Netanyahu officiellement invité à prendre la parole lors d’une session conjointe du Congrès

Le Premier ministre israélien doit « partager la vision du gouvernement israélien pour défendre la démocratie, combattre le terrorisme et établir une paix juste et durable dans la région ».

MIKE WAGENHEIM

Les quatre dirigeants du Congrès américain ont signé vendredi une lettre invitant le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu à Washington pour prendre la parole lors d’une réunion conjointe du Congrès. La lettre a été remise à l’ambassade israélienne à Washington.

Le président de la Chambre des représentants Mike Johnson (démocrate de Los Angeles), le chef de la minorité Hakeem Jeffries (DN.Y.), le chef de la majorité au Sénat Chuck Schumer (DN.Y.) et le chef de la minorité Mitch McConnell (démocrate de Kentucky) ont écrit à Netanyahu que « les défis existentiels auxquels nous sommes confrontés, notamment le partenariat croissant entre l’Iran, la Russie et la Chine, menacent la sécurité, la paix et la prospérité de nos pays et des peuples libres du monde entier.

« Pour bâtir sur notre relation durable et souligner la solidarité de l’Amérique avec Israël, nous vous invitons à partager la vision du gouvernement israélien pour défendre la démocratie, combattre le terrorisme et établir une paix juste et durable dans la région », ajoute la lettre.

Il note que le Hamas continue de détenir des otages des deux pays.

« Nous nous joignons à l’État d’Israël dans votre lutte contre le terrorisme, d’autant plus que le Hamas continue de retenir en captivité les citoyens américains et israéliens et que ses dirigeants mettent en péril la stabilité régionale », ont écrit les dirigeants. « Pour cette raison… nous aimerions vous inviter à prendre la parole lors d’une réunion conjointe du Congrès. »

Même si les médias indiquent que l’objectif est de programmer le discours dans les deux prochains mois, il est entendu qu’un calendrier serré au Capitole au cours d’une année électorale pourrait repousser la visite après les vacances d’août.

Plus tôt vendredi, le président américain Joe Biden a annoncé une proposition israélienne en plusieurs phases visant à mettre fin à sa guerre avec le Hamas, comprenant la libération progressive des otages et la libération de centaines de prisonniers de sécurité palestiniens.

Alors que Biden a déclaré qu’Israël avait dégradé les capacités militaires et gouvernementales du Hamas, il n’a fait mention d’aucun élément de la proposition qui forcerait le Hamas à quitter le pouvoir à Gaza.

Des éléments du parti démocrate de Biden, y compris le président lui-même, ont parfois été sévèrement critiques à l’égard de la réponse d’Israël au massacre du Hamas du 7 octobre, provoquant une scission partisane suite à la sympathie quasi universelle du Capitole à la suite de l’attaque terroriste brutale.

JForum.fr avec jns
Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu salue la foule lors de son discours lors d’une session conjointe du Congrès, le 3 mars 2015. Crédit : Amos Ben Gershom/GPO.

La rédaction de JForum, retirera d'office tout commentaire antisémite, raciste, diffamatoire ou injurieux, ou qui contrevient à la morale juive.

S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires