Le Hezbollah s’est-il acculé dans sa «politique de représailles»? Hezbollywood?

Il y a une semaine, lorsque le Hezbollah a indiqué que l’un de ses combattants, Ali Mohsen, avait été tué en Syrie, le groupe a immédiatement demandé à ses fans des réseaux sociaux de lancer des attaques contre Israël.

Tsahal se prépare à une éventuelle attaque du Hezbollah dans le nord d'Israël, juillet 2020 (crédit photo: UNITÉ DU PORTE-PAROLE DE L'IDF)
Tsahal se prépare à une éventuelle attaque du Hezbollah dans le nord d’Israël, juillet 2020
(crédit photo: UNITÉ DE PAROLE DE Tsahal)
Le Hezbollah télégraphie sa politique de représailles depuis des mois, essayant de créer une sorte de dissuasion qui, selon lui, l’aidera à sauver la face en cas de pertes potentielles en Syrie. L’idée est née au cours des dernières années, lors desquelles le Hezbollah a souvent donné suite aux affirmations selon lesquelles il exercerait des représailles contre Israël si ses membres étaient pris pour cibles ou tués. En cela, il a essayé de créer un équilibre de la terreur. Le 27 juillet, il semble avoir mis ce processus en action, de manière limitée au début.
Beaucoup se grattent la tête après qu’une petite escouade du Hezbollah s’est apparemment approchée d’Israël à travers la région du mont Dov.
 C’est une zone contestée qui a longtemps été la cible du Hezbollah. Le groupe prétend qu’il «résiste» à Israël et tente de «libérer» des «sionistes» la région, qu’il revendique pour le Liban. Mais le Hezbollah a laissé entendre au fil des ans que la bataille avec Israël s’étendra au-delà du mont Dov jusqu’à toute la frontière, ainsi que du côté syrien du plateau du Golan.
Il y a une semaine, lorsque le Hezbollah a indiqué que l’un de ses combattants, Ali Mohsen, avait été tué en Syrie, le groupe a immédiatement demandé à ses fans des réseaux sociaux de lancer des attaques contre Israël. Il a fallu une semaine au Hezbollah pour faire quelque chose. Les médias pro-Hezbollah liés à l’Iran et au régime syrien ont tous cherché à louer et à souligner le raid du groupe du 27 juillet sur le mont Dov. À Al Mayadeen, ils ont affirmé que le groupe avait visé un char. L’Iran, Fars News, a également déclaré qu’il y avait des «rapports non confirmés» faisant état d’une attaque contre un «char sioniste».

Toutes ces émissions ont affirmé qu’ils comptaient sur les médias israéliens pour confirmer leurs informations. De toute évidence, la machine d’information du Hezbollah se trouvait dans le bunker auprès du chef du Hezbollah Hassan Nasrallah. Ces chaînes ont également souligné qu’un drone israélien s’était écrasé la veille,, comme pour être lié au «succès» du Hezbollah.

Dans l’ensemble, la perception de cet après-midi-là était qu’Israël avait déjoué une attaque (ou un peloton de reconnaissance) de jour. Il avait certains points communs avec les représailles du 1er septembre 2019 menées par le Hezbollah après avoir affirmé qu’un drone israélien s’était écrasé à Beyrouth et après que deux de ses membres avaient été tués en Syrie. Les deux attaques ont eu lieu en plein jour.

Lors de l’incident de 2019, des missiles antichar ont été tirés. Israël a évacué des mannequins placés dans le véhicule touché. Cette capacité à éviter les pertes et à faire «riposter» le Hezbollah était unique l’année dernière. Cette année, il semble que le Hezbollah ait envoyé une petite équipe pour s’infiltrer dans une zone où se trouvent les forces israéliennes.

Le site russe Spoutnik en arabe avait une autre interprétation. S’appuyant sur une «source», il a affirmé que le Hezbollah avait tenté d’infiltrer le village frontalier de Ghajar et qu’il avait été découvert au cours du processus de ciblage d’un «convoi militaire israélien». Au Liban, les premiers rapports laissaient entendre qu’il n’y avait pas eu de victimes du Hezbollah. Israël a également déclaré dans l’après-midi qu’il n’y avait pas eu de victimes. Certains se sont demandé si l’incident avait été évoqué pour que le Hezbollah prétende qu’il avait fait quelque chose, sans rien faire.

Mais le récit pro-Hezbollah sera d’appuyer sur le fait qu’ils ont réussi à franchir la Ligne bleue, tout comme ils prétendent avoir percé trois trous dans la barrière frontalière au début de cette année, comme s’il s’agissait, pour eux, d’un «succès». Ils ont montré qu’ils pouvaient attaquer à l’heure et à l’endroit de leur choix et faire attendre Israël. Nasrallah a donc fait ce qu’il avait dit qu’il ferait.

Il a «riposté». Le discours du Hezbollah est qu’Israël s’inquiète à cause du Hezbollah et qu’il craint les représailles du Hezbollah. Ce récit fonctionne à plusieurs niveaux. Il permet au Hezbollah de faire semblant de faire quelque chose et lui permet de sauver la face en menant des représailles plus modestes.

Au cours des derniers jours, des informations ont indiqué qu’Israël et le Hezbollah ne voulaient pas d’escalade. Le Hezbollah semblait minimiser les discussions sur un conflit plus large. Mais le Hezbollah est confronté à d’autres problèmes, comme une crise économique grave. Cela signifie qu’il pourrait avoir besoin de détourner l’attention. Cependant, il sait également que tout incident pourrait devenir incontrôlable.

La question pour le Hezbollah est de savoir s’il s’est laissé piégé et acculé par sa quête d’équilibre dans la dissuasion. Il y a maintenant plusieurs incidents à considérer comme une sorte de modèle pour les relations Israël-Hezbollah. Le problème est que la complaisance et l’attente d’une désescalade pourraient conduire à de fausses idéees selon lesquelles il n’y aura pas un jour un faux mouvement, ou une erreur de calcul, d’un côté qui conduirait à un conflit plus large.

Le Hezbollah continue d’importer des missiles à guidage de précision d’Iran et de constituer son arsenal, et continue de digérer lentement le gouvernement et l’économie libanais. C’est le véritable objectif de l’Iran – présenter une menace militaire accrue le long de la frontière libanaise et syrienne. Ce n’est pas que l’Iran veuille une désescalade, il veut une menace à long terme et permanente proche d’Israël.

À cet égard, le Hezbollah a montré au départ qu’il pouvait décider quand et où frapper en représailles. Il a également montré qu’il a en quelque sorte le «droit» d’avoir ses combattants présents en Syrie et que s’ils sont blessés, il peut «riposter» à son gré. Cela présente un équilibre dans lequel il a effectivement étendu son «droit» à être présent en Syrie, tout comme il est lentement devenu une norme que le Hezbollah dirige le sud du Liban. En ce sens, ce qui était autrefois un point d’interrogation devient réalité.
Sur le terrain de jeu plus large du Moyen-Orient, par conséquent, l’acquisition de ce «droit» de représailles par le Hezbollah peut représenter l’objectif à moyen et long terme, même si son acte réel semble être un échec, ou constituer un succès israélien à contrecarrer les actions de Nasrallah. Cela conduit également Nasrallah à adopter le point de vue qu’il peut continuer à tenir Israël dans l’attente du moment où il pourrait avoir besoin de mener une opération (dite de “représailles”).
Adaptation : Marc Brzustowski

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.