Les tensions s’accroissent entre la Russie et l’Iran en Syrie

5
12151

Les tensions s’accroissent entre la Russie et l’Iran en Syrie


DOSSIER - Le président russe Vladimir Poutine (à droite) et le président iranien Hassan Rouhani se serrent la main avant les négociations dans la résidence de Bocharov Ruchei dans la station balnéaire de Sochi au bord de la mer Noire, le 14 février 2019.
DOSSIER – Le président russe Vladimir Poutine (à droite) et le président iranien Hassan Rouhani se serrent la main avant les négociations dans la résidence de Bocharov Ruchei dans la station balnéaire de Sochi au bord de la mer Noire, le 14 février 2019.

La semaine dernière, la police militaire russe aurait effectué un raid contre des miliciens soutenus par l’Iran stationnés à l’aéroport international syrien d’Alep, ont rapporté les médias locaux.

Dans la foulée, plusieurs chefs de milices iraniennes ont été arrêtés dans le cadre de ce qui était considéré comme le dernier épisode de tensions entre les forces iraniennes et russes en Syrie.

Depuis le début de la guerre civile en Syrie en 2011, la Russie et l’Iran ont établi une forte présence militaire dans le pays afin de soutenir les forces fidèles au régime du président syrien Bashar al-Assad.

Depuis, l’Iran a déployé des milliers de membres de son corps de gardiens de la révolution islamique (IRGC) et de ses milices chiites alliées en Syrie, tandis que la Russie est officiellement entrée dans le conflit syrien en septembre 2015 pour aider le régime d’Assad.

Mais à mesure que la guerre s’apaise et que les forces du régime syrien reprennent la majeure partie du territoire qui était contrôlé par les forces rebelles, la Russie et l’Iran semblent se disputer l’influence dominante dans ce pays déchiré par la guerre.

Les analystes de “Slice of the Pie” disent que la guerre prolongée en Syrie a créé une légère fissure entre les deux alliés.

“Il existe des tensions évidentes entre la Russie et l’Iran en Syrie”, a déclaré Phillip Smyth, chercheur à l’Institut pour la politique du Proche-Orient à Washington (WINEP), qui suit de près les milices soutenues par l’Iran en Syrie.

“Vous voyez des choses comme ce [raid à Alep] qui se produisent dans des zones de point chaud parce qu’il y a des activités criminelles. Chaque milice auxiliaire d’un pays impliqué veut une part de ce gâteau-là”, a-t-il déclaré à VOA.

DOSSIER - Sur cette photo publiée par un site officiel du bureau du guide suprême iranien, le Guide suprême, l’ayatollah Ali Khamenei, à droite, s’entretenant avec le président syrien Bashar al-Assad lors de leur réunion à Téhéran, en Iran, le 25 février 2019.
DOSSIER – Sur cette photo publiée par un site officiel du bureau du guide suprême iranien, le Guide suprême, l’ayatollah Ali Khamenei, à droite, s’entretenant avec le président syrien Bashar al-Assad lors de leur réunion à Téhéran, en Iran, le 25 février 2019.

Des incidents similaires ont eu lieu dans tout le pays au cours des deux dernières années.

Récemment, deux divisions de l’armée syrienne ont été impliquées dans des affrontements meurtriers dans différentes régions du pays, ont rapporté des sources locales.

Les observateurs croient que cette lutte pour le pouvoir résulte des divergences entre les chefs militaires syriens loyaux à la Russie et ceux associés à l’Iran.

“Je pense qu’il s’agit de déterminer qui contrôle quoi, quelle part du gâteau ils ont tous. Mais je ne crois pas nécessairement que cela va conduire à une conflagration majeure entre les forces iraniennes et russes“, a déclaré l’analyste Smyth. .

Différences tactiques

Le partenariat stratégique entre la Russie et l’Iran en Syrie va au-delà de tels différends, d’autant plus que la Russie dépend toujours des forces iraniennes pour conserver son territoire et fournir de la main-d’œuvre aux troupes du régime syrien, ont fait remarquer certains experts.

“Je ne crois pas que la Russie se séparerait jamais de l’Iran”, a déclaré Anna Borshchevskaya, chargée de recherche à la Fondation européenne pour la démocratie, qui s’intéresse à la politique de la Russie au Moyen-Orient.

“Les désaccords qu’ils ont, correspondent au fait qu’ils essaient de définir des sphères d’influence en Syrie, ce que la Russie comprend très bien“, a-t-elle déclaré à VOA lors d’un entretien téléphonique. “Leur relation est complexe, c’est certain. Mais ce qui les unit, c’est leur anti-américanisme et leur volonté de réduire l’influence américaine dans la région.”

FILE - Dans une capture d'écran mise à disposition par la télévision présidentielle russe, le président syrien Bashar al-Assad, à droite, salue le président russe Vladimir Poutine à son arrivée à la base aérienne de Hemeimeem en Syrie, le 11 décembre 2017.
Archive- Dans une capture d’écran mise à disposition par la télévision présidentielle russe, le président syrien Bashar al-Assad, à droite, salue le président russe Vladimir Poutine à son arrivée à la base aérienne de Hemeimeem en Syrie, le 11 décembre 2017.

Borshchevskaya a ajouté que “sur le plan tactique, [la Russie et l’Iran] vont parfois avoir des différends. Mais ils sont d’accord sur une vue d’ensemble”.

Les États-Unis sont impliqués dans la guerre contre les djihadistes de l’État islamique depuis 2014, lorsque le groupe terroriste a annoncé son soi-disant califat en Syrie et en Irak.

Les forces démocratiques syriennes (SDF) soutenues par les États-Unis, qui ont déclaré la victoire sur Daesh en mars, contrôlent désormais plus du tiers du territoire syrien.

Les États-Unis ont environ 2 000 soldats dans des zones contrôlées par le SDF dirigé par les Kurdes. Mais l’administration américaine a annoncé qu’elle ne garderait qu’environ 400 soldats dans ces régions après la fin de la guerre contre l’Etat islamique.

La Russie et l’Iran se sont constamment opposés à la présence militaire américaine en Syrie.

Concurrence économique

Certains analystes estiment que, contrairement à ce qui s’est passé au moment de la guerre en Syrie, les forces russes et iraniennes contrôlent désormais des territoires plus vastes et les deux pays sont à la recherche de possibilités économiques dans le pays.

“Maintenant, il y a plus de points de friction entre les deux pays que jamais auparavant“, a déclaré Jowan Hemo, un économiste syrien qui suit les modèles économiques de la guerre.

“Alors, naturellement, vous devriez les voir en concurrence pour remporter des contrats avec le régime syrien, y compris dans les secteurs de l’énergie et de l’électricité et d’autres types d’investissements”, a-t-il déclaré à VOA.

En 2018, la Russie a obtenu les droits exclusifs de production de pétrole et de gaz syriens. La Russie a également signé un contrat d’utilisation du port syrien de Tartous pendant 49 ans, tandis que l’Iran a remporté une offre pour utiliser partiellement le port de Lattaquié.

Les deux pays veulent monopoliser économiquement la Syrie à long terme, car ils ont tous consenti des prêts considérables au régime syrien tout au long de la guerre, a déclaré l’économiste Hemo.

“Je pense que ce type de concurrence continuera en Syrie, mais la domination économique de la Russie finira par l’emporter“, a-t-il ajouté.

Adaptation : Marc Brzustowski

5 COMMENTS

  1. Il faut absolument un accord entre russe et américain contre l’Iran ça sent déjà le roussi surtout avec l’armement de l’Iran et nous au milieu

  2. Une alliance russo iranienne est aussi viable historiquement et stratégiquement que celle qui a uni les Alliés aux Soviétiques: du 22 juin 41 JUSQU’A Mai 1945….
    La Russie gagnera si l’OCCIDENT chrétien gagne contre l’Islam….sinon….ce sera la guerre partout!
    L’Iran est un ennemi Essentiel de la Russie. Period! comme on dit aux USA!
    Si les USA perdent la partie et se dissolvent, nous tous sommes foutus sans ce gendarme de la démocratie (relative) l’avenir est aux guerres civiles que plus rien ne pourra moduler et contrôler……. ?!

  3. C’était prévisible.

    Je rappelle à ceux qui l’auraient oublié que russes et iraniens ont été en guerre très souvent. Par ailleurs, je doute que les russes voient d’un très bon oeil l’établissement de forces militaires iraniennes importantes à leur flanc sud. Enfin, les russes rêvent d’une Syrie pacifiée pour pouvoir conforter leur présence dans le pays. Or, avec les iraniens présents en nombre cela n’arrivera jamais.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.