journalistes de l’East Room où se tiennent traditionnellement les conférences de presse du locataire de la Maison Blanche, un représentant de la chaîne de Rupert Murdoch interpelle le président en exercice. Celui-ci vient de rencontrer les membres de son conseil de la concurrence pour mettre en place une politique de lutte contre l’inflation galopante aux États-Unis. Steve Doocy se lance : « Pensez-vous que l’inflation est un handicap politique ? » demande-t-il au président américain, sans obtenir de réponse directe. La suite, seuls les spectateurs de C-Span, l’équivalent de la Chaîne parlementaire aux États-Unis, ont pu l’entendre. « C’est un grand atout. Plus d’inflation… Quel stupide connard », ironise-t-il.

La séquence survient alors que Joe Biden est très critiqué après un peu plus d’un an de mandat. Alors que le démocrate a été élu sur la promesse, notamment, d’un retour à la normalité, en particulier avec la presse, après quatre ans de présidence Trump, cette insulte écorne quelque peu encore son image et le rapproche ironiquement de son prédécesseur. Coutumier des invectives à l’adresse de la presse, Donald Trump avait notamment qualifié une journaliste de « folle au faible QI » et suspendu l’accréditation du correspondant de CNN à la Maison Blanche durant son mandat.

On se souvient du passage de Zemmour sur TF1 avec Gilles Bouleau.

« C’était une interview d’un procureur. Devant les autres, il (Gilles Bouleau) s’efface, poliment, humblement, parfois de façon larvaire ». C’est peu dire que le polémiste dorénavant officiellement candidat à la présidence de la République, a peu apprécié son passage au 20 Heures de TF1. Il l’a fait vertement savoir au micro de BFMTV, quelques minutes après son interview. À peine déclaré, Éric Zemmour était déjà apparu tendu lors du JT de TF1 reprochant en toute fin d’entretien à Gilles Bouleau de ne pas l’avoir interrogé sur son programme.

« Le journaliste a la liberté de ses questions, l’invité de ses réponses », a réagi TF1 : « Gilles Bouleau a mené cette interview sans complaisance ni animosité comme avec chacun de ses invités ». Après cette journée importante pour lui, Éric Zemmour est en effet retourné à son QG où il a reproché à Gilles Bouleau d’avoir « mal fait son boulot » à l’antenne de la chaîne d’information en continu. « Il y a eu maldonne, il y a eu même escroquerie intellectuelle. Il a voulu faire son malin devant ses confrères », a-t-il poursuivi. », a-t-il attaqué avec virulence.

Avec moi, il s’est révélé un procureur pugnace, de mauvaise foi, me sortant des phrases de mon livre hors de leur contexte », s’est exaspéré le candidat d’extrême droite après avoir quitté la chaîne, selon des images diffusées par CNews et BFMTV.

Selon nos informations, en quittant le plateau du JT, alors qu’il regagnait sa loge, des témoins ont même entendu le tout nouveau candidat lâcher un « connard » sonore, manifestement à l’adresse du présentateur vedette de TF1. Trois jours après la polémique sur le doigt d’honneur, Éric Zemmour, a du mal à enfiler le costume de candidat. Ce que d’aucuns lui ont signalé par voie médiatique.

A l’époque les médias avaient critiqué Zemmour pour ses propos disant qu’il n’avait pas l’étoffe d’un président. Que dire de Joe Biden avec les mêmes propos. Sans commentaire.

JForum

 

 

 

 

1 COMMENTAIRE

  1. Joe la marionnette ventriloque est chargé de l’exécution des « paramètres » de l’ordure Obama dont les « négociateurs » ont été reconduits.
    Ils permettent à l’Iran d’obtenir l’arme nucléaire, et mettre sur les rails le fantasme planétaire de la « solution à deux Etats ».
    Joe la momie ressuscitée qui confond son sexe avec son chien et qui a déclaré il y a peu, en pleine conférence : où est maman ? a été catapulté à la Maison Blanche pour faire ce sale boulot, après le coup d’Etat réussi contre TRUMP.
    D’ailleurs, les sondages indiquent sans cesse, que Joe la marionnette ultra relookée est rejeté par la majorité des Américains dont 40% pensent que les élections ont été truquées.
    Maintenant que la catastrophique déroute américaine en Afghanistan a été réalisée, Joe le sénile va permettre à l’Iran d’obtenir l’arme nucléaire, en faisant traîner les « négociations », et de jouer la montre, jusqu’à ce que les enturbannés aient atteint le point de non retour dans leur projet apocalyptique, il est prêt à une capitulation sans conditions des USA.
    L’insistance de Joe le gâteux à vouloir imposer sa « solution à deux Etats » fait partie du plan de l’ordure Obama, nous voyons que la bombe nucléaire iranienne y est couplée.
    Une fois que Joe le sénile aura fait son boulot de serpillière et qu’il sera bien essoré, il sera renvoyé dans sa cave, là où il roupillait avant que les ordures « Démocrates » dirigées par le fumier Obama et sa clique, ne le ramènent à la vie pour accomplir leur sale besogne.
    Le crapuleux Obama est un islamiste qui a une haine farouche envers Israël et les Juifs, nous l’avons vu à de nombreuses reprises durant ses deux calamiteux mandats, et là, il réalise sont troisième mandat sous les traits de Barak Obiden.
    Seul Bibi a tenu tête au crapuleux Obama qu’il a emmerdé autant qu’il a pu dans toutes les tentatives qu’il a menées contre Israël.
    C’est sûr que ce n’est pas le traître Bennett et les putschistes Shaked et Saar qui pourront en faire autant, d’où l’urgence à faire exploser la coalition actuelle qui est plus dangereuse que l’Iran, et dont il faudra se débarrasser sans perdre une seconde.
    Nous jouons les arrêts de jeu, il est grand temps que la fin de la partie soit sifflée….

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.