L’intersectionnalité de l’antisémitisme – opinion

Le mouvement Black Lives Matter, qui a débuté en 2013, a pris de l’ampleur pendant cette période. Les Palestiniens de Judée, de Samarie et de Gaza ont pris le train en marche.

Le dernier livre de Fiamma Nirenstein, Jewish Lives Matter , dresse un portrait justement sombre de la manière dont la haine des juifs a connu une heureuse résurgence en Occident sous le couvert des droits de l’homme.

Le terme, qui représente une valeur véritablement élevée, est tellement abusé par les personnes qui gagnent leur vie en le promouvant par le biais de divers mouvements progressistes et d’ONG fortement financées.

Comme l’illustre habilement Nirenstein, cette inversion du bien et du mal a reçu une sérieuse impulsion de la part des champions de la cause palestinienne, dont les fausses allégations contre l’entreprise sioniste ont fourni le manteau parfait pour tout antisémitisme qui était en sommeil, ou du moins gardé secret, suite à l’Holocauste . En effet, alors qu’il n’était plus acceptable d’admettre une volonté d’anéantir les Juifs, Israël est devenu une cible acceptable pour ce que Natan Sharansky a surnommé les trois D : diabolisation, double standard et délégitimation .

« Les mouvements pro-palestiniens d’aujourd’hui ont trouvé, surtout en Amérique, mais aussi en France à travers le lien islamique, un lien conceptuel avec les thèmes de l’injustice raciale, du racisme colonial et de la persécution des Noirs et des femmes à travers l’histoire », écrit-elle. « Bien que les Juifs ne puissent être identifiés que par un observateur très manipulateur comme l’oppresseur blanc ou le masculiniste, c’est précisément ce qui s’est passé. La soi-disant intersectionnalité visant à promouvoir les droits de l’homme pour tous est devenue le catalyseur de la vague actuelle d’antisémitisme.

LE TITRE du livre découle de ce phénomène même. Nirenstein, auteur prolifique, journaliste et ancien membre du Parlement italien, décrit comment le meurtre le 25 mai 2020 de l’Afro-américain George Floyd aux mains d’un policier sadique de Minneapolis a donné lieu non seulement à des émeutes au nom des Noirs dans le États-Unis mais a déclenché une explosion de vitriol anti-israélien.

Et cela, souligne-t-elle, c’était une année complète avant l’opération Guardian of the Walls, la guerre de 11 jours d’Israël contre le Hamas à Gaza , qui ouvrirait les vannes à la dénigrement d’Israël et ouvrirait l’antisémitisme dans les rues de Los Angeles, New York, Paris et Londres.

Immédiatement après l’incident tragique, note-t-elle, «les signes et les slogans dans tous les États américains ont établi certaines analogies. Une caricature circulant sur les réseaux sociaux montrait un policier américain avec son genou sur le cou de Floyd aux côtés d’un soldat israélien avec son genou sur le cou d’un Palestinien. Une peinture murale de George Floyd portant un keffieh devant le drapeau palestinien a également circulé en ligne. Une pétition diffusée par les dirigeants du mouvement Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS) de l’Université de Californie affirmait qu’Israël avait enseigné aux forces de police américaines les méthodes qui ont entraîné la mort de George Floyd.

Le mouvement Black Lives Matter, qui a débuté en 2013, a pris de l’ampleur pendant cette période. Les Palestiniens de Judée, de Samarie et de Gaza ont pris le train en marche, grâce aux encouragements de groupes américains comme Students for Justice in Palestine. Parce que l’objectif global des organisations radicales se regroupant dans une unité intersectionnelle était de saper tout le tissu américain et d’annuler toutes les traditions qui l’ont rendu grand, l’antisémitisme était un accompagnement naturel.

Comme le rappelle Nirenstein, « chaque vague d’antisémitisme correspond à une crise verticale de la société ou de la culture qui la produit ». La culture d’annulation américaine est une telle crise.

Dans son roman prophétique, 1984, publié en Grande-Bretagne en 1949, George Orwell dépeint un univers dystopique dans lequel un Parti tout-puissant règne par l’utilisation de la police de la pensée et l’effacement du passé.

« D’une certaine manière, la vision du monde du Parti s’est imposée avec le plus de succès aux personnes incapables de la comprendre », déclare son protagoniste, Winston Smith. « Ils pouvaient être amenés à accepter les violations les plus flagrantes de la réalité, car ils n’avaient jamais pleinement saisi l’énormité de ce qu’on leur demandait et n’étaient pas suffisamment intéressés par les événements publics pour remarquer ce qui se passait. »

Le récit de Smith est terriblement prémonitoire, étant donné l’état des démocraties occidentales qui se recroquevillent devant la tyrannie de victimes intersectionnelles auto-définies pour détruire les fondements des sociétés mêmes qui leur accordent la liberté de le faire.

« Chaque dossier a été détruit ou falsifié, chaque livre a été réécrit, chaque image a été repeinte, chaque statue, rue et bâtiment a été renommé, chaque date a été modifiée », a déclaré Smith à son amant. « Et ce processus se poursuit jour après jour et minute après minute. L’histoire s’est arrêtée. Rien n’existe qu’un présent sans fin dans lequel le Parti a toujours raison.

Nirenstein, une experte du terrorisme mondial et de l’antisémitisme, déplore cet état de choses, qui à la fois se prête et se nourrit de mensonges sur l’Amérique et, bien sûr, sur Israël.

 Les États-Unis et Israël ont été mis ensemble dans un assaut d’accusations pendant longtemps ; le lien anti-américanisme/antisémitisme est l’un des phénomènes politiques les plus importants de notre époque », déclare-t-elle. « Si les Juifs n’ont jamais été pardonnés d’avoir porté leur blason tragique : le souvenir de la Shoah, qui connote le caractère criminel du passé récent de l’Europe et résonne dans le présent, les Américains ne seront jamais pardonnés d’avoir sauvé l’Europe d’elle-même.

Cette haine commune, comme elle l’appelle, « a désormais également envahi les rues et les universités américaines, et c’est un phénomène très notable avec des connotations de criminalisation antisémite et d’agressions de rue contre quiconque porte une kippa ou une étoile de David ou ose parler hébreu ». .”

Le stratagème INTERSECTIONNEL consistant à lier les Palestiniens à un agenda progressiste contre toute oppression n’est pas seulement scandaleux, puisque l’Autorité Palestinienne, qui contrôle totalement ses médias, discrimine ouvertement les femmes, les gays et les noirs ; mais plus important encore, c’est ce que Nirenstein appelle « la manière postmoderne de justifier la haine la plus ancienne… la nouvelle version de l’antisémitisme qui place le Juif dans la même catégorie que le suprématiste blanc. Et c’est aussi le symptôme d’une maladie cognitive qui renverse le concept de responsabilité et de culpabilité au point de considérer comme racistes même ceux qui sont ouvertement et politiquement antiracistes simplement parce qu’ils sont blancs ou, dans le cas des juifs, israéliens.

Oui, écrit-elle, « La blancheur et l’israélité sont désormais associées à l’apartheid présumé dans un pays qui est une mosaïque évidente d’ethnies, de couleurs de peau, de langues et d’histoires, et qui reconnaît les droits de toutes ses minorités, tout en ayant un défaut, à savoir celui de ne pas vouloir être dévoré par ses ennemis.

La distorsion, ajoute-t-elle, « découle d’une vision du monde comme une plaque tournante du mal infligé aux faibles et aux opprimés, qui ont donc le droit de se rebeller par tous les moyens. Les Juifs ont été étrangement rayés de la liste des persécutés et ajoutés à celle des persécuteurs.

Malheureusement, de nombreux libéraux, parmi lesquels des juifs, correspondent à la caractérisation d’Orwell de ceux qui peuvent être amenés à accepter les violations les plus flagrantes de la réalité, dans la poursuite du politiquement correct ou pour éviter à tout prix les accusations de racisme.

C’est à cette population croissante que Nirenstein s’adresse dans son livre, qui, selon elle, ressemble plus à une lettre ouverte à nombre de ses amis qui deviennent la proie – lentement et sans s’en rendre compte, car ce sont des gens honnêtes – d’un esprit antisémite extraterrestre. […] qui s’est frayé un chemin dans leur état d’esprit précisément au nom des bonnes choses auxquelles ils croient, c’est-à-dire les droits de l’homme.

Elle exprime son choc qu’ils aient pu être saisis par une telle répulsion instinctive pour la manifestation la plus importante du peuple juif, Israël, et vise non seulement à répondre aux accusations, mais aussi à accuser.

Elle dédie donc Jewish Lives Matter, publié en italien par Giuntina et en anglais par le Centre des affaires publiques de Jérusalem, à ceux qui se battent vraiment pour les droits de l’homme, sans être induits en erreur.

En effet, ce sont eux qui méritent et peuvent bénéficier de son renfort passionné et factuel, qui fait cruellement défaut dans la guerre contre la diffamation.

Source : the Jerusalem Post

« Les États-Unis et Israël ont été mis ensemble dans un assaut d’accusations pendant longtemps ; le lien anti-américanisme/antisémitisme est l’un des phénomènes politiques les plus importants de notre époque », déclare-t-elle. « Si les Juifs n’ont jamais été pardonnés d’avoir porté leur blason tragique : le souvenir de la Shoah, qui connote le caractère criminel du passé récent de l’Europe et résonne dans le présent, les Américains ne seront jamais pardonnés d’avoir sauvé l’Europe d’elle-même.

Cette haine commune, comme elle l’appelle, « a désormais également envahi les rues et les universités américaines, et c’est un phénomène très notable avec des connotations de criminalisation antisémite et d’agressions de rue contre quiconque porte une kippa ou une étoile de David ou ose parler hébreu ». .”

LE stratagème INTERSECTIONNEL consistant à lier les Palestiniens à un agenda progressiste contre toute oppression n’est pas seulement scandaleux, puisque l’Autorité Palestinienne, qui contrôle totalement ses médias, discrimine ouvertement les femmes, les gays et les noirs ; mais plus important encore, c’est ce que Nirenstein appelle « la manière postmoderne de justifier la haine la plus ancienne… la nouvelle version de l’antisémitisme qui place le Juif dans la même catégorie que le suprématiste blanc. Et c’est aussi le symptôme d’une maladie cognitive qui renverse le concept de responsabilité et de culpabilité au point de considérer comme racistes même ceux qui sont ouvertement et politiquement antiracistes simplement parce qu’ils sont blancs ou, dans le cas des juifs, israéliens.

Oui, écrit-elle, « La blancheur et l’israélité sont désormais associées à l’apartheid présumé dans un pays qui est une mosaïque évidente d’ethnies, de couleurs de peau, de langues et d’histoires, et qui reconnaît les droits de toutes ses minorités, tout en ayant un défaut, à savoir celui de ne pas vouloir être dévoré par ses ennemis.

La distorsion, ajoute-t-elle, « découle d’une vision du monde comme une plaque tournante du mal infligé aux faibles et aux opprimés, qui ont donc le droit de se rebeller par tous les moyens. Les Juifs ont été étrangement rayés de la liste des persécutés et ajoutés à celle des persécuteurs.

Malheureusement, de nombreux libéraux, parmi lesquels des juifs, correspondent à la caractérisation d’Orwell de ceux qui peuvent être amenés à accepter les violations les plus flagrantes de la réalité, dans la poursuite du politiquement correct ou pour éviter à tout prix les accusations de racisme.

C’est à cette population croissante que Nirenstein s’adresse dans son livre, qui, selon elle, ressemble plus à une lettre ouverte à nombre de ses amis qui deviennent la proie – lentement et sans s’en rendre compte, car ce sont des gens honnêtes – d’un esprit antisémite extraterrestre. […] qui s’est frayé un chemin dans leur état d’esprit précisément au nom des bonnes choses auxquelles ils croient, c’est-à-dire les droits de l’homme.

ELLE EXPRIME son choc qu’ils aient pu être saisis par une telle répulsion instinctive pour la manifestation la plus importante du peuple juif, Israël, et vise non seulement à répondre aux accusations, mais aussi à accuser.

Elle dédie donc Jewish Lives Matter, publié en italien par Giuntina et en anglais par le Centre des affaires publiques de Jérusalem, à ceux qui se battent vraiment pour les droits de l’homme, sans être induits en erreur.

En effet, ce sont eux qui méritent et peuvent bénéficier de son renfort passionné et factuel, qui fait cruellement défaut dans la guerre contre la diffamation.

« Les États-Unis et Israël ont été mis ensemble dans un assaut d’accusations pendant longtemps ; le lien anti-américanisme/antisémitisme est l’un des phénomènes politiques les plus importants de notre époque », déclare-t-elle. « Si les Juifs n’ont jamais été pardonnés d’avoir porté leur blason tragique : le souvenir de la Shoah, qui connote le caractère criminel du passé récent de l’Europe et résonne dans le présent, les Américains ne seront jamais pardonnés d’avoir sauvé l’Europe d’elle-même.

Cette haine commune, comme elle l’appelle, « a désormais également envahi les rues et les universités américaines, et c’est un phénomène très notable avec des connotations de criminalisation antisémite et d’agressions de rue contre quiconque porte une kippa ou une étoile de David ou ose parler hébreu ». .”

LE stratagème INTERSECTIONNEL consistant à lier les Palestiniens à un agenda progressiste contre toute oppression n’est pas seulement scandaleux, puisque l’Autorité Palestinienne, qui contrôle totalement ses médias, discrimine ouvertement les femmes, les gays et les noirs ; mais plus important encore, c’est ce que Nirenstein appelle « la manière postmoderne de justifier la haine la plus ancienne… la nouvelle version de l’antisémitisme qui place le Juif dans la même catégorie que le suprématiste blanc. Et c’est aussi le symptôme d’une maladie cognitive qui renverse le concept de responsabilité et de culpabilité au point de considérer comme racistes même ceux qui sont ouvertement et politiquement antiracistes simplement parce qu’ils sont blancs ou, dans le cas des juifs, israéliens.

Oui, écrit-elle, « La blancheur et l’israélité sont désormais associées à l’apartheid présumé dans un pays qui est une mosaïque évidente d’ethnies, de couleurs de peau, de langues et d’histoires, et qui reconnaît les droits de toutes ses minorités, tout en ayant un défaut, à savoir celui de ne pas vouloir être dévoré par ses ennemis.

La distorsion, ajoute-t-elle, « découle d’une vision du monde comme une plaque tournante du mal infligé aux faibles et aux opprimés, qui ont donc le droit de se rebeller par tous les moyens. Les Juifs ont été étrangement rayés de la liste des persécutés et ajoutés à celle des persécuteurs.

Malheureusement, de nombreux libéraux, parmi lesquels des juifs, correspondent à la caractérisation d’Orwell de ceux qui peuvent être amenés à accepter les violations les plus flagrantes de la réalité, dans la poursuite du politiquement correct ou pour éviter à tout prix les accusations de racisme.

C’est à cette population croissante que Nirenstein s’adresse dans son livre, qui, selon elle, ressemble plus à une lettre ouverte à nombre de ses amis qui deviennent la proie – lentement et sans s’en rendre compte, car ce sont des gens honnêtes – d’un esprit antisémite extraterrestre. […] qui s’est frayé un chemin dans leur état d’esprit précisément au nom des bonnes choses auxquelles ils croient, c’est-à-dire les droits de l’homme.

ELLE EXPRIME son choc qu’ils aient pu être saisis par une telle répulsion instinctive pour la manifestation la plus importante du peuple juif, Israël, et vise non seulement à répondre aux accusations, mais aussi à accuser.

Elle dédie donc Jewish Lives Matter, publié en italien par Giuntina et en anglais par le Centre des affaires publiques de Jérusalem, à ceux qui se battent vraiment pour les droits de l’homme, sans être induits en erreur.

En effet, ce sont eux qui méritent et peuvent bénéficier de son renfort passionné et factuel, qui fait cruellement défaut dans la guerre contre la diffamation. Les États-Unis et Israël ont été mis ensemble dans un assaut d’accusations pendant longtemps ; le lien anti-américanisme/antisémitisme est l’un des phénomènes politiques les plus importants de notre époque », déclare-t-elle. « Si les Juifs n’ont jamais été pardonnés d’avoir porté leur blason tragique : le souvenir de la Shoah, qui connote le caractère criminel du passé récent de l’Europe et résonne dans le présent, les Américains ne seront jamais pardonnés d’avoir sauvé l’Europe d’elle-même. Les États-Unis et Israël ont été mis ensemble dans un assaut d’accusations pendant longtemps ; le lien anti-américanisme/antisémitisme est l’un des phénomènes politiques les plus importants de notre époque », déclare-t-elle. « Si les Juifs n’ont jamais été pardonnés d’avoir porté leur blason tragique : le souvenir de la Shoah, qui connote le caractère criminel du passé récent de l’Europe et résonne dans le présent, les Américains ne seront jamais pardonnés d’avoir sauvé l’Europe d’elle-même. Les États-Unis et Israël ont été mis ensemble dans un assaut d’accusations pendant longtemps ; le lien anti-américanisme/antisémitisme est l’un des phénomènes politiques les plus importants de notre époque », déclare-t-elle. « Si les Juifs n’ont jamais été pardonnés d’avoir porté leur blason tragique : le souvenir de la Shoah, qui connote le caractère criminel du passé récent de l’Europe et résonne dans le présent, les Américains ne seront jamais pardonnés d’avoir sauvé l’Europe d’elle-même.

 

3 Commentaires

  1. Même si tous les juifs iront s’installer sur Mars, il y aura toujours des antisémites pour les critiquer.
    Et je ne parle pas des cisjordaniens (que certains appellent « palestiniens ») qui se plaindront de la colonisation de Mars par les Juifs en se disant que Mars est certainement un territoire « palestinien ».

    Qui a dit : « Quand on est CON, on est CON » ? :o))

  2. Je souhaiterais partager avec vous un grand moment particulièrement émouvant vécu ces derniers jours lors d’une discussion avec mon boulanger portant sur le multiculturalisme et le multicultualisme en france.
    Après avoir évoqué les effets d’une migration importante en terme quantitatif, j’espère rester politiquement correct, il m’a confié un sentiment, je le cite : Les Juifs, eux, ont quelque chose en plus, où qu’ils soient, ils se mettent au travail, ne posent pas de problème, s’intègrent…
    Là où d’autres ont quelque chose en moins, et n’apportent que haine et violences…

    Il m’a chauffé le cœur comme disait notre Georges…
    La vie réserve parfois de belles rencontres, là où d’autres fois, trop souvent, il faut combattre, débattre contre l’antisémitisme..

  3. Il est si doux de hair en commun: ca permet parfois, les mains dans les mains pour marquer l’union, de retrouver la chaude camaraderie des annees de fac, voire l’ambiance de mai 68. Mais
    l’affection manifestee par les lecteurs de « Libe » envers leur fournisseur quotidien de mensonges et de parti-pris ne traduit-elle pas le meme besoin psychologique ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.