Quand évoquer les Gilets jaunes en Turquie signifie “inciter à commettre un crime”

1
214

Suivi par six millions de personnes sur Twitter, Fatih Portakal s’était demandé si les Turcs seraient capables de se mobiliser à la manière des Français.

INTERNATIONAL – Un procureur turc a ouvert vendredi 28 décembre une enquête contre un célèbre journaliste de la chaîne de télévision Fox Haber, moins de deux semaines après que le président Recep Tayyip Erdogan l’a sermonné pour des commentaires sur les gilets jaunes en France, selon des journaux.

Fatih Portakal est soupçonné d'”ouvertement inciter à commettre un crime” après s’être demandé le 10 décembre sur Twitter si les Turcs pourraient protester à l’image des gilets jaunes français, ont écrit les quotidiens Hurriyet et Milliyet.

“Allez, faisons une (action de) protestation pacifique contre les hausses (de prix), les hausses du (prix du) gaz naturel. Allez, faisons-le. Serions-nous capables de le faire?”, s’était interrogé ce journaliste, qui est suivi par plus de six millions de personnes.

“Pour l’amour de Dieu, dites-moi combien de personnes sortiraient?”, avait ajouté Fatih Portakal pendant un programme d’information.

Il s’interrogeait sur les craintes de la population turque à protester à la lumière des interventions musclées de la police contre des manifestations antigouvernementales.

Recep Tayyip Erdogan a été critiqué pour la brutalité de la répression de celles de 2013 notamment.

Les autorités ont perçu un appel à manifester contre l’importante inflation du moment

Les propos du journaliste avaient alors été interprétés par les autorités turques comme étant un appel à manifester sur fond de forte inflation en Turquie, où les prix à la consommation ont augmenté de plus de 25% en octobre sur un an puis de près de 22% en novembre.

Il avait fait ses commentaires pendant qu’étaient diffusées des informations sur le mouvement français des gilets jaunes, né pour dénoncer la hausse des prix de l’essence avant de se transformer en actions de protestation contre le gouvernement.

Le président turc avait quelques jours plus tard qualifié Fatih Portakal de personne “immorale”, assurant que “la justice fournira la réponse nécessaire, je crois cela”.

Au début de la semaine, l’autorité turque de l’audiovisuel RTUK a infligé une amende d’un montant non révélé à Fox Haber, qui accorde une couverture plus large que les autres principales chaînes de télévision aux partis d’opposition.

Fox Haber (“Fox Nouvelles” en turc) n’a pas de lien avec la chaîne américaine Fox News.

Les Occidentaux et les défenseurs des droits de l’homme ont exprimé leurs préoccupations concernant le respect de la liberté d’expression sous la présidence de Recep Tayyip Erdogan, des dizaines de journalistes et de militants ayant été emprisonnés.

 Le HuffPost

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.