PDG de la société de satellites qui rêve d’en faire la quatrième société industrielle de la défense

Noam Segal, PDG de la société de satellites d’observation Imagest qui a vu le jour à Tel-Aviv en début d’année, raconte dans une interview exclusive aux Globes le changement de direction qui s’est opéré en elle, les ambitions d’utiliser sa technologie dans d’autres domaines et sur le contexte qui a précédé l’introduction du Fonds Fimi en tant qu’investisseur • Aussi : comment la guerre en Ukraine a influencé le domaine et pourquoi vous ne pouvez pas comparer Imagest avec l’espace de communication.

Noam Segal, PDG de la société de satellites d’observation Image International (ou ISI en abrégé) souhaite créer la quatrième plus grande entreprise de l’industrie de la défense en Israël. Il pense pouvoir acquérir plusieurs petites entreprises locales dans le domaine de la défense, et avec eux construire une large plate-forme de produits, une sorte de petite sœur pour Elbit Systems, l’industrie aérospatiale et Rafael.

● La société satellite israélienne qui a grimpé de 255 % lors de son premier jour de cotation à Wall Street

« L’une des choses qui me préoccupent est de savoir si l’entreprise ne devrait être que dans le secteur spatial, car ISI dispose de technologies qui ne doivent pas être utilisées uniquement dans les satellites », a-t-il déclaré dans une interview exclusive avec Globes. Cependant, pour l’instant, les actionnaires lui demandent de mettre certaines de ses nombreuses idées au placard et de se concentrer sur la croissance de l’entreprise, qui vient de sortir début 2022.

ISI est engagé dans la fourniture de solutions de renseignement avancées depuis l’espace, basées sur des satellites, à des fins de défense et de collecte de renseignements, ainsi qu’à des fins commerciales et civiles. En février, la société a réalisé une offre publique initiale à la Bourse de Tel Aviv, au cours de laquelle elle a levé 213 millions de NIS, tandis que certains des actionnaires (Fimi Fund et Discount Bank) ont vendu des actions pour 107 millions de NIS.

Ajourd’hui la valeur de la société se négocie à une valeur marchande d’environ 800 millions de shekels, après que son action ait perdu environ 30 % depuis l’introduction en bourse. Selon Segal, l’introduction en bourse n’était pas une question de profiter d’une opportunité sur le marché, mais une étape dans un processus à long terme.

JForum.fr & Globus

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.