Le discours de Netanyahou au Congrès américain fut un moment grandiose.

En mettant en garde le monde occidental contre la menace qui pèse sur lui, en l’exhortant à ne pas pratiquer de politique d’apaisement envers l’Iran, il constitue un événement d’importance mondiale. Aucun homme politique occidental, a fortiori israélien, n’est capable d’une telle audace. En  privilégiant la sauvegarde du lien à Obama, le tandem Livni-Herzog ne propose qu’une politique de démission nationale sur tous les enjeux vitaux d’Israël. Le “camp sioniste” qu’ils représentent est dans l’orbite de la démission munichoise qui les fait ressembler à l’Union Européenne.

Ce discours prend aussi une résonnance américaine ou un président qui n’a plus de majorité gouverne par ukazes et coups de force. En se dressant contre sa politique démissionaire, il invite aussi les élus américains à résister au dévoiement de la démocratie américaine. La présidence Obama a ruiné les intérêts et les défenses du monde libre. Elle a ouvert la voie à une multitude de conflits locaux et notamment à la décomposition du monde arabe. Elle a acculé Israël à un affaiblissement dans sa puissance qu’il n’a jamais connu, l’obligeant à réïtérer la même guerre tous les deux ans. Elle a réveillé un climat de guerre froide avec la Russie.

Mais ce qui est le plus important, c’est que Natanyahou a eu l’audace de nommer l’ennemi, ce dont les leaders juifs du monde entier n’ont plus la force. Il a eu l’audace  d’affirmer que le “peuple juif” – c’est le terme employé – saura se tenir debout pour faire face à l’ennemi et n’hésitera pas à défendre son existence.

 En évoquant la leçon de la Shoah, il a clairement défini l’enjeu vital et total qui se joue pour le peuple juif aujourd’hui et qui nécessite une levée en masse des Juifs pour défendre le sanctuaire de leur existence comme peuple.

 Enfin, la touche juive de son propos est capitale. On est loin des discours insipides et bureaucratiques à la Livni! Natanyahou a évoqué la figure d’Aman, un autre perse, et il a terminé sur la figure de Moïse. C’est là la tonalité d’un vrai leader du peuple juif, capable d’intégrer l’histoire éternelle d’Israël aux enjeux les plus contemporains. Nous devons y trouver la force d’un sursaut!

Shmuel Trigano

monimage1417950060

 

 

Nétanyahou: l’Iran menace “le monde entier”

Le premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou a déclaré que le régime iranien représentait “une menace pour le monde entier”, aujourd’hui lors d’un discours devant le Congrès américain à Washington.”Le régime iranien représente une grande menace pour Israël, mais aussi pour la paix du monde entier”, a lancé M. Nétanyahou, très applaudi par les élus américains présents.

Israël est très opposé aux discussions actuelles sur le programme nucléaire controversé de Téhéran et pour M. Nétanyahou, même un accord entre les puissances occidentales et Téhéran n’empêcherait pas l’Iran de se doter de l’arme atomique.

“Pour comprendre combien l’Iran serait dangereux avec l’arme nucléaire, nous devons pleinement comprendre la nature de ce régime”, a souligné le premier ministre israélien. “Les documents qui sont le fondement de l’Iran promettent la poursuite du djihad, et de nombreux Etats sont en train de s’effondrer à travers le Moyen-Orient”. “Pendant que beaucoup espèrent que l’Iran va rejoindre la communauté des nations, l’Iran est en train d’avaler plusieurs nations. Nous devons être unis pour stopper la marche terrible de l’Iran”, a ajouté M. Nétanyahou, faisant notamment référence au Yémen, où des milices chiites houthis soutenues par Téhéran ont pris le pouvoir.

“Un accord avec l’Iran ne l’empêchera pas de produire des bombes atomiques. En fait il pourra se doter de l’arme nucléaire, et en produire beaucoup”, a encore affirmé M. Nétanyahou, qui espère voir le Congrès américain voter de nouvelles sanctions à l’encontre de Téhéran. “Parce que l’accord permettrait au programme nucléaire iranien de rester largement intact, l’Iran pourrait se doter d’une arme nucléaire très rapidement. En une année seulement, selon les estimations américaines”, s’est-il alarmé.

AFP

 

Netanyahu. Devant le Congrès, le Premier ministre israélien fustige Obama

 

Devant le Congrès américain, Benjamin Netanyahu a affirmé qu'un accord sur le nucléaire iranien n'empêcherait pas Téhéran d'avoir la bombe atomique.

Devant le Congrès américain, Benjamin Netanyahu a affirmé qu’un accord sur le nucléaire iranien n’empêcherait pas Téhéran d’avoir la bombe atomique. | AFP

Ovationné par les Républicains, boycotté par les Démocrates, Benjamin Netanyahu a affirmé qu’un accord sur le nucléaire iranien n’empêcherait pas Téhéran d’avoir la bombe atomique.

Ce à quoi le président américain Barack Obama a  rétorqué que le Premier ministre israélien n’offrait aucune alternative à ce règlement diplomatique. 

M. Netanyahu a donné un discours historique au Capitole, en forme de défi au président américain, au moment même où Washington et Téhéran négocient en Suisse pour trouver d’ici fin mars un règlement définitif censé encadrer le programme nucléaire iranien.

« Cet accord offre deux concessions majeures »

« Un accord avec l’Iran ne l’empêchera pas de produire des bombes atomiques. Il est même presque certain que l’Iran produirait ces armes nucléaires, beaucoup d’entre-elles », a affirmé M. Netanyahu.

« Vous voyez mes amis, cet accord offre deux concessions majeures », a-t-il attaqué en référence au texte définitif que les grandes puissances du groupe 5+1 (États-Unis, Russie, Chine, France, Royaume-Uni et Allemagne) s’efforcent de forger avec Téhéran avant le 31 mars.

Dans cette solution diplomatique, que souhaite ardemment le président Obama, « la première (concession) est de laisser l’Iran avec un vaste programme nucléaire. La seconde est de lever les restrictions sur ce programme dans environ dix ans », a condamné Benjamin Netanyahu.

Des relations exécrables avec Netanyahu

« C’est pour cela que cet accord est si mauvais : il n’entrave pas le chemin qui mène l’Iran à la bombe. Il ouvre cette voie qui conduit l’Iran à la bombe », a argumenté le dirigeant israélien qui s’était déclaré « en mission historique » à Washington contre le scénario d’une République islamique puissance atomique militaire.


Obama: Netanyahu ne propose pas “d’alternatives… par afp

 

Le président Obama, qui a des relations exécrables avec M. Netanyahu et avait exclu de le rencontrer, a jugé que son discours n’apportait « rien de nouveau » et n’offrait aucune« alternative viable ».

« Nous n’avons pas encore d’accord », a affirmé M. Obama depuis le Bureau ovale. « Mais si nous réussissons, ce sera le meilleur accord possible avec l’Iran pour empêcher l’Iran de se doter d’une arme nucléaire ».

Le Premier ministre a aussi fustigé le régime iranien chiite

Lundi, le président Obama, qui n’a pas regardé le discours de M. Netanyahu, avait accusé le dirigeant israélien d’avoir eu tort par le passé sur le bien-fondé d’un règlement entre les grandes puissances et l’Iran.

Mais au contraire, a martelé l’Israélien, un accord « permettrait au programme nucléaire iranien de rester largement intact et (…) à l’Iran de se doter d’une arme nucléaire très rapidement, en seulement une année selon les estimations américaines ». Sans compter que cela entraînerait « une course aux armements nucléaires au Moyen-Orient ».

En campagne pour des législatives le 17 mars, le Premier ministre a aussi fustigé le régime iranien chiite, « une grande menace pour Israël mais aussi pour la paix du monde entier ».

Un discours solennel de 40 minutes

Au fil de son discours solennel de 40 minutes, le troisième après ceux de 1996 et 2011, M. Netanyahu a été ovationné par des élus républicains du Congrès.

Mais une cinquantaine de démocrates l’ont boycotté. Leur chef de file à la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, s’est dite « attristée par l’insulte faite à l’intelligence des États-Unis ».

Le Premier ministre espère que le Congrès, contrôlé par les républicains, votera de nouvelles sanctions à l’encontre de Téhéran. Ce à quoi la Maison Blanche est farouchement opposée, de peur que les négociations internationales qui se déroulent depuis un an et demi ne volent en éclats.

Un très sérieux coup de froid 

Le voyage de M. Netanyahu aux États-Unis a jeté un très sérieux coup de froid entre les alliés américain et israélien, aux relations déjà tendues depuis des mois.

Il s’est fait à l’invitation du président républicain de la Chambre des représentants John Boehner, dans le dos de l’administration démocrate et a provoqué la colère de la Maison Blanche.

En signe d’apaisement devant le Congrès, M. Netanyahu a toutefois remercié le président Obama pour son soutien à Israël et a une nouvelle fois vanté l’alliance indéfectible entre les deux pays.

Des propos « inacceptables »

Simultanément à Montreux, en Suisse, les chefs des diplomaties américaine et iranienne, John Kerry et Mohammad Javad Zarif ont enchaîné les sessions de négociations. Ils doivent continuer jusqu’à mercredi.

Malgré le mutisme sur la teneur des tractations, le ministre iranien a toutefois dénoncé des propos« inacceptables » du président Obama, tenus lundi auprès de l’agence Reuters, où il avait lié un accord nucléaire avec l’Iran au gel de son programme pendant plus de dix ans.

De son côté, en allusion à M. Netanyahu, la chef de la diplomatie européenne Federica Mogherini a mis en garde contre ceux qui répandent « l’inquiétude » sur l’accord en préparation, jugeant que l’on « approchait » d’un résultat. Les négociations entre le 5+1 et l’Iran se font sous l’égide de l’UE.

L’Iran dément chercher à acquérir la bombe atomique

Elles doivent déboucher sur un règlement politique d’ici au 31 mars, puis à un texte technique complet d’ici au 30 juin/1er juillet, garantissant la nature pacifique et uniquement civile du programme nucléaire iranien en échange d’une levée des sanctions internationales.

L’Iran a toujours démenti qu’il cherchait à acquérir la bombe atomique.

Et les États-Unis continueront de « s’opposer avec détermination » à toute tentative de Téhéran d’étendre son influence au Moyen-Orient, selon un diplomate américain à Montreux.

Ouest France

 

 

 

 

 

 

 

 

 

4 Commentaires

  1. Bravo a B. NETANYAHU. En Grand Juif qui se respecte, Notre Bibi a envoye une bombe de verite contre des empires de mensonges. Et comme o combien nous le savons et nous le voyons encore, en France ou nous vivons, le verite ne tue pas, par contre le mensonge…….Obama a fait plier l’Amerique devant le 11 Septembre, Bibi releve nos amis et allies americains. Qu’est ce qu’on aimerai avoir un Bibi en Europe.

  2. En réalité Obama veut empêcher B. Netanyahu de raser les sites nucléaires iraniens.

    Alors pour ce faire, Obama se précipite et fait n’importe quoi, cet accord avec les mollahs pour cinq ou dix ans, ça n’a pas de sens, l’Iran continuera à enrichir son uranium et fera sa bombe le monde entier le sait.
    Obama veut montrer qu’il s’occupe de ce problème en réalité il s’en débarrasse c’est pourquoi B. Netanyahu ne veut pas de ce mauvais accord B. Netanyahu n’a pas osé dévoiler ce qu’il sait sur ce mauvais accord car J.Kerry lui a interdit d’en réveler le contenu.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.