La décision avait été prise par un député démocrate, contre l’avis de son propre parti, après la guerre à Gaza

Suite à un remaniement ministériel en mai dernier, la Grande-Bretagne a levé son embargo controversé sur la vente d’armes à Israël, rapportaient dimanche les médias israéliens.

Cet embargo avait été imposé à l’Etat hébreu par le Département britannique des Affaires, de l’Innovation et du Savoir-faire (BIS), dirigé à l’époque par le député démocrate-libéral Vincent Cable, dans une décision prise contre l’avis de son propre parti.

Ces mesures avaient été introduites par Cable qui avait alors déclaré craindre que « l’achat d’armes par Jérusalem puisse être utilisé contre des citoyens palestiniens », selon le Jerusalem Post.

En dépit de nombreuses protestations de diverses coalitions de ministres et de députés conservateurs, Cable avait avalisé un certain nombre d’accusations parmi lesquelles Israël ne « respectait pas les critères de vente d’armes », précise encore lePost.

En outre, Cable a suspendu les douze licences d’exportations accordées à Israël en cas de reprise des hostilités avec le Hamas.

Si le parti démocrate-libéral estime qu’Israël a le droit de se défendre, Cable a de son côté continué de fustiger la « disproportion » de la réponse d’Israël aux tirs de roquettes du Hamas durant son opération militaire de 50 jours dans la bande de Gaza.

Au moment du conflit, le ministre a même réclamé une interdiction immédiate de toute vente d’arme à Israël.

Sajid Javid, ministre conservateur élu à la tête du BIS depuis mai 2015, a annoncé en fin de semaine dernière que la Grande Bretagne souhaitait reprendre la vente d’armes, de radars militaires et de véhicules blindés à Israël « dans la mesure où les licences sont désormais aux normes des critères d’exportation ».

Plusieurs militants des droits de l’Homme ont condamné cette décision.

« Cette décision véhicule un message selon lequel Israël peut continuer d’utiliser la Grande Bretagne contre le peuple de Gaza sans que notre gouvernement ne fasse quelque chose pour l’en empêcher », a déclaré Andrew Smith, à l’origine d’une campagne de boycott contre Israël

I24

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.