États-Unis: l’Iran a rejeté l’accord sur le nucléaire « prêt à l’emploi »

Le porte-parole du département d’État, Ned Price, n’a pas précisé les contours de la proposition.

(4 janvier 2023 / JNS) Le porte-parole du département d’État américain, Ned Price, a révélé mardi que l’Iran avait rejeté un accord nucléaire révisé qui était « essentiellement terminé ».

« Ce que nous avons fait valoir, c’est que les Iraniens ont tué l’opportunité d’un retour rapide au respect mutuel du [Plan d’action global conjoint de 2015]. Ils l’ont fait plus récemment en septembre, lorsqu’ils ont tourné le dos à un accord qui, de l’avis de tous, était essentiellement finalisé, prêt à être conclu », a déclaré Price.

« Depuis lors, le JCPOA n’a tout simplement pas été à l’ordre du jour. Ce n’était plus à l’ordre du jour depuis des mois. Cela n’a pas été notre objectif », a-t-il ajouté.

Price n’a pas précisé les contours de la proposition.

La déclaration est venue en réponse à la question d’un journaliste citant une affirmation plus tôt dans la journée du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu selon laquelle les efforts pour relancer les pourparlers nucléaires moribonds étaient toujours en cours.

Netanyahu a promis lors de la réunion hebdomadaire du Cabinet de contrecarrer les ambitions nucléaires de l’Iran, affirmant que son nouveau gouvernement était uni pour atteindre cet objectif.

« Nous travaillerons ouvertement, en position de force, sur la scène internationale contre un retour à l’accord nucléaire [2015], non seulement dans des pourparlers avec les dirigeants à huis clos, mais fortement et ouvertement dans la sphère de l’opinion mondiale, qui est maintenant conscient des véritables dangers posés par l’Iran – le régime iranien qui tue des citoyens innocents en Iran et au-delà », a déclaré Netanyahu.

« Malheureusement, contrairement à l’opinion dominante selon laquelle cette option nucléaire dangereuse a disparu de l’agenda suite aux récents événements en Iran, je pense que cette possibilité n’a pas encore définitivement disparu de l’agenda. Dès lors, nous ferons tout pour empêcher le retour à ce mauvais accord qui conduit à un Iran nucléaire sous égide internationale », a-t-il ajouté.

Pour sa part, Price a insisté sur le fait que Washington restait « en discussion intensive et constante » avec Israël sur l’Iran, et qu’il n’y avait « pas de plus grand partisan de la sécurité d’Israël que le président [Joe] Biden. Notre engagement envers la sécurité d’Israël est inébranlable », a-t-il déclaré.

« Ce qui est très vivant, c’est l’engagement absolu du président Biden à ne jamais permettre à l’Iran d’acquérir une arme nucléaire. Les affirmations selon lesquelles nous sommes actuellement engagés dans des pourparlers pour relancer le JCPOA, c’est tout simplement faux », a déclaré Price.

En décembre, une vidéo a fait surface de Biden disant que l’accord nucléaire avec l’Iran était « mort » mais que Washington n’en annoncerait pas autant.

La séquence, qui a apparemment été prise lors de la visite de Biden en Californie le mois précédent, montre une femme lui demandant de déclarer que l’accord de 2015, officiellement connu sous le nom de Plan d’action global conjoint (JCPOA), n’est plus en vigueur.

« Président Biden, pourriez-vous s’il vous plaît annoncer que le JCPOA est mort? » demande la femme irano-américaine, alors que le président américain s’approche d’elle.

« Non », répond Biden.

« Pourquoi pas? » elle réplique.

« Beaucoup de raisons. C’est mort, mais nous n’allons pas l’annoncer. Longue histoire, mais on va s’assurer… » répond Biden.

Mardi, Price a néanmoins réitéré que l’administration Biden avait « toujours été claire sur le fait que nous n’allions pas supprimer les options de la table, et nous allons discuter de toutes les options avec nos partenaires, y compris, bien sûr, Israël ».

Dans une interview accordée le 26 décembre au média iranien Asr-e Iran , Javad Karimi-Ghodousi, membre du Comité iranien de la sécurité nationale et de la politique étrangère du Majlis, a révélé ce qu’il prétendait être des accords en coulisses conclus lors du sommet de Bagdad II plus tôt dans le mois à Amman, en Jordanie.

Parmi les participants au sommet figuraient le président français Emmanuel Macron et le haut diplomate européen Josep Borrell, qui ont tous deux rencontré le ministre iranien des Affaires étrangères Hossein Amir-Abdollahian et son adjoint Ali Bagheri, qui dirige l’équipe de négociation iranienne dans les pourparlers nucléaires.

Amir-Abdollahian a déclaré lors d’une conférence de presse à l’issue du sommet qu’« une opportunité a été créée pour discuter de questions supplémentaires liées aux pourparlers nucléaires, lors d’une réunion de deux heures » avec son adjoint Ali Bagheri et le secrétaire général adjoint de l’UE pour les affaires politiques Enrique Mora, qui est également coordinateur des pourparlers nucléaires à Vienne, et Borrell. Amir-Abdollahian a ajouté : « Nous les avons informés que s’ils respectent nos lignes rouges, nous sommes disposés à prendre les dernières mesures pour parvenir à un accord ».

Selon Karimi-Ghodousi, l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) et les États-Unis ont convenu de principe de clore le dossier des dimensions militaires potentielles de l’Iran et de garantir les investissements étrangers qui seront réalisés en Iran après la signature de l’accord nucléaire, de sorte que si l’accord échoue à nouveau, ces investissements ne seront pas lésés. Ce sont là, a-t-il dit, les deux principales questions qui restent en suspens dans les négociations sur le nucléaire.

Concernant les États-Unis et l’Europe, Karimi-Ghodousi a déclaré : « Ils acceptent également nos conditions [dans les négociations] ». Il a ajouté que les Américains nous avaient « dit de ne pas l’annoncer officiellement », et a également estimé que « d’après ce qui s’est dit en Jordanie, les Européens et les Américains reviendront au JCPOA. Dans les prochains jours, un dialogue entre l’Iran et [les puissances mondiales] commencera, et s’il se termine, les Américains participeront à la re-signature [de l’accord].

DE CHARLES BYBELEZER  JNS
Les négociateurs se réunissent à Vienne pour discuter de l’accord sur le nucléaire iranien, mai 2021. Source : Enrique Mora/Service européen pour l’action extérieure/Twitter.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.