Le grand Quizz de Pessah (2/2), Haggada chantée

0
561

11. Si un malade n’est capable de réciter qu’une petite partie de la Haggadah, laquelle doit-il privilégier ?

“Avadim Hayinou..” (qui résume le message de Pessah) et “Ramban Gamliel” (qui nomme et explique Pessah, Matsa et Maror).

 

12. Pourquoi est-il souhaitable de se faire servir le vin par son voisin de table ?

C’est un symbole de liberté ; nous sommes libres comme un roi qui a l’habitude d’être servi.

 

13. Que vient symboliser la coutume de rajouter quelques gouttes d’eau dans le verre du Kiddoush ?

Le vin, rouge, est le symbole de la stricte justice alors que l’eau, transparente est symbole de miséricorde. Par ce geste, on montre qu’il faut tempérer la stricte justice par un zeste de miséricorde.

 

14. Que vient symboliser la coutume de casser la matza en deux ?

Pourquoi est-ce la Matsa du milieu que l’on casse en deux ? D. a fendu la Mer Rouge aussi facilement qu’on brise cette Matsa. Selon certains, elle représente Isaac symbole du Din (stricte justice).

En la cassant en deux, on adoucit cette justice. C’est pour la même raison qu’on verse quelques gouttes d’eau dans le verre du Kiddoush.

 

15. Pourquoi ne fait-on pas de Bera’ha “Netilat Yadaim” quand on se lave les mains avant de manger le Karpass ?

Selon le Talmud, il faut se laver les mains avant de manger un aliment trempé dans un liquide,pour des raisons de pureté rituelle. Il y a débat si cette règle s’applique encore de nos jours et certains s’en dispensent. Par contre, le soir du Seder, nous le faisons en souvenir de l’époque du Temple.

 

16. Combien de fois devons-nous tremper notre nourriture pendant le Seder ?

Deux fois : Karpass dans l’eau salée et Maror dans ‘Harosset

 

17. Pourquoi trempe-t-on le Karpass dans l’eau salée ?

Pour symboliser les larmes des juifs en Egypte et dans tous les exils de l’histoire.

 

18. Quels légumes peut-on utiliser pour le Karpass ?

En fait le choix est large et dépend des coutumes locales : Céleri, radis, fenouil, persil. Il témoigne de notre aisance et de notre liberté car, jadis, les nobles consommaient des légumes avant le repas comme apéritif. Il vise à capter l’attention des petits enfants qui ne manqueront pas d’interroger leurs parents sur cette pratique.

19. Que répondait le ‘Hatam Sofer aux petits enfants qui lui demandaient pourquoi mange-t-on du Karpass au Seder ?

Il répondait que nous étions jadis esclaves de Pharaon et que nous étions contraints à manger de petits légumes dans les chantiers d’Egypte pour nous nourrir.

 

20. Combien de fois devons-nous manger de la Matsa pendant le Seder ?

Trois fois : Motsi Matsa ; Kore’h ; Tsafoun d’où les trois mesures de farine qu’Abraham demanda à Sarah de préparer pour les anges venus les visiter (cet épisode se déroula à Pessah).

Résultat de recherche d'images pour "pessah seder"

 

21. Quelle Matsa est utilisée pour l’Afikoman, et quelle partie ?

Celle du milieu, qui est cassée en deux. On utilise la plus grande moitié pour l’Afikoman. Pour éviter qu’elle ne se salisse.

 

22. Pourquoi a-t-on la coutume de placer l’Afikoman dans une pochette ?

En souvenir du verset (Chemot 12:34) : (ils quittèrent l’Egypte) “…leur pâte serrée dans leur vêtement sur leurs épaules”.

23 Que nous apprend le passage du Zohar qui est souvent lu avant “Ha La’hmaHania” et qui est reproduit dans certaines Haggadot ?

Le soir du Seder, D. en Personne descend dans chaque maison juive et écoute comment on y raconte l’histoire de la sortie d’Egypte. Et Il bénit particulièrement ceux qui s’étendent sur le récit et multiplient les explications.1. On prie pour que le mérite des Mitsvot duSeder nous protège : la nuit de Pessah est « LeilChemourim » : Israel y bénéficie de protections divines pour toutes les générations.Cette action rappelle aussi symboliquement les nuées de gloire qui ont encerclé et protégé nos ancêtres pendant leur traversée du désert.

 

24. La Torah écrit que les juifs sont sortis d’Egypte “BE’HIPAZON”( BIVHILOU) – en hâte. D’où vient le terme ?

C’est ainsi qu’Onkelos traduit en araméen le terme BE’HIPAZON dans Chemot (12:11) et Devarim (16:3).

 

25. Quel est le sens du passage “Ha La’hma Hania” ?

C’est une invitation aux pauvres de venir célébrer le Seder avec nous.  Une coutume marocaine consiste pour le chef de famille, avant de démarrer le récit de la Haggadah, à lever le plateau du Seder et à le passer au–dessus de la tête des convives en disant trois fois : “Bivhilou Yatsanou Mimitsraïm” – “C’est avec hâte que nous sommes sortis d’Egypte”.

Résultat de recherche d'images pour "pessah seder"

 

26. “Ha La’hma Hania” est écrit en araméen ?

Car, à l’époque où la Haggadah a été composée, c’était la langue courante ; on l’utilisait afin que les pauvres puissent comprendre l’invitation de ce soir là Pourquoi “Ha La’hmaHania” est écrit en araméen (réponse mystique) ?

Au moment de commencer le récit de la sortie d’Egypte, des anges accusateurs essayent de nous arrêter. Comme les anges ne comprennent pas l’araméen, ils se détourneront de la table du Seder et nous laisserons continuer en paix.

 

28. N’est-il pas un peu trop tard, alors que nous sommes attablés à la table du Seder, pour inviter les pauvres ?

Ce passage vient nous rappeler l’obligation avant Pessah, de contribuer aux dépenses des déshérités (Mitsva appelée “Kim’haDepis’ha”). Avoir permis à plus pauvre que nous d’organiser un Seder dans la dignité est considéré comme l’avoir reçu à notre table. Littéralement “farine pour Pessah” en araméen. Autrefois, les communautés faisaient une collecte de farine avant Pessah et la distribuait aux déshérités afin qu’ils puissent confectionner leurs Matsot pour la fête. Aujourd’hui, “Kim’haDepis’ha” consiste à donner de l’argent à des fonds charitables qui le redistribueront aux déshérités afin qu’ils puissent acheter les produits nécessaires pour la fête :

 

29. Cette invitation est-elle seulement destinée à quelqu’un qui n’a pas de quoi manger, ou tout au plus qui n’a pas de quoi s’offrir un repas de Seder ?

Non. La Haggadah fait aussi allusion à quelqu’un ayant faim de spiritualité. S’il n’est pas capable de conduire un Seder, invitons-le à notre table. Le texte distingue d’ailleurs celui “qui a faim” (physique) de celui “qui est dans le besoin” (spirituel).

 Adaptation par Jforum

Début de la fête: Vendredi 19 Avril

Fin de la fête: Samedi 27 Avril

 

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.