FILE - In this Sunday, May 26, 2019 file photo, released by Ministry of Presidential Affairs, Sheikh Mohamed bin Zayed Al Nahyan, Crown Prince of Abu Dhabi and Deputy Supreme Commander of the UAE Armed Forces, right, receives Lieutenant General Abdel Fattah Burhan Abdelrahman, Head of transitional military council of Sudan, at the Presidential Airport in Abu Dhabi, United Arab Emirates. Burhan replaced the Sudanese transitional leader who is linked to the bloodshed in Darfur, Awad Mohammed Ibn Ouf, after street rallies against him. (Mohamed Al Hammadi/Ministry of Presidential Affairs via AP, File)

La victoire symbolique d’Israël avec les EAU peut-elle transformer les fameux 3 «non» de Khartoum en 3 autres «oui»?

Les EAU ne seraient que le troisième pays arabe à signer un accord avec Israël, le Soudan serait un quatrième. Il est probable que Bahreïn et Oman suivraient leurs traces.

Des civils soudanais agitent leurs drapeaux nationaux lors de la signature de l'accord de partage du pouvoir avec le Soudan, Khartoum (crédit photo: REUTERS / MOHAMED NURELDIN ABDALLAH)
Des civils soudanais agitent leurs drapeaux nationaux lors de la signature de l’accord de partage du pouvoir au Soudan, Khartoum (crédit photo: REUTERS / MOHAMED NURELDIN ABDALLAH)

 Il serait prématuré de sabrer des bouteilles de champagne sur un accord de paix entre le Soudan et Israël.

En effet, l’optimisme initial selon lequel un accord potentiel était en préparation a été quelque peu rabroué mardi soir lorsque le ministère soudanais des Affaires étrangères s’est distancé des déclarations de son propre porte-parole Haidar Badawi al-Sadiq concernant les efforts de paix en cours entre son pays et Israël.

«Les relations avec Israël n’ont en aucun cas été discutées au ministère des Affaires étrangères, et l’ambassadeur [Sadiq] n’a pas été chargé de faire des déclarations à cet égard», a déclaré le ministère des Affaires étrangères.

Le changement géopolitique sismique en cours en ce qui concerne le rôle d’Israël au Moyen-Orient a rendu les commentaires de Sadiq à Sky News Arabia plausibles aux oreilles israéliennes.

Les prédictions du Premier ministre Benjamin Netanyahu selon lesquelles Israël conclurait des accords de paix avec les États arabes semblaient déjà se concrétiser jeudi dernier avec l’annonce d’un accord en suspens négocié par les États-Unis entre Israël et les Émirats arabes unis.

L’enjeu est plus que la possibilité soudaine qu’Israël ait officialisé des relations diplomatiques fermement résolus avec plus de deux pays de la région ; L’Égypte avec laquelle elle a signé un accord en 1979 et la Jordanie avec laquelle un accord de paix a été conclu en 1994.

Les EAU ne seraient que le troisième pays arabe à signer un accord avec Israël, le Soudan serait un quatrième. Il est probable que Bahreïn et Oman suivraient la même voie.

Au cours de la semaine dernière, des concepts historiques de rétablissement de la paix sous lesquels leconflit israélo-palestinien et le conflit israélo-arabe ont fonctionné se sont effondrés comme les murs de Jéricho.

Ils sont descendus à un rythme si rapide qu’il a été presque impossible de comprendre dans quelle mesure Israël, les Palestiniens et le monde arabe dans son ensemble sont entrés dans un nouveau paradigme.

Il est devenu publiquement évident ces dernières années que des changements étaient en cours entre Israël et le Soudan.

Les ministres des Affaires étrangères du Soudan ont parlé de vouloir des liens avec Israël depuis 2016. En février, Netanyahu a rencontré le président du Conseil de souveraineté du Soudan, le lieutenant-général Abdel Fatah Abdeirahman al-Burhan (en photo de une avec Mohammed Bin Zayed, héritier des Emirats) pour discuter de la normalisation des relations entre les deux pays.

La réunion elle-même était importante, mais les ouvertures de paix de Sadiq à Israël mardi, à la suite de l’accord avec les Émirats arabes unis, ont rendu la possibilité beaucoup plus réelle.

Un accord de paix avec le Soudan a une signification symbolique au-delà de son impact sur les liens entre les deux pays ou sur la coalition régionale plus large contre l’Iran qui se forme.

Au cours des 53 dernières années, la capitale du Soudan, Khartoum, a été liée au rejet obstiné d’Israël par le monde palestinien et arabe.

C’est ici, au lendemain de la guerre des Six jours de 1967, que la Ligue arabe s’est réunie pour dénoncer Israël. Elle a publié ce que l’on appelle désormais les trois «non de Khartoum».

C’étaient : non à la reconnaissance d’Israël, pas de négociations avec Israël et non à la paix avec Israël.

Khartoum a aussi été le centre d’accueil et de concertation de tous les terroristes internationaux sous Hassan Al-Tourabi, surnommé le « Pape noir du terrorisme », avec échanges entre Hezbollah et Al Qaïda, les divers groupes palestiniens, Carlos, etc.
Le Soudan a ensuite été le point d’approvisionnement en armes du Hamas à Gaza, Israël bombardant une usine iranienne de fabrication de missiles installée dans le pays, en 2012 et éliminant plusieurs intermédiaires et « courriers » irano-palestiniens.

La vague d’obstination s’est affaiblie au fil des ans, en particulier avec l’Égypte et la Jordanie qui font la paix avec Israël et les Palestiniens acceptant de négocier.

La vague du sentiment arabe s’est tournée plus significativement vers Israël en 2002 avec une offre de la Ligue arabe de normaliser les relations avec Israël si elle se retirait sur les lignes d’avant 1967 et acceptait une solution à deux États avec les Palestiniens basée sur ces frontières.

Cette offre a été intégrée dans le processus de paix et largement citée dans presque tous les documents internationaux et résolutions des Nations Unies.

L’espoir avait été d’inciter Israël à accepter une solution à deux États sur les lignes d’avant 1967. Netanyahu et l’administration Trump ont fait valoir qu’au lieu de cela, l’initiative a maintenu la paix avec le monde arabe en otage du processus de paix palestinien, une décision qui n’a aidé ni l’une ni l’autre des causes.

Netanyahu a longtemps expliqué que la paix arabe doit précéder la paix palestinienne, et jusqu’à présent, cela s’est avéré exact.

À présent, en l’espace d’une semaine, cette initiative de paix arabe de 2002 pourrait être sur le point de s’effondrer et les derniers murs à Khartoum pourraient également s’effondrer.

Une fois que des accords de paix sont conclus entre Israël et les voisins arabes de la région avant la conclusion d’une solution à deux États avec les Palestiniens, une initiative de paix arabe qui parle de la paix palestinienne d’abord et de la paix arabe ensuite devient pratiquement hors de propos.

Le Soudan n’est qu’un pays sur 22 de la Ligue arabe, mais un pays avec une importance symbolique importante en raison de Khartoum.

Un accord de paix avec Israël effacerait le symbolisme de Khartoum, transformant le Soudan? d’un pays autrefois connu pour son mur d’obstination contre Israël, en un pays par lequel les portes du monde arabe seraient désormais ouvertes.

Rien n’est certain, bien sûr, jusqu’à ce que l’encre soit séchée sur l’une de ces offres. Les annonces de la semaine dernière pourraient toutes être de fausses fusées éclairantes ou de simples pétards mouillés. La marche arrière effectuée en 24h par le Soudan, à l’égard de son message de paix est la preuve de la fragilité de la situation.

Mais la scène semble certainement être de plus en plus préparée pour une nouvelle ère de relations israéliennes avec le monde arabe.

Adaptation : Marc Brzustowski

1 COMMENTAIRE

  1. Le secret tant que tout n’est pas decide est une partie essentielle de relations de confiance et, comme toujours, les Israeliens parlent a tort et a travers. Meme chose pour l’« indiscretion » de Danny Danon (qui fut un tres remarquable representant d’Israel a l’ONU) sur un role possible de Ms Haley: il y a presque, dans ce cas, ce qui pourrait etre regarde comme une tentative d’ingerence, qui a d’ailleurs ete justement critiquee par la Maison Blanche. Ces choses peuvent faire des degats …

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.