Premier bilan de Joe Biden: décevant et inquiétant

Freddy Eytan

Lors de la dernière campagne électorale aux Etats-Unis, le président sortant, Donald Trump, critiquait vivement son rival démocrate. Il   s’appliqua méchamment à considérer Joe Biden comme « un endormi ».

Un an après l’entrée de Joe Biden à la Maison Blanche, il semble que Trump n’avait pas tout à fait tort quand nous jugeons la politique étrangère menée cette dernière année par les Etats-Unis ; l’immobilisme américain l’emporte sur tous les continents.

L’actuel président avait fait campagne sur l’image d’un homme d’Etat chevronné, 40 ans de carrière, très expérimenté et connaissant parfaitement tous les dossiers brûlants de la planète.

Certes, il a hérité un pays désemparé par la pandémie, une nation profondément divisée suite à l’assaut incroyable du Capitole.

Sa première priorité était d’apaiser les esprits et réparer les dégâts. Une mission qui demeure presque impossible devant un retour possible de Donald Trump et face à un parti démocrate désuni dont l’aile gauche demeure extrémiste et capricieuse.

Biden, Bennett

Le président Joe Biden accueille le Premier ministre israélien Naftali Bennett, le vendredi 27 août 2021, dans le bureau ovale de la Maison Blanche. (Photo officielle de la Maison Blanche par Adam Schultz)

Biden s’y était aussi engagé à reconstruire les relations diplomatiques avec les alliés historiques des Etats-Unis en Asie et en Europe, particulièrement avec la France, et d’être intransigeant à l’égard de la Russie et la Chine.

Aujourd’hui, la déception est grande. Nous constatons que les espoirs étaient infondés sur tous les plans. Certes, Biden a remis de l’ordre dans les institutions à Washington, mais son pire échec demeure en politique étrangère.

Tout a basculé après le départ à la sauvette des troupes américaines d’Afghanistan, suivi de l’attentat à la voiture piégée à l’aéroport de Kaboul tuant 13 Américains et des centaines d’Afghans.

Kaboul

(Twitter/@sudhirchaudhary)

Depuis, une page est tournée dans les relations internationales. Le parapluie américain est percé de trous ; le parrain, le protecteur, celui qui fut longtemps le gendarme du monde semble prendre définitivement sa retraite.

Résultat : Poutine se frotte les mains et masse ses troupes à la frontière ukrainienne.

La Chine menace ouvertement d’envahir Taïwan.

Les Ayatollahs d’Iran relancent impunément leur projet nucléaire et encouragent leurs milices chiites de frapper des positions stratégiques américaines en Arabie saoudite et dans les Emirats du golfe.

Les groupes islamistes intensifient leurs actes terroristes.

Les Européens s’alarment, les nouveaux membres de l’OTAN s’affolent, tandis que Macron tente en vain de créer une force militaire autonome.

Les avertissements et les promesses du Secrétaire d’Etat américain, Antony Blinken, prononcés ces jours-ci dans les capitales européennes,  et à Genève, lors d’une  rencontre in extremis avec le chef de la diplomatie russe, semblent bien timides. Ils ne peuvent rassurer les alliés de l’Amérique devant les bruits de bottes de l’armée Rouge…

L’escalade, les risques d’une nouvelle guerre sont omniprésents, à leurs portes. Seule une fermeté et des messages clairs des Américains éviteront l’escalade, le pire.

En Israël, nous suivons de près et avec vigilance cette situation explosive.

La politique de l’administration Biden est à l’opposé de celle de Donald Trump sur deux dossiers qui nous concernent directement : l’Iran et le problème palestinien.

Sur le projet nucléaire iranien, il semble que Biden souhaite vivement signer un accord pour apaiser les Russes et les Chinois, et ainsi retarder de plusieurs années, la production de la première bombe atomique chiite.  Cependant, la politique d’apaisement, celle de contenir les événements, ne peut fonctionner avec un Etat voyou comme l’Iran, ou la Corée du Nord. Cette dernière poursuit impunément ses essais nucléaires et Téhéran suivra tranquillement.

Les intentions des Ayatollahs au Moyen-Orient sont claires et transparents à l’égard de l’Etat Juif. Profitant de la faiblesse et l’indifférence des Etats-Unis dans notre région, ils agissent par tous les moyens dans le but de rayer de la carte toute présence israélienne.

L’absence d’un leadership américain fort, sans aucune perspectives concrètes, une politique étrangère timide, stagnante, laissant d’autres acteurs prendre la relève est très risquée au Moyen-Orient.

Les engagements pris suite à la signature des Accords d’Abraham ne pourront jamais se réaliser sans un effort considérable des Etats-Unis. Les nombreuses tentatives de l’aile gauche du parti démocrate de « punir l’occupation israélienne », de soutenir le boycott, et d’offrir un Etat indépendant aux Palestiniens sont très inquiétantes.

Biden a du mal d’imposer son autorité.

A l’âge de 79 ans, même s’il possède toutes ses facultés et ses intentions sont vraiment bonnes, un président américain n’a pas le droit à l’erreur, à l’immobilisme et aux maladresses diplomatiques.

Devant une vice-présidente relativement inexpérimentée dans les affaires internationales, et un revers possible aux élections de mi-mandat, il ne restera à Biden peu de temps pour prouver ses capacités, redonner confiance à ses alliés, pour pouvoir ainsi sécuriser le Moyen-Orient et le monde entier.

Par Freddy Eytan 

1 COMMENTAIRE

  1. Biden il y a des moments ou il ne sait plus ce qu’il dit ou de quoi il parle ; et l’ invasion du Capitol c’ est une escroquerie comme pour les élections présidentielles ;ou aucun procès n’ a pu être fait et les juges n’ont pas pu faire leur travail ; les avocats de Trump menacés . Biden le président élu par effraction ; c’ est Obama 3 ; car c’ est luis qui dirige ; en réalité ; car un président ne peut effectuer que deux mandats .Trump avait relevé l’ économie des Etats-Unis ; nous verrons la suite .

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.